Accéder au contenu principal

Retour du Codex Chimalpahín au Mexique

C'est en grande pompe que, la semaine dernière, le gouvernement mexicain a annoncé le retour d'importants documents pour le Mexique. Le ministre de l'éducation nationale, Emilio Chuayffet a remis à la directrice les documents originaux que sont les Relations de Domingo Chimalpahin Quauhtlehuanitzin (1579-1660) et les chroniques de Fernando de Alva Ixtlilxóchitl (1578-1650).Cette annonce intervient alors qu'une exposition temporaire de 44 documents préhispaniques et coloniaux a lieu au Musée national d'anthropologie jusqu'au 11 janvier prochain.

L'INAH avait manifesté sa réprobation lors de la mise aux enchères de ces documents. Une vente privée et négociée avec les anciens propriétaires britanniques aura donc permis le retour de ces documents qui furent échangés en 1827 par José María Luis Mora contre des bibles protestantes.

Le bulletin de l'INAH, emprunt d'un ton que seuls les événements de ce genre peuvent autoriser, est en revanche peu loquace sur le montant payé par l'état (et donc les contribuables) à la Société Biblique de Londres le 20 mai 2014.

Cet achat est pour le moins étrange et malvenu. Depuis plusieurs mois, l'INAH rapporte le retour gratuit de différents objets archéologiques mexicains suite à des ventes aux enchères avortées aux États-Unis. Le fait de racheter le patrimoine mexicain est loin d'être anodin et, à l'instar d'une prise d'otages, ressemble plus à de l'extorsion. Qui nous dit que d'autres propriétaires d'objets mexicains ne vont pas faire monter les prix maintenant que l'État mexicain se mêle à la partie. C'est un premier mauvais signe.

Le second est l'image donné aux Mexicains de leur propre gouvernement, incapable de négocier le prix sans. En dépit d'un élan de nationalisme visant à cristaliser le peuple autour de ceux qui "défendent" le patrimoine, il est possible d'interpréter ce geste comme un aveu de faiblesse.

C'est d'ailleurs assez comparable avec le récent achat du contrat de mariage de Napoléon et Joséphine de Beauharnais en France. Mis aux enchères par la maison Osenat, il a été acquis par le Musée des Lettres et Manuscrits (qui n'est pas un musée national ou public) contre 437 500 euros alors qu'il était estimé entre 80000 et 100000 euros ! Une question se pose alors : le patrimoine national a-t-il un prix ? Les sommes déboursées en France et au Mexique sont-elles acceptables ?


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…