Accéder au contenu principal

Les salles "Amérique" des Musées Royaux d'Art et Histoire de Bruxelles

Lors de mon petit séjour à Bruxelles, la semaine dernière, j’ai pris le plaisir de visiter les nouvelles salles américaines des Musées Royaux d’Art et Histoire.
L’inauguration avait eu lieu le 4 et 5 octobre dernier, journées pendant lesquelles l’entrée était gratuite, mais rassurez-vous, puisque le billet que j’ai acheté m’a coûté juste 5 euros, tarif sans réduction.

Les salles sont divisées en fonction des aires culturelles, ce qui permet aux visiteurs d'avoir une vision globale des différentes civilisations qui se sont développées en Amérique tout au long de son riche passé.

En ce qui concerne le Canada et les Etats-Unis, région du sud-ouest, les cultures des Séminoles, des Cherokees et des Iroquois sont abordées à travers la richesse des masques, des pipes et des fourneaux de paniers. Les cultures tlingit et chilkat de la Colombie britannique, en revanche, ont attiré mon attention en raison de leurs superbes tissus brodés et décorés.


Masque – Culture Cherokee, Caroline du nord, 1925, bois et cornes de buffle
Copyright E. Mazzetto



Culture Chilkat, couverture avec longues franges
Copyright E. Mazzetto

La salle suivante est entièrement consacrée à l’Arctique et aux États-Unis. Je découvre des informations sur la culture de Thulé, qui remonte à 500 ap. J.-C : les habitants des villages construisaient leurs maisons avec les os des baleines chassées. Ensuite l’expo porte sur les objets de la vie quotidienne et rituelle et sur les vêtements utilisés, comme l'anorak et les gants.
Il s’agit d’une collection ethnographique remarquable, dont la plupart des pièces remonte à la deuxième moitié du XVIII siècle.



Instrument rituel de chaman
Copyright E. Mazzetto


Mocassins
Copyright E. Mazzetto

La salle continue avec une série d’objets d’excellente facture, appartenant aux cultures Sioux, Crow et Cheyenne, parmi lesquels figurent des porte-bébés, des robes de femme brodées, des amulettes en forme d’animal contenant un cordon ombilical et des superbes panaches de danse avec des cornes de bison.


Panneau peint avec scène de chasse au bison – Culture Shoshone, bois, 1900 environ
Copyright E. Mazzetto

Éloignons-nous un peu de l’Amérique du nord pour aborder maintenant les cultures du Nouveau Mexique, les vestes et les masques des Anazasis et la culture Casas Grandes du Mexique du nord, introduisant aux salles entièrement consacrées à la Mésoamérique.

Vases anthropomorphes - Culture Casas Grande, terre cuite
Copyright E. Mazzetto

Pour avoir déjà eu occasion d’admirer les pièces les plus superbes de la section mésoaméricaine dans l’exposition « Les Maîtres de l’art précolombien » qui a eu lieu aux Musées Royaux il y a deux ans, je ferai ici un rapide résumé.
La période préclassique est évoquée à travers la présence des pièces olmèques ainsi que par les statuettes des « femmes en violon », typiques des sites comme Tlatilco. Parmi les pièces olmèques, j’attire l’attention sur les masques aux célèbres traits de félins et aux bijoux de jade superbement gravés.


Collier de perles et griffes de jaguar, Préclassique moyen, Mexique ou Honduras, pierre
Copyright E. Mazzetto


Figurine féminine – Vallée de México, Préclassique moyen, terre cuite
Copyright E. Mazzetto

L’influence de l’art de Teotihuacan, pendant la période Classique, est visible dans un vase provenant de l’actuel état de Michoacan, où les traits géométriques des personnages représentés et le style de la composition évoquent les expressions artistiques de la Métropole.



Culture de Michoacan – Divinité richement parée, terre cuite
Copyright E. Mazzetto


Il y a également des pièces appartenant à la culture Mezcala et provenant de Colima, ainsi que les célèbres pièces de la Côte du Golf, découvertes dans le site de El Zapotal.

