Accéder au contenu principal

Nouvelles informations sur le système hydraulique de Uxmal

La Sala de Prensa de l’Inah a publié, le 8 janvier dernier, un article consacré aux résultats des dernières campagnes de fouilles qui ont eu lieu à Uxmal, Yucatan. Depuis longtemps les archéologues s’interrogeaient sur une question très importante : comment les habitants de cette ville ont-ils pu construire de grands monuments – comme par exemple la Pyramide du Devin – sans pouvoir compter sur une rivière ou des cenotes qui aidaient l’activité constructive ?


Coupe d'un cenote. Disponible le 11 janvier 2009 sur ridarelli.net.


Coupe d'un chultun. Disponible le 11 janvier 2009 sur waterhistory.org

La réponse vient des analyses menées sur le système hydraulique complexe de la cité. Celle-ci a connu son apogée entre 950 et 1100-1150 ap. J.-C.
José Huchim Herrera, archéologue et directeur de la zone archéologique appelée Région Puuc, explique que ce réseau aquifère se situe dans la partie ouest du site. Il est caractérisé par la présence de provisions d’eau qui s’accumulait de manière naturelle. En dessous du terrain d’argile, il y avait des dépôts de pierres sans mortier, recouverts de petites voûtes. Une fois le terrain saturé, l’absence de mortier permettait à l’eau de filtrer dans les dépôts.


Pyramide du devin vue depuis le Quadrilatère des Nonnes, Uxmal.
Photo : B. LOBJOIS, novembre 2004.

La cité d’Uxmal pouvait compter aussi sur la présence de 150 chultunob', c’est-à-dire des dépôts en forme de bouteille, creusés dans la roche calcaire et recouverts de stuc, entourés par une superficie concave qui favorisait la récolte de l’eau.

Les chultunob' se distinguent des cenotes dans la mesure où les premier étaient construit par l'homme et que les seconds sont une cavité naturelle, résultat de l'érosion du plateau karstique yucatèque. Les premiers pouvaient servir de réservoir d'eau ou de toute autre denrée qu'on peut conserver. Les seconds étaient d'immenses réserves d'eau connectées à un réseau souterrain de rivières.

L'utilisation de chultunob' a donné naissance à une nouvelle manière de construire les édifices, connue sous le nom de « maçonnerie de recouvrement ». Le mortier fut amélioré, ce qui a permis la construction de murs plus résistants et de toits caractérisés par la présence de voûtes de pierre.

Après l’apogée d’Uxmal, en revanche, la construction de monuments publiques commence à diminuer, supplantée par la présence de structures domestiques.

Voici une carte du Yucatan très intéressante. Chaque point bleu correspond à un cenote. On notera un arc de cercle de cénote correspond au point de chute de l'énorme météore qui serait tombé il y a 65 millions d'années sur terre, exterminant par conséquence la majeure partie des espèces à cette époque.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…