Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana HS 52 La muerte en México

Voici un rapide aperçu de ce que vous pourrez lire dans le dernier hors-série publié ces derniers jours. Aux commandes, Eduardo Matos Moctezuma, figure emblématique de l'archéologie mexicaine moderne et spécialiste des Mexicas.


Sur une trentaine de pages, l'auteur de Muerte al filo de la obsidiana ou de Tenochtitlan, tous deux publiés au Fondo de Cultura Económica, résume différents aspects de la mort chez ce groupe de langue nahua. C'est l'occasion pour Matos de résumer ses théories (souvent contestées par Michel Graulich) sur les différents cieux et inframondes. En plus de cette géographie de la mort, Moctezuma revient sur Tlaltecuhtli, la divinité ambivalente qui dévore et engendre les cadavres. Puis il explique l'importance de la crémation comme funérailles des guerriers morts au combat et identifiés au Soleil. Suit une très courte description du Tlalocan et du Mictlan. Il explique aussi la symbolique des chiffres 4 et 9 dans la pensée mexica sur la mort : le premier se réfèrerait au nombre d'années que dure le voyage vers le Mictlan tandis que le second renverrait au nombre d'étapes vers ce lieu. L'archéologue mexicain propose également d'y voir une référence symbolique à la durée de la grossesse humaine et au pouvoir parturiente de la femme, considérant finalement le Mictlan comme une métaphore de la matrice.

La seconde partie du magazine cherche à généraliser le thème étudié au moyen de photos, cartes et diagrammes simplifiés pour que le public puisse en comprendre le contenu. C'est pourquoi on peut lire cette partie sans respecter un ordre particulier. On notera la représentation des principaux types d'enterrements auxquels sont confrontés archéologues et anthropologues physiques, les différents styles d'architecture funéraire, l'importance des sacrifices humains comme mises à mort hautement ritualisées. Suivent ensuite tout une série de photos d'objets représentant la mort selon certaines cultures (Teotihuacan, Côte du Golfe, Maya, Mixtèques).

On notera une section très intéressante citant différents auteurs de l'époque coloniale : on peut ainsi avoir une vision plus globale des conceptions de la mort parmi les peuples autochtones au moment du contact. On peut voir comment cette conception se métisse pendant la Colonie. Le dernier chapitre détaille une célébration chère aux Mexicains et inscrite au Patrimoine immatériel de l'Humanité: le Jour des Morts. On y apprend qu'il s'agit de plusieurs jours où les défunts sont célébrés en fonction de leur âge ou de leur décès, résultat d'un métissage curieux et unique en son genre.

La bibliographie proposée est certes diverse mais relativement incomplète. Si vous souhaitez en savoir plus sur la conception de la (des) mort(s) selon les Mexicas, je ne saurai que trop vous recommander le travail fouillé, patient et très complet de Nathalie Ragot. Sa thèse doctorale, Les au-delàs aztèques, est disponible dans la collection BAR International Series publiée par l'Université d'Oxford. Elle a également participé à l'ouvrage hommage à Michel Graulich avec l'article "Ad Memoriam : cérémonies post-funéraires et hommages aux défunts chez les Aztèques" publié en 2010. On recommandera ce numéro d'Arqueología mexicana comme une introduction, comme cela est souvent le cas avec la revue de divulgation de l'INAH.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…