Accéder au contenu principal

Sacrifices humains à Zultepec, Tlaxcala

Il y a maintenant deux ans, la Jornada et les revues spécialisées en archéologie avaient publié plusieurs articles sur une très importante découverte, qui avait eu lieu dans le site archéologique de Zultepec, état de Tlaxcala.
La découverte de presque 500 squelettes, enterrés dans le centre cérémoniel du site, avait amené les archéologues à s’interroger sur les raisons d’une telle hécatombe, et à commencer une série d’analyses qui avaient pour but une meilleure compréhension du contexte – voir s’il s’agissait d’un sacrifice ou d’un massacre dû à une guerre – et des restes humains découverts.

Enrique Martinez, archéologue et directeur du projet de recherches, a ainsi démontré la présence de plusieurs origines ethniques (Espagnols, Africains, Taïnos) d’animaux domestiques, qui voyageaient pour rejoindre la capitale aztèque, Tenochtitlan. Ces individus, auxquels les chroniques historiques du XVI siècle font allusion, auraient été sacrifiés et seraient ensuite devenus l’objet de rites de cannibalisme, de la part des prêtres et des hauts dignitaires.

Bien évidemment, toutes ses informations ont été tirées de l’analyse des restes osseux. Parmi les gens sacrifiés étaient présents des hommes et des femmes appartenant à l’ethnie européenne – des Espagnols – ainsi que des Tainos – indigènes des îles du Caribe – des Noirs, des Métis, des Mayas, des Totonaques, ainsi que des femmes enceintes de 18-20 ans et des enfants de 4-5 ans.
Les restes de plusieurs animaux, eux aussi provenant d’Espagne, ont en outre été retrouvés, comme par exemple chèvres, vaches, chevaux et poulets.

Les analyses menées par Martinez ont permis de découvrir que les rites sacrificiels se sont déroulés au long de six mois, puisque, selon l’avis de l’archéologue, ce centre cérémoniel ne connaissait pas les sacrifices humains et il fallait donc modifier son enceinte sacrée pour permettre la réalisation de plusieurs fêtes religieuses.

Cette importante découverte est un remarquable témoignage des moments les plus obscurs de l’histoire de la Conquête du Mexique, et plusieurs hypothèses ont été proposées à ce sujet. Fort probablement, lors du voyage de retour de Hernan Cortes vers Tenochtitlan, après avoir vaincu les résistances de Panfilo de Narvaez et son armée, une partie de sa suite avait été laissée dans la région de Zultepec, et elle aurait ensuite été attaquée par les Aztèques.
Martinez, en revanche, estime que ces sacrifices sanglants auraient été décidés par le frère de l’empereur Motecuhzoma, Cuiltlahuac, le chef de la révolte aztèque contre les Espagnols.

En attendant l’avancement des recherches et les résultats définitifs des analyses des restes humains retrouvés, on vous offre ici un documentaire entièrement consacré à cette impressionnante découverte.
On attend vos commentaires et vos opinions…










La série a été diffusée aux Etats-Unis sur la chaîne PBS et, semble-t-il, inédite en France. Le titre anglais est The Aztec massacre.

Bibliographie 
Grunberg, Bernard. "Les conquistadors noirs de Mexico". In N. Ragot, S. Peperstraete et G. Olivier (éds.), La quête du serpent à plumes, arts et histoire en Mésoamérique en hommage à Michel Graulich, Bibliothèque de l'Ecole des Hautes Etudes, vol.146, Brepols, Paris-Bruxelles, pp.445-458
Enhanced by Zemanta
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…