Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana n°101 et HS 33

Début janvier, nous évoquions la publication des deux derniers numéros de la revue Arqueología Mexicana. Elles sont arrivées en kiosque deux semaines et avec l'actualité incessante, nous n'avions pu en proposer un résumé rapide sur ce bloc-notes comme nous en avons l'habitude.
Commençons donc avec le numéro 101 du bimestriel. dans les premières pages, on apprend ainsi qu'un des prochains numéros hors-série sera un facsimile des Primeros Memoriales de Fray Bernadino de Sahagun. Le carnet a été passablement rempli, la rédaction s'attardant longuement sur le décès de M. Claude Lévi-Strauss et rapidement sur celui de Guy Stresser -Péan.

Dans la série "histoire des codex mexicains", M. Hermann Lejarazu raconte celle du Codex de Dresde. Suit un article très intéressant et très bien documenté sur le glyphe tianquiztli. Le marché ou tianguis (comme on dit ici au Mexique) était une composante vitale des sociétés préhispaniques. Leonardo López Luján et Bertina Olmedo en proposent une analyse anthropologique, historique et archéologique qui vaut vraiment le détour. Suit un autre thème peu exploité dans les études mésomaméricaines : Elsa Malvido raconte la première grande pandémie de vérole ayant frappé la population locale. Elle appuie notamment sa réflexion sur une large iconographie, en particulier dans la Tira de Tepechpan.

Vient ensuite le plat de résistance de ce numéro de janvier-février 2010 : les pyramides en Mésoamérique. Eduardo Matos Moctezuma propose une réflexion sur la portée symbolique des pyramides et, à l'instar de Kirchoff en 1943, dresse une taxonomie de caractéristiques propre à ce type de construction dans le Mexique ancien : symboles de sacralité, orientation vers le couchant, sacrifice humain, montagnes sacrées, dualité vie-mort, présence de mythes, structure de l'univers, plateformes "entourantes", fêtes et cérémonies. Matos Moctezuma résume ici plusieurs publications de travaux passés. Si sa liste est intéressante, elle trouve essentiellement ses applications au Templo Mayor de Tenochtitlan ou à Teotihuacan. Qui plus est, certains critères comme l'orientation vers l'ouest ou le sacrifice humain, ne sauraient être valables partout.

Enrique Vela expose une comparaison visuelle et à l'échelle des principales pyramides ou structures pyramidales mésoaméricaines. On peut voir également différentes représentations miniatures de pyramides sous forme de céramiques ou de graffiti, mais également dans les codex préhispaniques et coloniaux. L'auteur s'attarde enfin à montrer l'héritage des pyramides dans l'architecture moderne et contemporaine.
Je suis resté en revanche un peu sur ma faim à la lecture de l'article de la Dr. Maria Teresa Uriarte. Il convient cependant d'intégrer le concept d' "intégration" plastique, c'est à dire lorsque peinture, sculpture et architecture sont étroitement associé dans la conception d'une pyramide. Mais ce concept n'est en rien récent. Il existe depuis longtemps et l'article d'Uriarte n'apporte rien de nouveau en la matière.
En revanche, Alejandro Villalobos a réalisé un travail certes un peu technique pour le néophyte mais ô combien précis et rigoureux sur les techniques de construction des pyramides en Mésoamérique. Il établit notamment l'importance des ressources naturelles présentes à proximité du lieu de construction, et nécessaire à la construction de ces édifices disposant parfois de dimensions impressionnantes.

Elliot M. Abrams clôt ce dossier en s'interrogeant sur le coût humain de la construction des pyramides. Sa perspective anthropologique s'efforce de décoder l'organisation et le travail nécessaires à leur édification, notamment à travers le concept d' "énergétique architecturale".

Puis Elizabeth Baquedano raconte comment la dessinatrice et peintre Adela Breton a contribué grandement à notre connaissance de la Pyramide des Serpents à plumes de Xochicalco, ntoamment grâce à son souci des détails et des couleurs.

Vient ensuite un rapport intéressant de l'avancée des fouilles sur le site d'El Palmar dans l'état du Campeche. Rédigé à 6 mains, l'article fait d'ailleurs une présentation du site et des prochaines fouilles programmées.

Enfin, Lourdes Turrent montre une facette peu connue de la Conquête et de l'évangélisation : comment la musique, si importante aux yeux des autochtones, est devenue un enjeu important des missions franciscaines d'évangélisation en Nouvelle Espagne.


Passons rapidement sur le numéro Hors-série n°31. Il s'agit d'un guide de pour visiter le centre de Mexico, ou du moins les vestiges préhispaniques de cette cité. Certains endroits méritent le détour : Cuicuilco, Tlatelolco ou encore Los Melones proposent des altenatives intéressantes au Templo Mayor. Ce guide contient aussi des informations basiques (horaires, transports et accès).

Rendez-vous dans trois semaines pour vous parler du numéro 102 d'Arqueologia Mexicana!
1 commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…