Accéder au contenu principal

Fouilles d'un village aux traits teotihuacains sous l'actuelle Coyoacan

Teotihuacan est décidément très présent dans les derniers bulletins de l'INAH. C'est ainsi qu'on apprend qu'un village remontant au IVe siècle de notre ère est actuellement fouillé par des archéologues de la Direction de sauvetage archéologique de l'INAH, dirigé par Alberto Mena Cruz. Situé sur des terrains appartenant à une grande banque mexicaine dans l'arrondissement de Coyoacan, le site catalogué depuis les années 1970 abrite des vestiges qui n'ont été fouillés que récemment. 


L'équipe d'archéologues dirigée para Alberto Mena Cruz.
Photo : Mauricio Marat/INAH.
Xoco, nom nahuatl du village au Postclassique, montre des signes d'occupation remontant au Ier siècle de notre ère. Il est situé sur l'avenue Universidad, au sud de la capitale mexicaine, et fait partie de 77 sites qui montrent une influence culturelle teotihuacaine dans la vallée de México. Xoco signifie Lieu près de tecojotes.

Sur les 40% des 45000 m² en cours d'exploration, les archéologues de l'INAH ont effectué une série de fouilles avec des résultats qui jettent une lumière nouvelle l'influence directe que Teotihuacan avait dans la vallée de Mexico. Le bulletin de l'INAH insiste entre autres choses sur les dimensions de certains fronts, allant parfois de 14 m de long sur 10 m de large ou atteignant plus de 4,5 m de profondeur. Les contextes contemporains à Teotihuacan ont été retrouvé en moyenne à 1,5 m de profondeur. 

Un des aspects architecturaux typiques des ensembles teotihucains est la disposition de quatre habitations autour d'une cour centrale. L'archéologue Victor Vargas décrit également les matériaux utilisés pour la construction des quatre pièces, ou tout du moins ce qu'il en reste : des talus formés de blocs de basalte travaillés tandis que le sol était composé d'une couche d'argile, d'une autre de galets de rivière recouverte d'un stuc mêlé de pierres ponce.


Unité ha
Photo: Mauricio Marat/INAH.


Une trentaine d'enterrements a été enregistrée et indique un patron funéraire observé dans la région à la même époque : les défunts étaient déposés avec des vaisselles en céramique brisées volontairement et à proximité de murs. Dans trois cas, des constructions circulaires édifiées en pierre ronde soudées par de la boue pouvaient atteindre 1,5 m de hauteur. Elles étaient percés d'une cavité rectangulaire. Cependant leur usage à définir.


Albert Mena Cruz, responsable de la fouille de Xoco
Photo: Mauricio Marat/INAH.



Reste d'un individu adulte enterré avec trois vaisselles, Xoco.
Photo : Mauricio Marat / INAH.


Peu d'informations taphonomiques ont filtré dans ce bulletin, probablement parce que les restes des ces personnes sont soumis à des examens, notamment génétiques, approfondis. Les adultes, entre 30 et 50 ans de moyenne d'âge, semblent avoir été déposés en position assise, les genoux repliés vers la poitrine : il est tout à fait probable qu'ils formaient des paquets mortuaires. Les enfants, âgés pour la plupart de moins d'un an, voir même nouveaux-nés, étaient enterrés en position foetale sans aucun ajour, ni vaisselle. Seul un individu présentait un élément lithique taillé accroché autour du cou.

Il convient de rappeler qu'avant d'arriver au niveau des vestiges contemporains de Teotihuacan, les archéologues de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH ont récupéré des matériels et des objets qui montrent une longue occupation, allant d'aujourd'hui à la phase toltèque. Au total, le laboratoire de terrain conserve pas moins de 230000 tepalcates et fragments de céramiques aztèques, toltèques (Jara Anaranjado Pulido y Macana Rojo sobre Café) et coyotlateco. 

Pour vous faire une idée visuelle de ces fouilles, nous vous invitons à consulter le diaporama disponible sur le site de l'INAH ou le reportage mis en ligne sur la chaîne INAHTV.



Références bibliographiques

Arqueólogos del INAH exploran los restos de una aldea teotihuacana de mil 700 años, en Coyoacán, Boletin INAH. [en línea] consultado el 21/10/2018 http://inah.gob.mx/boletines/7674-arqueologos-del-inah-exploran-los-restos-de-una-aldea-teotihuacana-de-mil-700-anos-en-coyoacan
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…

Raíces 347 - Convocatoria Maestría en Antropología social CIESAS Noreste-Sureste con José Juan Olvera

Esta semana en Raíces recibimos a José Juan Olvera, antropólogo adscrito al Centro de Investigaciones et Estudios en Antropología Social, Unidad Noreste. Como solemos hacerlo desde varios años, promovemos las convocatorias de dicha institución. Nos tocó explicar con José Juan los requisitos y el plan de estudios de la maestria en Antropología social Noreste-Sureste.






Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.







Créditos musicales




Referencias bibliográficas
Convocatoria: https://docencia.ciesas.edu.mx/wp-content/uploads/2018/01/COMP-Cartel-Sureste-Noreste.pdf


Exposiciones
Exposición Teotihuacan: City of Water, City of Fire, Fine Arts Museums of San Francisco, San Francisco, 30/09/2017-11/02/2018. 


Exposición Churubusco prehispánico. El señorio de Huitzilopochco, Museo Nacional de las Intervenciones, hasta febrero 2018, de martes a domingo, de las 9 a las 18 horas.
Exposición 30 anniversario Museo del Templo Mayor 40 Proyecto Templo Mayor Revolución y es…