Accéder au contenu principal

Polémique sur le son et lumière de Teotihuacan : l'INAH sort de son silence et suspend les travaux

Face à la polémique gonflante, la direction de l'INAH s'est fendu d'un communiqué de presse bien "langue de bois" sur son internet.
Avec le titre "L'INAH avec la volonté de dialogue", on nous explique que le projet Esplandor Teotihuacano s'est fait avec la participation du syndicat des travailleurs de l'institution. "Le spectacle a fait l'objet d'un projet par le Secrétariat au développement touristique de la vallée de Teotihaucan. Le Conseil National d'Archéologie a validé ce projet. Le dit Conseil National d'Archéologie a effectué plusieurs de visites de contrôle sur le site. Il n'a qu'un rôle consultatif en la matière mais a fait les recommandations suivantes en ce qui concerne le système d'illuminations.
  1. Le retrait des gouttières et rails en aluminium et leur remplacement par une gaine souple ;
  2. Le retrait des cloches de protection des projecteurs ;
  3. l'extraction des taquets de fixation des solives qui supportent qui soutiennent les projecteurs et leur rebouchage selon la recommendation expresse au moyen d'un rapport de la Commission
  4. Le camouflage des projecteurs de type LED de technologie Philips (au moins ce sont des projecteurs à économie d'énergie!)

Cela répond également à l'exhortation du 22 décembre dernier par la Commission permanente du Congrès de l'Union sollicitée par les groupes syndicaux de l'INAH, de suspendre l'avancée un projet originalement approuvé."

Si on se souvient des revendications du Syndicat, c'est un démantèlement complet du spectacle. Les travaux ont été accusés par le Congrès et les syndicats de mettre en danger le patrimoine mondial protégé par l'UNESCO. Autant dire que la direction de l'INAH et le Conseil National de l'Archéologie (dont j'ai pu par le passé rencontrer certains membres) se lavent les mains et préfèrent accumuler de l'argent sous prétexte d'avoir des crédits pour de nouvelles fouilles.

De son côté le quotidien marxiste La Jornada rapporte le très grand désarroi du secrétaire fédéral au développement touristique. Ce dernier estime cependant qu'il faut se plier aux recommandations faites par l'INAH. Cette suspension des travaux aura selon lui un impact négatif sur l'emploi et l'économie locale (ah! ça faisait longtemps qu'on avait pas lu ce vieil arguments des emplois et de l'économie locale...) . Selon le même article, l'UNESCO a demandé l'annulation pure et simple du projet.

Pour sa part, Kim Goldsmith, archéologue et anthropologue de l'INAH à Teotihuacan, dénonce sur la liste d'infos Aztlan la presse "amarillista" et estime que le site n'est absolument pas en danger. Selon elle, "les seuls "dommages" dont on fait mention, sont une série de lampes provoquant des éclairs qui auraient été montées sur des ciments modernes et en aucun cas les structures préhispaniques." Elle justifie ensuite la construction de ce spectacle ainsi : "Les touristes utilisent Mexico comme base pour visiter Teotihuacan. Ils ne restent pas dans les villes autour de Teotihuacan. En proposant quelque chose à faire le soir, les touristes resteront dans ces villes, y créant une demande de nouveaux services et de nouveaux emplois."

Par expérience personnelle, les spectacles nocturnes comme de celui de Chichen Itza n'ont absolument aucun intérêt scientifique ou culturel. Le texte narré est pavé d'erreurs et de préjugés. Quant à son aspect artistique, ce n'est guère plus brillant. Je me souviendrai toujours de la perception plein de bon sens d'Eduardo Noriega et de Peter Schmidt, responsables du projet Chichen Itza : ils levaient les yeux vers les ciel ou poussaient de grands soupirs... Qui peut garantir que le texte proposé à Teotihuacan sera respectueux des connaissances qu'on a de cette civilisation, sachant qu'elle reste éminemment méconnue, n'ayant pas développé un système d'écriture intelligible comme celui des Mayas ou des Aztèques?

J'opposerai deux autres arguments contre ces "spectacles". D'abord, le prix d'entrée sera sensiblement augmenté. Je me souviens qu'en 2004 on payait 85 pesos pour l'accès à la zone et au son et lumière de Chichen Itza. Les deux sont indissociables et il n'existe aucun tarif pour la visite seule de la zone. Le touriste qui n'est pas un peu attentif se fait donc gruger ! On peut légitimement penser qu'il en sera de même à Teotihuacan même si Kim Goldsmith m'a répondu le contraire.

Cela m'amène à un deuxième argument, celui de retenir les visiteurs dans les alentours de la zone. Les personnes qui restent sur le site pour voir le spectacle sont peu nombreuses en fait. D'une part, la plupart des touristes qui visitent Chichen le font parce que leur séjour à Cancun inclut cette visite. Mais ils restent deux ou trois heures sur le site et retournent aux plages pendant l'après-midi. Beaucoup ne veulent pas perdre non plus une nuit d'hôtel. Une personne qui souhaiterait rester voir le spectacle ne peut même pas prendre un bus pour Valladolid ou pour Mérida après 18 heures. Les personnes qui restent à Chichen pour le spectacle ont des chambres aux hôtels qui jouxtent la zone (Club Med notamment). Hors ces hôtels sont souvent très chers et peu accessibles aux touristes.

Bref, vous l'aurez compris : ce projet est une erreur.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…