Accéder au contenu principal

Compte-rendu La religion mexica par Rafael Tena

Rafael Tena Martínez est enseignant-chercheur pour la Direction d'Éthnographie de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire. Il est l'auteur de différents ouvrages sur l'ancienne culture mexica. Il a notamment publié de nouvelles éditions de textes importants comme les Anales de Cuauhtitlan et proposé une nouvelle hypothèse sur les origines de la Chronique X. 

Pour se faire une idée, on peut regarder cette conférence filmée au Collège Mexiquense.




Lorsque l'INAH annonce sur sa page la réédition de son ouvrage La religión mexica, on s'attend à quelque chose d'un véritable apport pour nos connaissances sur un sujet que l'auteur estime "si complexe et si vaste qu'elle est rarement abordée dans son intégralité, si bien qu'on s'en tient généralement à un traitement superficielle" (p.10). L'objectif de Tena serait de stimuler une recherche plus approfondie sur les données dont nous disposons et formuler de nouvelles interprétations. On notera que le chercheur mexicain au passage les travaux très complets de López Austin ou de Graulich sur le sujet.

Dans le paragraphe Tena explique immédiatement la genèse de cette nouvelle mouture d'un ouvrage publié pour la première fois en 1993. En 2009, le numéro hors-série 30 d'Arqueología mexicana propose une version augmentée et révisée de cet ouvrage réédité en 2002. Quatre ans plus tard, on était en droit d'espérer un plus. Il n'en est rien...




Sur les 182 pages de la présente édition, le chapitre I est une introduction bien trop rapide sur l'étude scientifique de la religion. Le cadre théorique proposé au long de sept page n'est jamais argumenté. Aucune source, que ce soit Frazer, Éliade, Durkheim, Mauss ou Lévi-Strauss ne vient le corroborer. Les considérations méthodologiques sont réduits à une portion encore plus congrue, au regard des trois pages qui les exposent.

Le troisième temps de la réflexion de R. Tena présente les principaux dieux du panthéon mexica en moins de seize pages ! Surprenant quand on connaît la richesse et la complexité des divinités mexicas. L'auteur présente successivement les origines du monde et de l'homme dans les chapitres IV et V sans s'attarder : on compte à peine quatorze pages.

Suivent une série d'appendices plus ou moins intéressantes, relativement courtes reposant exclusivement sur la citation de certains textes. On retrouve notamment la liste des différents temples présent dans l'enceinte sacrée du Grand Temple, présentée en annexe du livre II du Codex de Florence. 

En se faisant l'avocat de R. Tena, on pourrait dire qu'il s'agit d'une introduction, d'une présentation pour de futurs recherches. Le simple fait de pouvoir retrouver la même composition et la même rédaction, mot pour mot, que celle publiée dans Arqueología mexicana fait perdre tout intérêt à cet ouvrage. Si une publication plus claire, plus illustrée et moins chère vous intéresse, mieux vaut dépenser son argent dans ce hors-série plutôt que dans la publication redondante de l'INAH. La religión mexica est une introduction brève qui conviendra au plus grand nombre. En revanche, elle n'apportera rien de nouveau ni de transcendant pour les connaisseurs qui attendront encore longtemps l'équivalent d'Une histoire de la religion maya par feu Claude Baudez. Décevant...
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…