Accéder au contenu principal

Découverte d'un tecpancalli de Coyohuacan

Préalable à la construction du nouveau siège de l'Académie mexicaine de la langue, à laquelle sont inscrits notamment l'archéologue Eduardo Matos Moctezuma et l'ethnomusicologue Fernando Nava, un sauvetage archéologique de grande envergure a lieu depuis fin 2017 sous les 1400 m² du terrain situé au 440 de l'avenue Francisco Sosa. Cette artère traverse l'actuelle Coyoacan, au sud de la capitale mexicaine.

Essayons de comprendre un peu l'organisation politique des anciens Nahuas dans le centre du Mexique. Les Mexicas (tenochcas et tlatelolcas) eurent pour voisins les Colhuas résident à Texcoco et les Tépanèques dont la capitale était Azcapotzalco. Coyohuacan fut longtemps sous domination de cette dernière. Et comme capitale intermédiaire, elle bénéficiait d'un centre de gouvernement appelé tecpancalli. Jusqu'à présent quatre tecpancalli avaient été découverts et fouillés en territoire colhua.

Comment cette hypothétique identification architecturale est-elle possible ? Les archéologues en charge du sauvetage, Juan Cervantes Rosado, Rocío Segura, Nurith Vivas y Abigail Álvarez considèrent que la Carte d'Uppsala, un document daté entre 1530 et 1550, conservé dans une bibliothèque de la ville homonyme en Suède. Vous pouvez d'ailleurs voir cette carte en haute résolution directement sur le site de l'Université d'Uppsala et lire les commentaires qui en ont été fait par León-Portilla et Aguilera (2016) et Medina (s.f.). Si vous observez la capture d'écran effectuée par nos soins, vous observerez la présence d'un édicule à façade rectangulaire et surmontée de disques. Il s'agit en fait de chalchihuites, le jade. Ce code visuel indique la présence d'un tecpancalli dont le toponyme est Atenco Omac.



Pour l'heure, environ 75% du terrain a été dégagé et fouillé et a permis de révéler différentes pièces communiquant les unes avec les autres par plusieurs couloirs. La plus grande d'entre elles a une surface de 39 m². Les fouilles ont permis de détecter au moins deux phases d'agrandissement verticalement et trois phases d'agrandissement horizontal, signe que le tecpan acquit de l'importance avec le temps.

Il semblerait que le responsable du tecpan y logeait, accompagné de sa famille. Les autres responsables s'y réunissait. Une zone de stockage et une d'autre de préparation des aliments ont été aussi identifiées.

Pour en savoir un peu plus et vous rendre de la taille de ce sauvetage, jetez un œil sur cette vidéo mise en ligne sur la chaîne INAHTV.




Références bibliographiques
Medina, C. (s.f.). De Tenochtitlan a Uppsala – La historia del Mapa de México, [archivo pdf]. Recuperado de http://www.naua.se/Mexico07/Pub/Documentos/Carmen_Medina_P.pdf 

Instituto Nacional de Antropología e Historia. (18 juillet 2018). Descubren el tecpan de un barrio del Coyoacán prehispánico. Recupéré le 19 juillet 2018 http://inah.gob.mx/es/boletines/7369-descubren-el-tecpan-de-un-barrio-del-coyoacan-prehispanico

León-Portilla, M., & Aguilera, C. (2016). Mapa de México Tenochtitlan y sus contornos hacia 1550. Mexico: Ediciones ERA.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…