Accéder au contenu principal

Vers une restauration des peintures de Tepantitla à Teotihuacan

C'est ce qu'indique le quotidien El Universal dans sa version en ligne du 30 juillet dernier. Cette date était en effet la dernière pour le cycle de conférences à caractère vulgarisatrice proposé par l'INAH, dans le cadre de l'exposition Teotihuacan : Ciudad de los Dioses.


Jaguars, peinture murale, Teotihuacan.
Photo disponible le 2 août 2009 sur le site d'El Universal.

Cette restauration d'un des ensembles de peintures murales les mieux conservées et les plus complètes de Teotihuacan sera à la charge d'une équipe interdisciplinaire et interinstitutionnelle puisque l'INAH et l'UNAM ont signé un accord en ce sens. Pour parvenir à un travail de restauration satisfaisant, les chercheurs Roberto Pliego, Ignacio Rodríguez et Luis Alfonso González Miranda passeront par une reconstitution virtuelle des dites peintures, notamment afin de retrouver l'éclat originale des couleurs et par là-même, donner une vision plus ample de ce qu'était la grande métropole à l'époque Classique (300-650 après J.C.). Pour autant, aucune date n'a encore été déterminée. Tepantitla était certainement un complexe habitationnel réservée à une élite. Située à l'est de la Pyramide du Soleil, elle a été fouillée dans les années 1940.

Une autre conférence, proposée par Teresa Uriarte, professeure et chercheuse à l'Instituto de Investigaciones Estéticas de l'UNAM, proposait de découvrir quatre thèmes iconographiques importants à Teotihuacan : le jeu de balle (pour lequel aucun indice architectural n'a été retrouvé jusqu'à présent), la préoccupation constante pour la mesure du temps, le sacrifice et l'autosacrifice, et enfin la relation de Teotihuacan avec la zone maya.

C'est d'ailleurs sur ce dernier point que la chercheuse mexicaine s'est distinguée proposant de revoir la relation que Teotihuacan entretenait avec Copan, grande ville maya de l'époque classique. Car si les liens entre les deux cités sont pratiquement reconnus par la communauté mésoaméricaniste, Uriarte estime en effet que les représentations du Coyote emplumé et du Jaguar réticulé sur les peintures d'Atetelco, à l'ouest de la chaussée des morts, pourraient symbolisait les liens très fort unissant deux civilisations. Elle appuie sa théorie sur les récentes découvertes faites à Copan (Honduras).


Vue aérienne du complexe d'Atetelco, Teotihuacan.
Photo disponible le 2 août 2009 sur http://www.latinamericanstudies.org/teo-buildings.htm

Selon elle, le coyote est un animal du Haut Plateau central alors que le jaguar était très présent dans les terres mayas. Elle a notamment indiqué la présence d'un glyphe maya traduit par "ville" et présent sur les corps des serpents entrelacés et peints autour des jaguars et des coyotes. Ce glyphe serait également visible sur les peintures de Tetitla et indiquerait la "fondation d'une nouvelle Tollan qui pourrait être Copan".

D'ailleurs Ricardo Agurcia, responsable des fouilles sur le site de Copan, avait rappelé un peu plus tôt la découverte d'une tombe dans la chambre centrale de la pyramide d'Oropendola et qui pourrait être celle du second dirigeant de Copan, appelé Jaguar réticulé dans les textes. Il convient ici de marquer une pause et de rappeler que ce ne sont que des hypothèses reposant que sur des présupposés, notamment en ce qui concerne ce que R. Agurcia espère découvrir.


Pyramide d'Oropendula, Copan, Honduras.
Disponible le 2 août 2009 sur http://www.copanhn.com/es/ruinas_copan/templo_oropendula.html .

Toutefois plus les recherches et plus les hypothèses en rapport au système politique, et donc social, de Teotihuacan se complique. Si on reprend l'hypothèse d'un pouvoir partagé entre quatre communautés, celle d'un pouvoir aux mains de deux personnes, et désormais celle proposée par Uriarte, il devient difficile de faire la lumière.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…