Accéder au contenu principal

Découverte de vestiges mexicas à Churubusco, Coyoacán

Alors que sa voisine Tenochtitlan avait été édifiée sur une île au milieu du grand complexe de lacs d'eau douce ou salée, Coyoacán était occupée depuis longtemps sur la terre ferme. On peut observer encore de nombreuses bâtisses de l'époque coloniale en son centre. À quelques encâblures de là, un terrain de Churubusco a été dernièrement soumis à des fouilles de sauvetages sous la responsabilité de l'archéologue Francisco Antonio Balcorta Yépez.

Les archéologues ont pu dégager des objets appartenant à différents moments d'occupation, alors qu'ils ont seulement fouillé un quart des 1600 m2 que compte la surface du terrain. Churubusco a notamment été lieu d'une bataille décisive lors de l'Intervention nord-américaine et les fouilles se sont chargés de le rappeler : de nombreuses douilles de balles de fusil ont été découverte. Un système de tuyauterie en terre cuite datant de l'époque coloniale fournissait l'eau dont le couvent de Churubsuco avait besoin pendant la Colonie. Mais au-delà de l'archéologie historique au demeurant fort intéressante, c'est la présence de vestiges préhispaniques qui attirent évidemment l'attention.

Placé sous tribut mexica depuis 1428, au début règne d'Itzcoatl, cette partie du territoire mexica recèle normalement des vestiges de tout premier ordre. Les fouilles ont permis de dégager le coin d'une plateforme associée à une court ouverte: elle ne présenterait qu'une seule phase de construction et aurait été surmonté d'une série de pièces. Des murs en en délimitaient l'accès et d'autres logements se trouvaient à proximité.

Pour Balcorta Yépez, on peut d'ores et déjà écarter l'hypothèse que ces vestiges fassent partie de l'enceinte cérémonielle où se trouvait le temple dédié à Huitzilipochtli se situerait plutôt sous le quartier de Saint Mathieu. Des fouilles antérieures avaient déjà été entreprises sur des terrains avoisinants l'ancien couvent de Churubusco, près des installations de l'École Nationale de Conservation, Restauration et Muséographie, laissaient penser que ces espaces domestiques faisaient partie de Pochtlán, un des quartiers d'Huitzilopochco. Différents artefacts témoignent de la production de sel et de matériels destinés à produire des outils en pierre, comme ces pointes de projectiles en obsidienne, ou des aiguilles en cuivre utilisés pour la confection de vêtements.

Les archéologues ont également retrouvé un dépôt au pied de la plateforme. Probablement de caractère inaugurateur, elle contenait des céramiques rituelles sous la forme de trois encensoirs polychrome à manche serpentiforme, des figurines anthropomorphe, des résidus de charbon et de résine.

Pour en savoir plus sur ces fouilles, consultez le bulletin de l'INAH en espagnol. Un diaporama est également disponible ici.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…