Accéder au contenu principal

Des couronnes et autres implants dentaires... à Teotihuacan

C'est une des nouvelles surprenantes que publie la revue Arqueología mexicana dans son numéro 133. Si on connaissait déjà le goût des peuples préhispaniques en matière d'inserts et de taille de leurs quenottes, on en savait pas autant sur les techniques de prothèses dentaires à Teotihuacan.

Tlailotlacan était plutôt connu des teotihuacanistes comme un quartier résidentiel situé à 3 kilomètres à l'ouest du Miccaotli, la Chaussée des morts. Les archéologues pensent avoir résolu l'origine de ses habitants : les enterrements retrouvés suivent un patron semblable aux cultures des Vallées centrales de l'état d'Oaxaca.


Ill. 1. Carte de Teotihuacan et du Quartier Oaxacain. (Palmares Rodríguez, 2013: 5)

En septembre dernier, les archéologues ont mis au jour une tombe creusée directement dans la roche mère (ill.1) : ils ont aussi retrouvé les ossements d'une femme âgée entre 35 et 40 ans allongée sur le dos. Une offrande composée de 19 céramiques accompagnait la défunte.


Ill. 1. Enterrement de la structure TL56, Tlailotlacan, Teotihuacan.
Photo: Alfredo López Austin-Raíces.

L'analyse médico-légal indique que le crâne avait subi une déformation tabulaire oblique, chose peu observée à Teotihuacan. Les incisives centrales supérieures ont été modifiées intentionnellement au moyen d'incrustation de pyrites sur la partie frontale des dents. Il est probable qu'une perceuse ait servi pour creuser l'émail des dents. Cette technique a été aussi utilisée en zone maya, au Petén et au Bélize.


Ill. 2. Crâne de femme avec déformation culturelle et incrustations dentaires.
Photo: Aldo Díaz Avelar - Raíces.

Cependant on observera une grande originalité. Une des incisives centrales inférieures a été remplacé par une pièce taillée probablement dans un fragment de serpentine. Cette prothèse avait également été préparée pour recevoir une incrustation mais cette dernière n'a pas été retrouvée. Selon le rapport, l'utilisation de cette prothèse semble avoir été longue, dans la mesure où du tartre dentaire a été observé et les incisives supérieures semblent avoir été endommagées. Notons enfin la présence de peinture bleue sur l'ensemble du crâne.

Références bibliographiques
Croissier, M. (2006). Excavations at Structure TL5 (N1W6) in the Oaxaca Barrio, Teotihuacán (2006). FAMSI. Rapport disponible en ligne, le 04/05/2015 sur : http://www.famsi.org/reports/01068es/index.html.

Palomares Rodriguez, M. T. (2013). The Oaxaca Barrio in Teotihuacan: Mortuary
Customs and Ethnicity in Mesoamerica's Greatest Metropolis. Theses. Paper 1182. Fac simile en pdf disponible el 05/05/2015 por: http://opensiuc.lib.siu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=2193&context=theses .


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…