Accéder au contenu principal

Présentation du Temple des Crânes à Tehuacan, Puebla

En ce temps de vaches maigres archéologiques, la moindre annonce de découverte devient une grande source d'intérêt pour les chroniqueurs et les curieux comme votre serviteur. Le bulletin publié sur le site de l'INAH aujourd'hui a naturellement réveillé mon clavier.

Tehuacan est situé au sud-est de l'état de Puebla sur l'ancienne route vice-royale qui reliait Mexico et Veracruz. La zone archéologique homonyme a été édifiée par la culture popoloca qui existe toujours aujourd'hui, rejointe par des Mixtèques et des Mazatèques. L'ancienne Tehuacan a une superficie de 116 ha dont 10 % ont été scrupuleusement fouillés et restaurés. Elle reste encore fermée au public.

En 2011, l'équipe interdisciplinaire à laquelle participe Ramón López Valenzuela avait découvert au pied du Grand Temple une sculpture de Coatlicue déposée probablement comme offrande. Sa masse de 3 tonnes et sa hauteur d'1,4 m avaient surpris autant que sa position, adossé au pied du Grand Temple. Elle fut ensuite recouverte de terre comme l'ensemble de l'édifice lors de travaux d'agrandissement qui furent interrompus par la présence mexica dans la région à la moitié du 14e siècle. 

C'est d'ailleurs de cette date que daterait la dernière invention du Projet archéologique Sud de l'état de Puebla, zone centrale popoloca, Tehuacan, dirigée par Noemí Castillo Tejero. L'an dernier, des fouilles ont révélé la présence la présence d'un mur qui se dressait 1 m sous l'actuel niveau du sol. 

Les fouilles se sont donc poursuivies et permet la découverte d'un double temple de petites dimensionsSur leur face nord, on observe la présence de trois marches (édicule ouest9 et de six autres (édicule est). Sur les façades est et ouest figuraient respectivement un total quatre petites niches. Chacune abritait un crâne et deux fémurs humainsLópez Valenzuela estime que si le mauvais état de conservation des ossements ne permet aucune analyse ADN, il n'empêchera pas certains examens anthropométriques.

López Valenzuela juge très probable l'hypothèse d'un temple à Mictlantecuhtli. Un de ses arguments est la présence de pigments de peinture dans la bouche d'un crâne qui rappelle une représentation de la divinité dans le Codex BorgiaMais la découverte ne se limite pas à ces seuls éléments. Deux têtes en céramique (hautes de 30 cm) et une autre en pierre (haute de 25 cm) ont été retrouvées sur la partie supérieure de la structure. Leur iconographie permet d'associer encore plus clairement l'endroit fouillé avec le dieu de la mort. Elles étaient accompagnées de 300 fragments osseux d'origine humaine, indiquant l'exécution de sacrifices humain à cet emplacement.

López Valenzuela rapporte également la découverte de différentes figurines anthropomorphes assises et les bras croisés dans la zone palatiale du site : ces xantiles sont des représentations de Quetzalcoatl, de Xipe Totec et de Xochiquetzal.

Pour en savoir plus sur ces recherches, nous vous invitons à consulter le bulletin publié sur le site de l'INAH et à consulter le diaporama très parlant qui le complète.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…