La section de l’expo consacrée aux Mayas s’ouvre avec les reproduction des peintures murales de Bonampak, une série de magnifiques céramiques en style codex et des figurines en terre cuite provenant de l’île de Jaina. Plusieurs panneaux explicatifs nous apprennent l’histoire et le développement de la civilisation maya ainsi qu'un petit résuméde son très riche panthéon.



Guerrier , Culture Maya, Classique récent, terre cuite, Campeche, Mexique
Copyright E. Mazzetto


La richesse des pièces mayas ici présentes ne pourra etre traitée que marginalement ; voilà pourquoi j’ajouterai, entre autres choses, la présence de trois stèles, une desquelles provenant de Bonampak, et d’une colonne de glyphes de Piedras Negras. Les bijoux de jade, les excentriques et les masques sont seulement une petite partie des trésors à découvrir dans cette partie de notre exposition.

Silex excentrique avec cinq profils humains, Copan ou Quirigua, 600-900 ap. J.-C
Copyright E. Mazzetto

Le temps est maintenant venu pour entrer dans la période Postclassique et pour faire connaissance avec la culture Mixteca-Puebla et celle des Aztèques.
On ne pourra pas éviter de reconnaître, dans plusieurs pièces de céramique, le style « codex » typique de la Cholulteca III, dont les scènes peintes rappellent les images des codex du groupe mixtèque.


Vase « style codex » Style Cholulteca III, Postclassique récent, terre cuite,
Région de Cholula, Puebla.
Copyright E. Mazzetto

Un autre bref aperçu du panthéon aztèque nous ouvre les portes à la connaissance des expressions artistiques si austères de cette culture. Les statues en pierre représentent plusieurs divinités, parmi lesquelles Chalchiuhtlicue, « De jade sa jupe », déesse de l’eau et des sources, ou plusieurs déesses du mais, comme par exemple Chicomecoatl, « Sept Serpent ». On découvre ensuite plusieurs superbes figurines en terre cuite représentant des femmes à enfant, des représentations de Xipe Totec assis sur un trône et plusieurs objets liés à la vie quotidienne.

Déesse du mais Chicomecoatl - Culture aztèque, pierre
Copyright E. Mazzetto


Déesse de l'eau Chalchiuhtlicue - Culture aztèque, bois
Copyright E. Mazzetto


Femmes à enfant - Culture aztèque, terre cuite
Copyright E. Mazzetto


Coupe à pulque. Décorations géométriques et incisées – Culture aztèque, terre cuite
Copyright E. Mazzetto

Je ne consacrerai pas de commentaire aux salles dédiées à l’Amérique du sud, en raison de la pauvre quantité de photos prises et parce que ces dernières salles n’ont pas encore été terminées.
Les panneaux n’ont pas encore été affichés, ni les descriptions des objets présentés.

En effet, on peut citer un seul bémol : le caractère encore un peu incomplet de cette exposition, qui parfois ne permet pas aux gens d’en profiter au maximum. La présence de plusieurs télévisions
dans les salles consacrées aux cultures des Etats-Unis permet de suivre des documentaires relatifs à plusieurs activités d’artisanat ou aux activités rituelles des chamans. Malheureusement l’absence d’une explication ou d’un commentaire oblige les visiteurs à demander des renseignements aux médiateurs du musée, ce qui n’est pas toujours possible. J’ai également remarqué l’absence de certaines des pièces exposées ou des descriptions de certaines pièces aztèques, notamment un xiuhmolpilli – ou faisceau de 52 roseaux qui symbolisait un siècle – et une statue en albâtre d’une déesse probablement liée à l’eau en raison de son couvre-chef.

Évidemment ces petits détails ne m’ont pas empêchée d’apprécier et de beaucoup aimer cette nouvelle partie du musée, qui contient des pièces spectaculaires qui méritent sûrement une visite de la part de celles et ceux qui ont envie de plonger dans le charme des civilisations américaines, anciennes comme modernes.

Profitez également de la librairie du musée qui vend plusieurs bouquins et ouvrages publiés par les MRAH à la moitié de leur prix originel et qui peut donc vous permettre d’approfondir vos connaissances sur les collections exposées et sur les cultures qui ont produit ces superbes œuvres d’art.

Pour tous les renseignements n’hésitez surtout pas à visiter le site internet du Musée :

http://www.kmkg-mrah.be/

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…