Accéder au contenu principal

Fouilles à Ocotelulco

L'INAH a fait publication sur son site internet des résultats d'une campagne de fouilles qui se terminera dans 15 jours sur le site d'Ocotelulco.
Cette chefferie, citée à maintes reprises par les sources coloniales (notamment par Hernan Cortés et Motolinia), était située au nord de la villeMexicas et de Tenochtitlan. Selon Cortès, elle était la seconde chefferie des 4 composants la ligue de Tlaxcala et comptait 30000 habitants. Elle porte aujourd'hui le nom de San Francisco Ocotelulco et est placé à quelques mètres d'une jolie petite église coloniale et de son cimetière.



L'archéologue José Eduardo Contreras appartient au Centro INAH de Tlaxcala et travaille sur cette petite zone depuis une quinzaine d'années. Son équipe a récemment mis à jour un ensemble d'habitations et des céramiques préhispaniques. Pour être plus précis, les archéologues auraient retrouvé les ciments utilisés pour les constructions, à une distance peu éloigné du centre cérémoniel déjà fouillé et exposé au public. Ce dernier contient des banquettes et un autel couverts de peintures polychrome rappelant le style pictural du Codex Borgia.


Autel polychrome, Ocotelulco, Tlaxcala.
Photo : http://www.tlaxcala.gob.mx/tlaxcala/imagenes/prehispanico/altar_tocotelulco.jpg

Les céramiques mises à jour sont des motifs géométriques peints en rouge et noir sur fond orange, un plat tripode à motif cérémoniel (description un peu fumeuse je l'avoue) sur les parties inférieure et supérieure, des statuettes anthropomorphes et des restes osseux de dinde et de cerf. Tout ce mobilier appartenait à trois offrandes. Le communiqué insiste sur deux pièces magnifique : un grand plat peint représentant un prêtre tenant un bâton cérémoniel à tête de cerf (cf Codex Telleriano-Remensis) et une boîte avec une peinture avec un crâne de cerf tirant la langue. Cet animal était le nahual ou le double animal du dieu Acamaxtli, également appelé Mixcoatl. Ce dernier était étroitement relié à la guerre et à la chasse.

Trois tlecuiles ou foyers ont été également trouvés. Ils avaient probablement un usage domestique, c'est à dire qu'ils devaient être utilisés pour la cuisson des aliments. Enfin des pointes de flèches en obsidienne font partie du mobilier retrouvé.

José Eduardo Contreras a annoncé la reprise des fouilles au début de l'année prochaine.

Quelques références sur Ocotelulco :
CONTRERAS MARTINEZ, José Eduardo.
1993. « La pintura mural de la zona arqueológica de Ocotelulco ». In La escritura pictográfica en Tlaxcala. Dos mil años de experiencia mesoamericana, Luis Reyes García (éd.), Universidad Autonoma deTlaxcala, Tlaxcala, p. 54-61.

1994. « Los Murales y Ceramica Policromos de la Zona Arqueologica de Ocotelulco, Tlaxcala ». In Mixteca-Puebla: Discoveries and Research in Mesoamerican Art and Archaeology, Labyrinthos, Henry B. Nicholson et Eloise Quiñones Keber (éds.), Culver City, p. 7-24.

PEPERSTRAETE, Sylvie.
2002. "Les peintures d’Ocotelulco et le problème de la provenance du Codex Borgia". In Annales d’histoire de l’art et d’archéologie, n° 23, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles.

2006. "Las pinturas de Ocotelulco y el problema de la procedencia del Codice Borgia". In Estudios de Cultura Nahuatl, vol. 36, Instituto de Investigaciones Historicos, Universidad Autonoma de Mexico, p. 15-44. Disponible le 21 octobre 2008 sur http://www.ejournal.unam.mx/ecn/ecnahuatl37/ECN003700002.pdf .

Photos d'Erasmo Perez prises en 2007 : http://www.flickr.com/photos/albatros/sets/72157600061178642/

Site internet officiel de la zone : http://www.inah.gob.mx/ZonasArqueologicas/todas/htme/za02403.html
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…