Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana 94

Et voilà la dernière levée du magazine de vulgarisation archéologique de l'INAH. Au programme ce mois-ci un menu assez dense.Le dossier principal tente de déchiffrer un aspect pour le moins peu connu et peu étudié mais de première importance pour les anciens peuples de la Mésoamérique : la musique. Le thème est donc décliné à travers 5 articles. Arnd Adje Both propose un petit historique et montre que la musique, dès la présence de l'homme dans cette région du globe, est étroitement reliée aux rites. Il explique aussi comment les techniques de fabrication ont évolué et comment les instruments se sont diversifiées selon les régions et les peuples qui composaient la mosaïque mésoaméricaine. D'ailleurs, nous invitons à visiter le site de ce chercheur allemand sur l'archéomusicologie mésoaméricaine.

Luis Antonio Gomez propose ensuite un petit catalogues des différents instruments de musique. Il parle notamment des différents chicahuaztlis ou bâton de semailles, attribut de divinités de la fertilité comme Xilonen ou Xipe Totec.

Homme personnifiant Xipe Totec et tenant son chicahuaztli à pointe rouge typique.
Codex de Florence, préface du livre I, p. 12
Retrouvé le 11 novembre 2008 sur http://celia.cnrs.fr/FichExt/Am/A_23_09.htm

Il parle ensuite du fameux teponaztli, instrument à percussion, utilisé en l'honneur des anciens mais aussi donnant le rythme au futur sacrifié qui dansait et chantait lors des banquets des marchands. Il était même utilisé comme autel de sacrifices lors de Panquetzalitzli, "Lever des bannières".

Teponaztli mixtèque, Postaclassique tardif,
Retrouvé le 20 novembre 2008 sur http://www.precolumbianwood.com/images/mayan.42.jpg

Tout aussi célèbre, le huehuetl était en fait un tambour de bois (noyer, chêne, ahuehuetl...) sur lequel était tendue une peau. Il était présent chez les Mayas ou chez les Zapotèques et était utilisé entre autres lors des rites de fondation d'une ville.



Divnité lunaire jouant du huehuetl
Codex Borbonicus, planche 5, détail.
Retrouvé le 20 novembre 2008 sur http://www.mexicolore.co.uk/uploadimages/367_03_2.jpg

Il est aussi de l'ayotl, la carapace de tortue, qu'on frappait à l'aide de baguette. Une des plus célèbres représentations de ce type d'instrument est celle de la procession de musiciens visibles à Bonampak, au Chiapas.



Peinture murale, Structure 1, Bonampak
Photo de Jacob Rus, 2004, retrouvée le 11 novembre 2008 sur http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d7/Bonampak_painting.jpg/800px-Bonampak_painting.jpg

On nous parle aussi des coyolli ou oyohualli, sonnettes récupérées sur les serpents du même nom. Certains étaient fabriqués en cuivre. Ils étaient notamment utilisés lors de rituels pour Coyolxauhqui d'après ce que nous dit l'auteur.

La dernière catégorie était celle des instruments à vent, composée en grandes parties de flûtes (tlapitzalli)D'abord simple et réalisé à partir d'os, elle devient plus élaborée en étant double puis triple. Les artisans céramistes en fabriquaient en céramique de toutes les formes (rondes, allongées, globulaire.. et de toutes les tailles. Elles avaient une connotation phallique évidente.

L'autre instrument à vent était la conque marine dont Quetzalcoatl avait joué dans les quatre points cardinaux lors de son séjour au royaume des morts. Son importance était telle que ce type de conque fut sculpté et déposé au Templo Mayor. D'autres dieux comme Tepeyollotl ou Xochipilli l'utilisaient.



Joueurs de conque, Peinture murale, Temple 1, Préclassique, Las Higueras, Veracruz, conservé au Musée archéologique de l'Université du Veracruz, Xalapa.
Retrouvé le 11 novembre 2008 sur : http://www.mexicolore.co.uk/uploadimages/303_02_2.jpg .

La liste n'est pas exhaustive mais elle donne une idée suffisamment précise pour vouloir faire l'effort de chercher plus d'informations sur la toile. Les articles suivants parlent de l'évolution de la musique pendant l'époque coloniale jusqu'à l'indépendance mexicaine.

Je vous recommande l'analyse intéressante d'une pièce appelée "Autel des Animaux de la Mort". Derrière ce nom digne d'un film de terreur à la John Carpenter, se cache une pièce sculptée originale retrouvée en 1940 dans le centre historique, Calle Donceles.


Altar de los Animales de la Muerte, Culture Mexica,
Postclassique récent, Museo Nacional de Antropologia, Mexico DF.
Retrouvé le 11 novembre 2008 sur http://www.mexico-tenoch.com/magico/cat189.gif

L'article d'anthropologique physique du mois a pour thème la déformation crânienne en Mésoamérique et rapporte les différentes méthodes employées par les peuples mésoaméricains pour modifier dès l'enfance l'apparence. Il a été rédigé par Vera Tiesler et Arturo Romano Pacheco.

Maria Cordeiro Baqueiro a rédigé un très beau sur le travail de reconstitution effectué par son équipe sur le panache en jade de Yuknom Yich'ak K'ak (Griffe de Jaguar), ahaw de Calakmul. Les restaurateurs ont étudié différents panaches représentés sur des stèles de différentes cités mayas classiques pour nous proposer une vision particulièrement frappante d'un attribut royal.



Yuknom Yich'ak K'ak (Griffe de Jaguar), ahaw de Calakmul
Reconstitution de sa tombe au Musée archéologique maya, Campeche.
Photo de Francisco Ruiz, retrouvé le 11 novembre 2008 sur http://farm2.static.flickr.com/1427/553015818_54adc5f0f9.jpg?v=0

A noter pour le prochain numéro de la revue, le dossier principal sera sur les volcans. Nul doute qu'il y sera certainement question des fouilles fructueuses effectuées sur le Nevado de Toluca.
Enfin, le prochain numéro hors-série sera le fac-simile de la deuxième partie du Codex Nutall. Mieux vaut tard que jamais !

EDIT du 3 octobre 2009.

Nous recommandons la consultation du dossier Aztec Music, disponible sur le site Mexicolor.uk.

Le site tlapitzalli propose une série de recherches sur les instruments à vents du Mexique ancien et contemporain.



3 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…