Accéder au contenu principal

Sacrifices humains à Zultepec, Tlaxcala

Il y a maintenant deux ans, la Jornada et les revues spécialisées en archéologie avaient publié plusieurs articles sur une très importante découverte, qui avait eu lieu dans le site archéologique de Zultepec, état de Tlaxcala.
La découverte de presque 500 squelettes, enterrés dans le centre cérémoniel du site, avait amené les archéologues à s’interroger sur les raisons d’une telle hécatombe, et à commencer une série d’analyses qui avaient pour but une meilleure compréhension du contexte – voir s’il s’agissait d’un sacrifice ou d’un massacre dû à une guerre – et des restes humains découverts.

Enrique Martinez, archéologue et directeur du projet de recherches, a ainsi démontré la présence de plusieurs origines ethniques (Espagnols, Africains, Taïnos) d’animaux domestiques, qui voyageaient pour rejoindre la capitale aztèque, Tenochtitlan. Ces individus, auxquels les chroniques historiques du XVI siècle font allusion, auraient été sacrifiés et seraient ensuite devenus l’objet de rites de cannibalisme, de la part des prêtres et des hauts dignitaires.

Bien évidemment, toutes ses informations ont été tirées de l’analyse des restes osseux. Parmi les gens sacrifiés étaient présents des hommes et des femmes appartenant à l’ethnie européenne – des Espagnols – ainsi que des Tainos – indigènes des îles du Caribe – des Noirs, des Métis, des Mayas, des Totonaques, ainsi que des femmes enceintes de 18-20 ans et des enfants de 4-5 ans.
Les restes de plusieurs animaux, eux aussi provenant d’Espagne, ont en outre été retrouvés, comme par exemple chèvres, vaches, chevaux et poulets.

Les analyses menées par Martinez ont permis de découvrir que les rites sacrificiels se sont déroulés au long de six mois, puisque, selon l’avis de l’archéologue, ce centre cérémoniel ne connaissait pas les sacrifices humains et il fallait donc modifier son enceinte sacrée pour permettre la réalisation de plusieurs fêtes religieuses.

Cette importante découverte est un remarquable témoignage des moments les plus obscurs de l’histoire de la Conquête du Mexique, et plusieurs hypothèses ont été proposées à ce sujet. Fort probablement, lors du voyage de retour de Hernan Cortes vers Tenochtitlan, après avoir vaincu les résistances de Panfilo de Narvaez et son armée, une partie de sa suite avait été laissée dans la région de Zultepec, et elle aurait ensuite été attaquée par les Aztèques.
Martinez, en revanche, estime que ces sacrifices sanglants auraient été décidés par le frère de l’empereur Motecuhzoma, Cuiltlahuac, le chef de la révolte aztèque contre les Espagnols.

En attendant l’avancement des recherches et les résultats définitifs des analyses des restes humains retrouvés, on vous offre ici un documentaire entièrement consacré à cette impressionnante découverte.
On attend vos commentaires et vos opinions…










La série a été diffusée aux Etats-Unis sur la chaîne PBS et, semble-t-il, inédite en France. Le titre anglais est The Aztec massacre.

Bibliographie 
Grunberg, Bernard. "Les conquistadors noirs de Mexico". In N. Ragot, S. Peperstraete et G. Olivier (éds.), La quête du serpent à plumes, arts et histoire en Mésoamérique en hommage à Michel Graulich, Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, vol.146, Brepols, Paris-Bruxelles, pp.445-458
Enhanced by Zemanta
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…