Accéder au contenu principal

Des couronnes et autres implants dentaires... à Teotihuacan

C'est une des nouvelles surprenantes que publie la revue Arqueología mexicana dans son numéro 133. Si on connaissait déjà le goût des peuples préhispaniques en matière d'inserts et de taille de leurs quenottes, on en savait pas autant sur les techniques de prothèses dentaires à Teotihuacan.

Tlailotlacan était plutôt connu des teotihuacanistes comme un quartier résidentiel situé à 3 kilomètres à l'ouest du Miccaotli, la Chaussée des morts. Les archéologues pensent avoir résolu l'origine de ses habitants : les enterrements retrouvés suivent un patron semblable aux cultures des Vallées centrales de l'état d'Oaxaca.


Ill. 1. Carte de Teotihuacan et du Quartier Oaxacain. (Palmares Rodríguez, 2013: 5)

En septembre dernier, les archéologues ont mis au jour une tombe creusée directement dans la roche mère (ill.1) : ils ont aussi retrouvé les ossements d'une femme âgée entre 35 et 40 ans allongée sur le dos. Une offrande composée de 19 céramiques accompagnait la défunte.


Ill. 1. Enterrement de la structure TL56, Tlailotlacan, Teotihuacan.
Photo: Alfredo López Austin-Raíces.

L'analyse médico-légal indique que le crâne avait subi une déformation tabulaire oblique, chose peu observée à Teotihuacan. Les incisives centrales supérieures ont été modifiées intentionnellement au moyen d'incrustation de pyrites sur la partie frontale des dents. Il est probable qu'une perceuse ait servi pour creuser l'émail des dents. Cette technique a été aussi utilisée en zone maya, au Petén et au Bélize.


Ill. 2. Crâne de femme avec déformation culturelle et incrustations dentaires.
Photo: Aldo Díaz Avelar - Raíces.

Cependant on observera une grande originalité. Une des incisives centrales inférieures a été remplacé par une pièce taillée probablement dans un fragment de serpentine. Cette prothèse avait également été préparée pour recevoir une incrustation mais cette dernière n'a pas été retrouvée. Selon le rapport, l'utilisation de cette prothèse semble avoir été longue, dans la mesure où du tartre dentaire a été observé et les incisives supérieures semblent avoir été endommagées. Notons enfin la présence de peinture bleue sur l'ensemble du crâne.

Références bibliographiques
Croissier, M. (2006). Excavations at Structure TL5 (N1W6) in the Oaxaca Barrio, Teotihuacán (2006). FAMSI. Rapport disponible en ligne, le 04/05/2015 sur : http://www.famsi.org/reports/01068es/index.html.

Palomares Rodriguez, M. T. (2013). The Oaxaca Barrio in Teotihuacan: Mortuary
Customs and Ethnicity in Mesoamerica's Greatest Metropolis. Theses. Paper 1182. Fac simile en pdf disponible el 05/05/2015 por: http://opensiuc.lib.siu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=2193&context=theses .


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…