Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana 94

Et voilà la dernière levée du magazine de vulgarisation archéologique de l'INAH. Au programme ce mois-ci un menu assez dense.Le dossier principal tente de déchiffrer un aspect pour le moins peu connu et peu étudié mais de première importance pour les anciens peuples de la Mésoamérique : la musique. Le thème est donc décliné à travers 5 articles. Arnd Adje Both propose un petit historique et montre que la musique, dès la présence de l'homme dans cette région du globe, est étroitement reliée aux rites. Il explique aussi comment les techniques de fabrication ont évolué et comment les instruments se sont diversifiées selon les régions et les peuples qui composaient la mosaïque mésoaméricaine. D'ailleurs, nous invitons à visiter le site de ce chercheur allemand sur l'archéomusicologie mésoaméricaine.

Luis Antonio Gomez propose ensuite un petit catalogues des différents instruments de musique. Il parle notamment des différents chicahuaztlis ou bâton de semailles, attribut de divinités de la fertilité comme Xilonen ou Xipe Totec.

Homme personnifiant Xipe Totec et tenant son chicahuaztli à pointe rouge typique.
Codex de Florence, préface du livre I, p. 12
Retrouvé le 11 novembre 2008 sur http://celia.cnrs.fr/FichExt/Am/A_23_09.htm

Il parle ensuite du fameux teponaztli, instrument à percussion, utilisé en l'honneur des anciens mais aussi donnant le rythme au futur sacrifié qui dansait et chantait lors des banquets des marchands. Il était même utilisé comme autel de sacrifices lors de Panquetzalitzli, "Lever des bannières".

Teponaztli mixtèque, Postaclassique tardif,
Retrouvé le 20 novembre 2008 sur http://www.precolumbianwood.com/images/mayan.42.jpg

Tout aussi célèbre, le huehuetl était en fait un tambour de bois (noyer, chêne, ahuehuetl...) sur lequel était tendue une peau. Il était présent chez les Mayas ou chez les Zapotèques et était utilisé entre autres lors des rites de fondation d'une ville.



Divnité lunaire jouant du huehuetl
Codex Borbonicus, planche 5, détail.
Retrouvé le 20 novembre 2008 sur http://www.mexicolore.co.uk/uploadimages/367_03_2.jpg

Il est aussi de l'ayotl, la carapace de tortue, qu'on frappait à l'aide de baguette. Une des plus célèbres représentations de ce type d'instrument est celle de la procession de musiciens visibles à Bonampak, au Chiapas.



Peinture murale, Structure 1, Bonampak
Photo de Jacob Rus, 2004, retrouvée le 11 novembre 2008 sur http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d7/Bonampak_painting.jpg/800px-Bonampak_painting.jpg

On nous parle aussi des coyolli ou oyohualli, sonnettes récupérées sur les serpents du même nom. Certains étaient fabriqués en cuivre. Ils étaient notamment utilisés lors de rituels pour Coyolxauhqui d'après ce que nous dit l'auteur.

La dernière catégorie était celle des instruments à vent, composée en grandes parties de flûtes (tlapitzalli)D'abord simple et réalisé à partir d'os, elle devient plus élaborée en étant double puis triple. Les artisans céramistes en fabriquaient en céramique de toutes les formes (rondes, allongées, globulaire.. et de toutes les tailles. Elles avaient une connotation phallique évidente.

L'autre instrument à vent était la conque marine dont Quetzalcoatl avait joué dans les quatre points cardinaux lors de son séjour au royaume des morts. Son importance était telle que ce type de conque fut sculpté et déposé au Templo Mayor. D'autres dieux comme Tepeyollotl ou Xochipilli l'utilisaient.



Joueurs de conque, Peinture murale, Temple 1, Préclassique, Las Higueras, Veracruz, conservé au Musée archéologique de l'Université du Veracruz, Xalapa.
Retrouvé le 11 novembre 2008 sur : http://www.mexicolore.co.uk/uploadimages/303_02_2.jpg .

La liste n'est pas exhaustive mais elle donne une idée suffisamment précise pour vouloir faire l'effort de chercher plus d'informations sur la toile. Les articles suivants parlent de l'évolution de la musique pendant l'époque coloniale jusqu'à l'indépendance mexicaine.

Je vous recommande l'analyse intéressante d'une pièce appelée "Autel des Animaux de la Mort". Derrière ce nom digne d'un film de terreur à la John Carpenter, se cache une pièce sculptée originale retrouvée en 1940 dans le centre historique, Calle Donceles.


Altar de los Animales de la Muerte, Culture Mexica,
Postclassique récent, Museo Nacional de Antropologia, Mexico DF.
Retrouvé le 11 novembre 2008 sur http://www.mexico-tenoch.com/magico/cat189.gif

L'article d'anthropologique physique du mois a pour thème la déformation crânienne en Mésoamérique et rapporte les différentes méthodes employées par les peuples mésoaméricains pour modifier dès l'enfance l'apparence. Il a été rédigé par Vera Tiesler et Arturo Romano Pacheco.

Maria Cordeiro Baqueiro a rédigé un très beau sur le travail de reconstitution effectué par son équipe sur le panache en jade de Yuknom Yich'ak K'ak (Griffe de Jaguar), ahaw de Calakmul. Les restaurateurs ont étudié différents panaches représentés sur des stèles de différentes cités mayas classiques pour nous proposer une vision particulièrement frappante d'un attribut royal.



Yuknom Yich'ak K'ak (Griffe de Jaguar), ahaw de Calakmul
Reconstitution de sa tombe au Musée archéologique maya, Campeche.
Photo de Francisco Ruiz, retrouvé le 11 novembre 2008 sur http://farm2.static.flickr.com/1427/553015818_54adc5f0f9.jpg?v=0

A noter pour le prochain numéro de la revue, le dossier principal sera sur les volcans. Nul doute qu'il y sera certainement question des fouilles fructueuses effectuées sur le Nevado de Toluca.
Enfin, le prochain numéro hors-série sera le fac-simile de la deuxième partie du Codex Nutall. Mieux vaut tard que jamais !

EDIT du 3 octobre 2009.

Nous recommandons la consultation du dossier Aztec Music, disponible sur le site Mexicolor.uk.

Le site tlapitzalli propose une série de recherches sur les instruments à vents du Mexique ancien et contemporain.



3 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…