Accéder au contenu principal

La plus ancienne fresque maya retrouvée à La Blanca, Petén

Voici une nouvelle intéressante en ces temps de vaches maigres du côté de l'archéologie mexicaine. L'INAH reste peu loquace pour commenter les projets et les découvertes archéologiques depuis quelques mois et l'arrivée María Teresa Franco.

La Blanca est un petit site maya ayant connu son apogée durant le Classique. Situé dans le département du Péten, au Guatemala, La Blanca est explorée et fouillée depuis 2004 par une équipe interdisciplinaire hispano-guatémaltèque co-dirigée par Cristina Vidal et Gaspar Muñoz Cosme. Ce projet scientifique est le fruit d'un accord entre l'Université de Valence, l'Université Polytechnique de Valence et l'Université San Carlos au Guatemala.

Des fouilles antérieures ont permis d'établir la présence de deux petits temples pyramides et différents bâtiments de nature. Une grande place pourrait avoir accueilli jusqu'à 20000 individus lors de rituels importants. De nombreux graffiti et des peintures murales y ont été retrouvés. La technique de peinture sur surface sèche est d'ailleurs la plus fréquente dans la zone maya. L'annonce récente de la découverte d'une fresque au sens propre du terme montre l'étendue des techniques picturales et artistiques des Mayas à cette époque. Selon Vidal, il s'agirait même de la fresque maya la plus ancienne retrouvée à ce jour. Elle a été repérée sur le mur d'une pièce appartenant à un édifice construit lors du Classique tardif, voir terminal entre 600 et 900 de notre ère.


Photo : AFP/HO

Vidal explique que la scène représente différents personnages : si la majorité sont des hommes, on peut également voir des femmes et des enfants. Un homme est peint de noir : il s'agit possiblement d'un prêtre. On peut voir un second individu saisir la chevelure d'un captif d'une main et maintenir les mains de ce dernier derrière son dos. Une séquence de glyphes surmonte la scène. Il pourrait s'agir d'une présentation d'offrandes à un personnage d'une certaine importance.

La découverte a suffisamment d'importance pour être publiée (traduite de l'espagnol) dans Le Monde du 16 novembre.

Références bibliographiques
VÁZQUEZ DE ÁGREDOS PASCUAL, M. L., M. T. DOMÉNECH CARBÓ, & A. DOMÉNECH CARBÓ. (2007). The colour palette in the architecture of la blanca (Petén, Guatemala). Comparison between that of the Mayan owlands and that used in other civilizations of the ancient world. Arché, 2, 125-130. http://hdl.handle.net/10251/32255

VIDAL LORENZO, C., G. MUÑOZ COSME, J. A. VALDÉS, M. L. VÁSQUEZ DE ÁGREDOS, & R. TORRESMANZO. (2008). La Blanca, Petén: Nuevas aportaciones a la investigación arqueológica de la Acrópolis y la Plaza Norte. In J.P. Laporte, B. Arroyo & H. Mejía (Eds.), XXI Simposio de Arqueología en Guatemala, 2007 (pp. 501-524). Guatemala: Museo Nacional de Arqueología y Etnología. Retrieved from http://www.asociaciontikal.com/pdf/32_-_Vidal_et_al.07.pdf
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…