Accéder au contenu principal

Découverte d'un fragment de linteau au Smithsonian

Les musées réservent (si j'ose dire) de singulières surprises. Celle rapportée par le quotidien La crónica montre que le pillage n'est pas toujours une fatalité. Des archéologues de l'Université Brown et du Musée métropolitain d'art du Smithsonian Institute, situé à Washington, ont mis la main sur le fragment d'une sculpture qui pourrait appartenir à un linteau de la cité maya de Tikal, au Guatemala. L'hypothèse de l'origine tikalienne de ce fragment est rendu possible par une longue enquête extrêmement documentée.

James Doyle, archéologue et collaborateur du Metropolitan Museum of Art, revient sur les circonstances de cette découverte fortuite. Comme souvent dans les sciences, elle a lieu alors que l'objectif initial des chercheurs était assez différent. Il s'agissait en première instance d'étudier le rôle social des statuettes mayas en bois. Or les archéologues sont tombés sur un fragment de bois sculpté haut de 27 cm qui représente un visage humain de profil. L'objet montre des coups de hachette ou de machette, quatre ou cinq sur la partie supérieure. D'autre part, des objets pointus ont été utilisés à 3 reprises pour mutiler volontairement la bouche de ce visage. Cette mutilation semble pourtant antérieure à la première et pourrait être préhispanique : il s'agirait alors probablement d'un geste volontaire.

Dans son article publié en collaboration avec S. Houston par la revue Mexicon (2014), la tête devait être orné d'une coiffe car les traces d'un bandeau sculpté sont encore visibles sur le front du personnage.

Cet objet est catalogué 247221 au Musée métropolitain d'art depuis 1907 lorsqu'il fut donné par Leonard Wailes qui avait voyagé, travaillé et acquis une série d'objets durant un séjour en Amérique centrale à la fin du XIXe siècle.

Les études botaniques ont permis de déterminer l'essence de l'arbre sculpté vers 700 de notre ère. Il s'agit de chicozapote (manilkara zapota), dont la sève élastique est encore utilisée pour la fabrication de pâte à mâcher.



Manilkara-zapota-yucatan.jpg

"Manilkara-zapota-yucatan" by Luis Fernández García - Own work
Licensed under CC BY-SA 2.5 es via Wikimedia Commons.

Doyle et Houston ont donc essayé de retracer le cheminement de ce fragment en observant la documentation accumulée pour les linteaux des temples I, II, III et IV. Les deux archéologues s'inclinent plutôt vers un des deux premiers édifices. Ils ont effectué des comparaisons avec des relevés d'explorations entreprises à la fin du XIXe et au début du XXe siècle et estiment que ce petit fragment conservé au Smithsonian ait appartenu au linteau 2 du Temple II ou au linteau 3 du Temple I.


Tikal map.JPG


"Tikal map" by Simon Burchell - Own work
Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

On sait que le Temple I ou Temple du Grand Jaguar a servi de dernière demeure pour le souverain Jasaw Chan (Kan) K'awiil (682-721). Deux morceaux de ses linteaux sont actuellement au British Museum, après que Maudslay obtint l'autorisation de les emporter.

Tempel1 Tikal.jpg

"Temple1 Tikal" by Elelicht - Own work
Licensed under CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Le Temple II, appelé encore Temple des Masques ou Temple de la Lune a été également commandité par Jasaw Chan K'awil, le vainqueur de la grande ennemie Calakmul) vers 700 de notre ère en l'honneur de son épouse 12 Perroquet (Martin and Grube, 2008: 44-47). Son visage a été sculpté sur un linteau aujourd'hui conservé au Musée d'Histoire Naturelle de New York.

Belize-tikal.jpg

"Belize-tikal" by yogi - Flickr
Licensed under CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons.

Il convient de préciser que les datations C14 sont en cours et que la datation proposée se fait en fonction du style artistique. 

Bibliographie :
Doyle, J., & Houston, S. (2014). Confederate Curio: A Wooden Carving from Tikal, Guatemala. Mexicon, XXXVI(5), 139-145. Tiré de : https://jamesdoyle1.files.wordpress.com/2012/06/doyle_houston2014.pdf, le 19/02/2015.

Martin, S. & Grube, N. (2008). Chronicle of the Maya Kings and Queens. Deciphering the Dynasties of the Ancient Mayas. Londres: Thames & Hudson.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…