Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana Hors-série 62

Tous les deux mois, l'éditeur Raíces et l'INAH propose un hors-série qui reprend ou développe des thèmes abordés dans la revue courante. On se souvient ainsi de plusieurs hors-série ayant pour thèmes le piment, les courges, le maïs. Cette fois-ci, il est question d'un (délicieux) cactus de consommation courante, le nopal


Opuntia in Lycabettus.JPG


Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons.

Ce numéro compile toute une série de photographies, d'informations historiques, nutritionnelles, botaniques, médicales sur le précieux cactus. 

En fait ce hors-série compte cinq parties. Dans un premier temps, il est question d'onomastique et de philologie. Enrique Vela propose une courte planche contenant les noms du nopal, de son fruit la tuna et du xoconostle dans différentes langues natives du Mexique. Suivent une série de représentations préhispaniques du nopal. On découvre ensuite deux planches contenant des toponymes et des anthroponymes contenant les vocables nochtli ou nopalli. Il y a notamment l'intérêt de l'auteur de montrer différentes images du glyphe toponymique de Tenochtitlan, notamment dans les codex et les chroniques.


Rappelons que le nopal est si important pour les Mexicains qu'il est directement représenté sur leur drapeau. En fait il s'agit d'une réinterprétation du mythe de fondation de Mexico-Tenochtitlan. Il est somme toute logique de retrouver une section de ce hors-série présentant différentes images de ce récit fondateur.



Flag of Mexico



Le nopal est par conséquent très présent dans l'inconscient collectif mexicain. La partie suivante le montre notamment au moyen de photographies (entre autres de Tina Modotti), de peintures murales (Roberto Montenegro, José Chávez), de références littéraires, musicales et graphiques.

Vient ensuite un long catalogue visuel présentant les différentes espèces de nopal selon les principales régions géologiques du Mexique. On peut alors découvrir les différents usages du nopal et de ses produits dérivés, son importance dans la médecine traditionnelle, son existence primordiale pour l'apparition et la reproduction de la cochenille qui servit longtemps comme une des rares sources de pigment rouge.

Le nopal fait partie intégrante de la gastronomie mexicaine depuis des millénaires et d'une semi-domestication. Grande partie de sa production est même exportée aux États-Unis où résident la plus grande communauté mexicaine à l'étranger. Si vous en avez l'occasion, je vous invite à goûter une bonne salade de nopal. Son goût ressemble assez à la salade d'haricots verts avec les fils en moins et la "bave" en plus.




EnsaladaNopales.jpg

«EnsaladaNopales» par Fernando González del Cueto - Travail personnel
Disponible sous licence Domaine public vía Wikimedia Commons.








Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…