Accéder au contenu principal

Détection d'un cenote sous la Pyramide de Kukulcan à Chichen Itza

Cela faisait un moment que ce carnet ne vous proposait pas de nouvelles informations sur Chichen Itza. Quel meilleur endroit pour rédiger le 1300e billet de carnet ? Dans les derniers jours, une nouvelle fait le tour des rédactions mexicaines et elle est de taille : Gerardo Cifuentes, Esteban Hernández, René Chávez sont chercheurs à l'Institut de géophysique et Andrés Tejero à la Faculté d'Ingénierie de l'Université Nationale Autonome du Mexique. A proprement parlé, ces messieurs ne sont donc pas des archéologues cependant une tomographie électrique tridimensionnelle effectuée au moyen d'un résistomètre remettent durablement en cause notre perception symbolique de ce monument. 

Comme souvent en archéologie, c'est en cherchant autre chose que cette découverte a eu lieu. Il y a une vingtaine d'années, une autre série d'études géophysique avait détecté ce qui semblait être une tranchée creusée dans la roche calcaire se dirigeant vers l'intérieur de la pyramide. 

aca11_princ



Pour vérifier cette hypothèse, les petits malins de l'UNAM ont reconfiguré un résistomètre SysCal Pro d'Iris Instruments, société orléanaise (cocorico !) et effectué plus de 8000 mesures électromagnétique. Nous avons eu l'occasion de parler de ce genre d'appareil sur d'autres chantiers mexicains. La résistivité électromagnétique est mesurée normalement au moyen de quatre électrodes plantées dans le sol pour définir la différence de potentiel. Cette méthode non-destructrice a quelque peu été détournée et améliorée par l'équipe de l'UNAM. 

Une série de tests a été effectuée sur l'Osario, structure ressemblant au Castillo. Depuis le début du XXe siècle, on sait que cette pyramide présente une ouverture sur sa partie supérieure qui communique directement avec une cavité située 12 mètres plus bas à la verticale. Grâce à des essais comprenant 72 électrodes et 3250, on a pu ainsi confirmer les mesures effectuées il y a un siècle.

Après ces essais fructueux, c'est donc le Castillo qui est passé sur le billard. Nul doute que les très nombreux visiteurs du site archéologique en octobre 2014 ont dû se demander ce qui se tramait autour de la pyramide emblématique de Chichen Itza. Un des défis posés à l'équipe a été la conservation des sols stuqués qui affleurent à moins de 30 ou 50 cm sous la surface actuelle autour de la pyramide.



L'équipe de l'Institut de Géophysique de l'UNAM à l'oeuvre.
Crédits: INSTITUTO DE GEOFÍSICA UNAM /CUARTOSCURO.COM

Ce sont 96 électrodes sous formes de plaques qui ont été disposées autour du Castillo. Elles ont été alimentées en courant alternativement pendant cinq jours et ont obtenu 8250 points d'observation ! C'est ainsi que des mesures de basse résistivité ont été détectées. Les experts de l'Institut de géophysique de l'UNAM ont pu obtenir une imagerie intéressante d'un cenote sur lequel a été construit la Pyramide de Kukulcan. Il peut atteindre 25 m de long sur son axe nord-sud et de 30 à 35 m dans l'autre direction. Une couche de roche calcaire de 4 à 5 m d'épaisseur sépare le corps aquatique de la pyramide maya.

Ces travaux, entrepris avec le soutien de Denise Argote (INAH), approfondissent les deux prolégomènes suivants :
  1. La présence de différents corps aquatiques semble être de plus en plus souvent observée sous d'importantes constructions préhispaniques au Mexique. Rappelons le cas troublant de ressemblance, bien qu'artificiellement créé, du tunnel fouillé actuellement par Sergio Gómez sous la pyramide du Serpent à plumes à Teotihuacan.
  2. Selon l'archéologue-plongeur Guillermo de Anda, il ne fait aucun doute que les anciens Mayas construisaient sciemment leurs pyramides au-dessus de cenotes ou de points d'eau.




Tomographie du cenote situé sous le Castillo.
Crédits: INSTITUTO DE GEOFÍSICA/UNAM.

À ce titre, il est bon de rappeler que les pyramides sont des représentations symboliques de la montagne primordiale. Cet élément fondamental et fondateur de la cosmovision mésoaméricaine contenait en son sein l'eau fécondatrice et les plantes qui garantissaient la subsistance. Dès lors, la présence de cenotes sous les pyramides du Castillo ou de l'Osario seraient une simple réinterprétation de ce mythe fondateur de la création de la vie. S. Gómez avait fait une proposition semblable pour la Citadelle de Teotihuacan. L'esplanade pourrait avoir représenté la mer primordiale de laquelle surgit la montagne d'abondance. C'est de sous cette même montagne symbolique que surgissait l'eau, la vie (pour reprendre le vieux slogan d'une pub pour une eau gazeuse). Rappelons enfin que, selon le Popol Vuh quiché, Gucumatz est le serpent à plumes qui avance dans l'eau. Il est curieux de voir comment ce vieux mythe prend une connotation spéciale lorsqu'on parle de la Pyramide du Castillo.

Les scientifiques sont relativement prudents encore. Ils estiment que la fiabilité des mesures peu être faussées et que les dimensions estimées sont encore peu précises. Il n'empêche : leur méthode et les résultats de leurs travaux sont innovants à bien des égards et nous donnent une vision différente de la pyramide de Kukulcán. Ils n'excluent pas à terme que la pyramide puisse s'effondrer sous son propre poids, étant donné que la couche de roche calcaire est parfois plus mince. Cependant Tejero estime qu'un tel événement n'aura pas lieu avant de nombreuses générations.


Chichen Itza 3.jpg
"Chichen Itza 3" by Daniel Schwen - Own work. Licensed under CC BY-SA 4.0 via Commons.


Pour en savoir plus sur cette découverte très prometteuse, n'hésitez pas à consulter l'article électronique publié dans la Gaceta de l'UNAM. Vous pouvez également trouver sur le compte Issuu de la Red Mexicana de Arqueología différents matériels proposés par Raúl Mendoza Alcocer.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…