Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana 128

Quelques semaines après sa parution dans les kiosques mexicains, nous vous proposons une rapide rétrospective du dernier numéro de la revue publiée par l'INAH. Hasard du calendrier (ou pas?), cette publication coïncide avec l'inscription de Calakmuk comme bien mixte (naturel et culturel) sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO. Ceci étant dit, penchons-nous un peu plus sur le contenu de cette revue qui met à jour bon nombre de données et d'informations présentées dans le numéro 18, aujourd'hui épuisé.




Le dossier de ce numéro débute avec une présentation générale du site par Ramón Carrasco, directeur du Projet Calakmul.

Dans son article intitulé “La ciudad de Calakmul”, Eduardo Salvador Rodríguez, archéologue du Projet Calakmul, revient sur l’organisation de la ville à la lumière des fouilles qui se sont déroulées au cours des vingt dernières années.

Dans une étude épigraphique de différentes stèles, marches et sculptures, Rogelio Valencia Rivera et Octavio Esparza proposent de nouvelles hypothèses quant à l’histoire de Calakmul, reposant en particulier sur le glyphe Chatahn, lignage présent dans d’autres sites comme Dzibanché, actuellement situé au Quintana Roo. Ce lignage aurait été présent aux côtés d’un autre, Kaanu’l.
Non content d’avoir rédigé l’article introduisant l’archéologique à Calakmul, Ramón Carrasco a rédigé deux autres articles en collaboration avec María Cordeiro, directrice de la conservation et de la restauration du Projet Calakmul. Dans un premier papier, les deux chercheurs relèvent les difficultés qu’ils ont connues pour consolider la Structure II. Ils expliquent comment les méthodes de travail ont dû être adaptées à ce contexte archéologique et ont finalement modifié l’histoire et l’idéologie des anciens habitants de Calakmul. L’analyse iconographico-architectural repose sur les flancs de la Structure Sub II-C : « Il n’y a pas dans cette forme de pensée, d’opposition entre vie et mort comme ciel et enfer, et  pour cela, il n’y a pas de place pour les dieux ni les divinités bénévoles pas plus que pour les démons ni les êtres malveillants. Pour les anciens Mésoaméricains, la mort n’est ni une récompense, ni une punition comme pour les Occidentaux : c’est simplement un état. »

Les mêmes auteurs reviennent aussi sur les travaux de conservation des peintures murales du Chick Naab. Datées du VIIe siècle, elles sont soumises depuis leur découverte à des conditions extrêmes de chaleur et d’humidité . Mettant en scène des hommes et des femmes effectuant différents rituels, les peintures du Chick Naab ont requis de nouvelles stratégies de restauration pour garantir leur conservation. 

Archéologue du Projet Calakmul, Mario Zimmerman présente un résumé des travaux de restauration et consolidation effectués l’année dernière sur la Structure III. Explorée il y a une trentaine d’années par des archéologues de l’Université de Campeche, la Structure III a révélé la présence de trous de poteaux lors du retrait de ciments de la base pyramidale. Grâce à cette découverte, les archéologues pense que la plateforme était recouverte d’un toit en matériaux périssable, redéfinissant l’utilisation des espaces. D’autre part, à l’instar d’autres constructions, la Structure III compte une phase antérieure : le remblais utilisé a favorisé une bonne conservation des masques en stuc peint situés de part et d’autre de l’ancien escalier principal. On peut dire « bonne » dans la mesure où, comme cela était souvent l’usage des anciennes cultures préhispaniques, il était courant de « tuer » rituellement l’ancienne phase. Dans ce cas, les masques en stuc ont été volontairement mutilés. Cela n’a pas empêché une datation qui remonterait au Protoclassique.

L’article suivant s’intéresse à la céramique de Calakmul découverte dans différents contextes (funéraire ou domestique). Sylviane Boucher, responsable de la céramothèque de l’INAH Yucatan, observe la présence répétée du jeune dieu du maïs et ses liens avec d’autres éléments iconographiques comme le crâne dont il peut renaître ou la tortue.
En marge de ce dossier très complet, le lecteur appréciera une série d’observations intéressantes faites par Guillermo Bernal Romero sur le tableau Est de l’Édifice 1 du groupe XVI de Palenque. L’épigraphe du Centre d’Études Mayas de l’UNAM propose une lecture reposant sur un cycle de 63 jours, le rituel de production du feu en relation avec un dieu-patron calendaire, le Dieu N Zarigüella, vieille connaissance présentée par Alfredo López Austin dans ses Mythes de l’oppossum.

Parallèlement à tous ces travaux mayistes, on lira avec curiosité le travail de Javier Urcid, spécialiste des cultures d’Oaxaca, sur le monolithe dit de l’hôpital Demetrio Mayoral Pardo. L’auteur retrace le parcours chaotique de ce bloc taillé de plusieurs glyphes et propose de les voir comme des glyphes onomastiques faisant allusion à des généalogies.

Comme souvent dans Arqueología mexicana, il est d’usage de lire un article d’anthropologie physique, science ouvrant des perspectives très intéressantes pour les archéologues et les historiens. Dans ce numéro, Leticia González Arratia, Josefina Mansilla Lory et Ilán Leboreiro Reyna exposent les résultats de leurs analyses de trois paquets mortuaires découverts aux alentours de Cuatro Ciénegas, au milieu du désert de Coahuila. L’aridité du milieu a permis une bonne conservation des tissus humains et textiles : les analyses ont révélé qu’il s’agissait d’enfants en très bas âge.

Le chercheur argentin Daniel Schavelzón propose un travail intéressant de l’histoire de l’archéologie de Teotihuacan . la réutilisation d’une grille en fer forgé datant du XVIIe siècle pour consolider une section des édifices préhispaniques appelés Souterrains par Leopoldo Batres. Il s’agit d’une réflexion plus vaste que les techniques de conservation et restauration à la fin du XIXe siècle.

Mentionnons enfin les rubriques récurrentes de la revue en commençant par la série d’Eduardo Matos Moctezuma sur les sculptures perdues de Tlatelolco : l’auteur s’attache comme toujours à démêler légendes urbaines et vérités. D’autre part, la chronique de Xavier Noguez présente le Codex de Xicotepec, document racontant l’histoire de cette commune située dans l’état de Puebla et étudié en son temps par Guy Stresser-Péan.

Si vous disposez d’un dispositif mobile, vous pouvez télécharger gratuitement l’application Arqueología mexicana sous Android ou iOS et ensuite payer pour accéder à ce numéro qui vous offrira des contenus exclusifs. Vos commentaires seront donc plus qu’appréciés pour débattre sur le contenu de ce numéro.

  
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…