Accéder au contenu principal

Fouilles à Ocotelulco

L'INAH a fait publication sur son site internet des résultats d'une campagne de fouilles qui se terminera dans 15 jours sur le site d'Ocotelulco.
Cette chefferie, citée à maintes reprises par les sources coloniales (notamment par Hernan Cortés et Motolinia), était située au nord de la villeMexicas et de Tenochtitlan. Selon Cortès, elle était la seconde chefferie des 4 composants la ligue de Tlaxcala et comptait 30000 habitants. Elle porte aujourd'hui le nom de San Francisco Ocotelulco et est placé à quelques mètres d'une jolie petite église coloniale et de son cimetière.



L'archéologue José Eduardo Contreras appartient au Centro INAH de Tlaxcala et travaille sur cette petite zone depuis une quinzaine d'années. Son équipe a récemment mis à jour un ensemble d'habitations et des céramiques préhispaniques. Pour être plus précis, les archéologues auraient retrouvé les ciments utilisés pour les constructions, à une distance peu éloigné du centre cérémoniel déjà fouillé et exposé au public. Ce dernier contient des banquettes et un autel couverts de peintures polychrome rappelant le style pictural du Codex Borgia.


Autel polychrome, Ocotelulco, Tlaxcala.
Photo : http://www.tlaxcala.gob.mx/tlaxcala/imagenes/prehispanico/altar_tocotelulco.jpg

Les céramiques mises à jour sont des motifs géométriques peints en rouge et noir sur fond orange, un plat tripode à motif cérémoniel (description un peu fumeuse je l'avoue) sur les parties inférieure et supérieure, des statuettes anthropomorphes et des restes osseux de dinde et de cerf. Tout ce mobilier appartenait à trois offrandes. Le communiqué insiste sur deux pièces magnifique : un grand plat peint représentant un prêtre tenant un bâton cérémoniel à tête de cerf (cf Codex Telleriano-Remensis) et une boîte avec une peinture avec un crâne de cerf tirant la langue. Cet animal était le nahual ou le double animal du dieu Acamaxtli, également appelé Mixcoatl. Ce dernier était étroitement relié à la guerre et à la chasse.

Trois tlecuiles ou foyers ont été également trouvés. Ils avaient probablement un usage domestique, c'est à dire qu'ils devaient être utilisés pour la cuisson des aliments. Enfin des pointes de flèches en obsidienne font partie du mobilier retrouvé.

José Eduardo Contreras a annoncé la reprise des fouilles au début de l'année prochaine.

Quelques références sur Ocotelulco :
CONTRERAS MARTINEZ, José Eduardo.
1993. « La pintura mural de la zona arqueológica de Ocotelulco ». In La escritura pictográfica en Tlaxcala. Dos mil años de experiencia mesoamericana, Luis Reyes García (éd.), Universidad Autonoma deTlaxcala, Tlaxcala, p. 54-61.

1994. « Los Murales y Ceramica Policromos de la Zona Arqueologica de Ocotelulco, Tlaxcala ». In Mixteca-Puebla: Discoveries and Research in Mesoamerican Art and Archaeology, Labyrinthos, Henry B. Nicholson et Eloise Quiñones Keber (éds.), Culver City, p. 7-24.

PEPERSTRAETE, Sylvie.
2002. "Les peintures d’Ocotelulco et le problème de la provenance du Codex Borgia". In Annales d’histoire de l’art et d’archéologie, n° 23, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles.

2006. "Las pinturas de Ocotelulco y el problema de la procedencia del Codice Borgia". In Estudios de Cultura Nahuatl, vol. 36, Instituto de Investigaciones Historicos, Universidad Autonoma de Mexico, p. 15-44. Disponible le 21 octobre 2008 sur http://www.ejournal.unam.mx/ecn/ecnahuatl37/ECN003700002.pdf .

Photos d'Erasmo Perez prises en 2007 : http://www.flickr.com/photos/albatros/sets/72157600061178642/

Site internet officiel de la zone : http://www.inah.gob.mx/ZonasArqueologicas/todas/htme/za02403.html
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…