Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana n°101 et HS 33

Début janvier, nous évoquions la publication des deux derniers numéros de la revue Arqueología Mexicana. Elles sont arrivées en kiosque deux semaines et avec l'actualité incessante, nous n'avions pu en proposer un résumé rapide sur ce bloc-notes comme nous en avons l'habitude.
Commençons donc avec le numéro 101 du bimestriel. dans les premières pages, on apprend ainsi qu'un des prochains numéros hors-série sera un facsimile des Primeros Memoriales de Fray Bernadino de Sahagun. Le carnet a été passablement rempli, la rédaction s'attardant longuement sur le décès de M. Claude Lévi-Strauss et rapidement sur celui de Guy Stresser -Péan.

Dans la série "histoire des codex mexicains", M. Hermann Lejarazu raconte celle du Codex de Dresde. Suit un article très intéressant et très bien documenté sur le glyphe tianquiztli. Le marché ou tianguis (comme on dit ici au Mexique) était une composante vitale des sociétés préhispaniques. Leonardo López Luján et Bertina Olmedo en proposent une analyse anthropologique, historique et archéologique qui vaut vraiment le détour. Suit un autre thème peu exploité dans les études mésomaméricaines : Elsa Malvido raconte la première grande pandémie de vérole ayant frappé la population locale. Elle appuie notamment sa réflexion sur une large iconographie, en particulier dans la Tira de Tepechpan.

Vient ensuite le plat de résistance de ce numéro de janvier-février 2010 : les pyramides en Mésoamérique. Eduardo Matos Moctezuma propose une réflexion sur la portée symbolique des pyramides et, à l'instar de Kirchoff en 1943, dresse une taxonomie de caractéristiques propre à ce type de construction dans le Mexique ancien : symboles de sacralité, orientation vers le couchant, sacrifice humain, montagnes sacrées, dualité vie-mort, présence de mythes, structure de l'univers, plateformes "entourantes", fêtes et cérémonies. Matos Moctezuma résume ici plusieurs publications de travaux passés. Si sa liste est intéressante, elle trouve essentiellement ses applications au Templo Mayor de Tenochtitlan ou à Teotihuacan. Qui plus est, certains critères comme l'orientation vers l'ouest ou le sacrifice humain, ne sauraient être valables partout.

Enrique Vela expose une comparaison visuelle et à l'échelle des principales pyramides ou structures pyramidales mésoaméricaines. On peut voir également différentes représentations miniatures de pyramides sous forme de céramiques ou de graffiti, mais également dans les codex préhispaniques et coloniaux. L'auteur s'attarde enfin à montrer l'héritage des pyramides dans l'architecture moderne et contemporaine.
Je suis resté en revanche un peu sur ma faim à la lecture de l'article de la Dr. Maria Teresa Uriarte. Il convient cependant d'intégrer le concept d' "intégration" plastique, c'est à dire lorsque peinture, sculpture et architecture sont étroitement associé dans la conception d'une pyramide. Mais ce concept n'est en rien récent. Il existe depuis longtemps et l'article d'Uriarte n'apporte rien de nouveau en la matière.
En revanche, Alejandro Villalobos a réalisé un travail certes un peu technique pour le néophyte mais ô combien précis et rigoureux sur les techniques de construction des pyramides en Mésoamérique. Il établit notamment l'importance des ressources naturelles présentes à proximité du lieu de construction, et nécessaire à la construction de ces édifices disposant parfois de dimensions impressionnantes.

Elliot M. Abrams clôt ce dossier en s'interrogeant sur le coût humain de la construction des pyramides. Sa perspective anthropologique s'efforce de décoder l'organisation et le travail nécessaires à leur édification, notamment à travers le concept d' "énergétique architecturale".

Puis Elizabeth Baquedano raconte comment la dessinatrice et peintre Adela Breton a contribué grandement à notre connaissance de la Pyramide des Serpents à plumes de Xochicalco, ntoamment grâce à son souci des détails et des couleurs.

Vient ensuite un rapport intéressant de l'avancée des fouilles sur le site d'El Palmar dans l'état du Campeche. Rédigé à 6 mains, l'article fait d'ailleurs une présentation du site et des prochaines fouilles programmées.

Enfin, Lourdes Turrent montre une facette peu connue de la Conquête et de l'évangélisation : comment la musique, si importante aux yeux des autochtones, est devenue un enjeu important des missions franciscaines d'évangélisation en Nouvelle Espagne.


Passons rapidement sur le numéro Hors-série n°31. Il s'agit d'un guide de pour visiter le centre de Mexico, ou du moins les vestiges préhispaniques de cette cité. Certains endroits méritent le détour : Cuicuilco, Tlatelolco ou encore Los Melones proposent des altenatives intéressantes au Templo Mayor. Ce guide contient aussi des informations basiques (horaires, transports et accès).

Rendez-vous dans trois semaines pour vous parler du numéro 102 d'Arqueologia Mexicana!
1 commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…