Accéder au contenu principal

La pyramide du Soleil est-elle menacée d'un affaissement partiel?

Le physicien Arturo Menchaca, ancien président de l'Académie mexicaine des sciences et de l'Institut de physique de l'Université Nationale Autonome du Mexique, affirme que cela est probable. Cette annonce est en train de provoquer une polémique entre les chercheurs qui sont en contact fréquent avec la zone archéologique. Rappelons que les premières fouilles systématiques furent entreprises à la fin du XIXe siècle par Leopoldo Batres, alors inspecteur général des monuments historiques sous le Porfiriat. Le même Batres dirigea la restauration de la Pyramide du soleil pour l'ouverture de la zone archéologique en 1910 lors de.

En un siècle, la Pyramide du soleil a fait l'objet de nombreuses campagnes de fouilles. Différents tunnels, en plus de celui creusé originalement par les Teotihuacains, traversent cette montagne sacrée. C'est de loin le site mexicain le plus visité du Mexique et depuis quelques années le site de pélerinages New age où les "visiteurs" lèvent les bras vers le ciel pour se recharger d'énergie cosmique lors des équinoxes. Plusieurs photos dans la presse mexicaine montrent que la pyramide était curieusement dépourvue des centaines de personnes vêtues de blanc à son sommet. La direction de la zone archéologique est peu encline à en empêcher l'accès. Dès lors, on peut penser qu'il s'agit de mesures de sécurité mais à quel motif ? Un excès de visiteurs qui pourrait provoquer un accident dans les escaliers ? La peur d'un affaissement de la pyramide ?

Pour affirmer son inquiétude, Arturo Menchaca a présenté le projet "Radiographie de la Pyramide du soleil" mise en place en 2000. D'un volume d'un million de mètres cubes, la Pyramide du soleil a donc été passée au crible d'un détecteur de muons : ce ne sont pas moins de 4,5 millions de données qui ont été récupérées et dont le résultat définitif sera présenté à la fin de cette année. En attendant, Menchaca, accompagnée par la Dr. Linda Manzanilla pour l'occasion, a présenté un rapport effectué sur 60 % de ces données : la partie sud de la pyramide est plus sèche que la partie. Menchaca a cependant évité cherché à éviter tout déclaration catastrophiste : "la pyramide ne s'effondrera pas demain. C'est le même phénomène qui est observé dans le sous-sol de Mexico : l'humidité se perd et tout s'affaisse."

Architecturalement parlant, ce n'est pas toute la partie sud de la pyramide sud qui s'effondre : " sur le volume total de la pyramide, on en voit 30% sur la partie centrale et de ce pourcentage, 30 % présentent un manque d'humidité."

Arturo Menchaca a terminé son intervention en évoquant son association avec Jaime Urrutia Fucugauchi, membre de l'Institut de Géophysique de l'UNAM, pour utiliser l'imagerie par muons pour prévenir les éruptions du Popocatepetl. 

Cette longue étude a le mérite de mettre l'INAH devant ses responsabilités à plusieurs titres:
  1. Teotihuacan est classé sur la liste du Patrimoine mondial de l'Humanité de l'UNESCO depuis plusieurs décennies. L'INAH est obligé d'en assurer la conservation selon les critères de l'UNESCO et selon la loi fédérale mexicaine de 1972.
  2. Les responsables du Conseil National d'Archéologie et la direction de la Zone archéologique de Teotihuacan
  3. Seulement 5% du budget (pourtant en augmentation depuis 2 ans) de l'INAH seraient actuellement assignés à la conservation et à la restauration du patrimoine mexicain. À quoi sert le reste ? 
Et dire qu'il y a quelques années, les responsables politiques souhaitaient monter un immense spectacle Son et lumière sur la pyramide du soleil. En tout cas l'information est complètement passé sous silence sur le site de l'INAH. En l'occurence elle a été diffusée par certains quotidiens mexicains sur leur page internet ou encore sur la red iberoamericana de comunicaión y divulgación científica
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…