Accéder au contenu principal

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Pyramide du Castillo, Chichen Itza, Yucatan, Postclassique ancien.
Photo : B. Lobjois

Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotitla, au nord-est de Tlaxcala. René Chávez SeguraGerardo Cifuentes Nava et Esteban Hernández Quinteromembres de l'Institut de Géophysique, et Andrés Tejero de la Faculté d'Ingénierie à l'Université Nationale Autonome du Mexique ont participé au projet pour de nombreuses raisons. Chávez avait déjà participé à la prospection effectuée en 2015 sous le Castillo et qui avait révélé la présence d'un cenote sous ce dernier. On peut notamment voir sur les réseaux sociaux académiques qu'ils disposent d'une sérieuse expérience dans la prospection électromagnétique.

La méthode de prospection géophysique est relative simple. Dans le cas qui nous concerne, les chercheurs ont développé un outil original et unique en son genre. Ils ont disposé différents détecteurs électriques autour de la pyramide. Ils ont fait passer un courant électrique dans les détecteurs et ont mesuré une déperdition du courant au moment où se trouve un obstacle de certaines dimensions.

Voici le résultat des tomographies électriques tridimensionnelles : elles indiquent donc la présence d'une seconde structure sous le Castillo. Haute de 13 m, atteignant 18 m sur son axe est-ouest et 12 m sur son axe nord-sud, elle correspondrait au Classique récent (550-800 de notre ère. La plus petite de ces poupées russes semble avoir été construite au plus près du cenote détecté l'an dernier.



Tomographies électriques tridimensionnelles du Castillo.
Photo : INAH - UNAM.
En ligne le 20/11/2016 : http://www.inah.gob.mx/images/boletines/2016_345/demo/img/foto2.jpg.

Cette habitude de recouvrir un bâtiment par un autre n'est pas propre aux Mayas. Rappelons que la Pyramide de Teotihuacan ou le Grand Temple de Tenochtitlan comptaient plusieurs phases de construction. Elles peuvent être expliquées d'au moins deux manières. D'une part, l'arrivée au pouvoir de nouveaux groupes implique la réappropriation et la modification de cette architecture rituelle. D'autre part, certains agrandissements pouvaient être le fait d'une dégradation naturelle.

Reste un point de détail à ne pas négliger : les fouilles. Comment le Secrétariat  à la Culture va-t-il pouvoir les financer alors que des coupes budgétaires successives ont affecté les principaux projets archéologiques, au point de devoir en suspendre certains fers de lances ? 

Références bibliographiques
Argote Espino, D., Andrade, A., Cifuentes Nava, G. & López Aguilar, F. (2013). 3D electrical prospection in the archaeological site of El Pahñú, Hidalgo State, Central Mexico. Journal of Archaeological Science 40(2):1213–1223 · February 2013
DOI: 10.1016/j.jas.2012.08.034. Fac-similar en línea: https://www.researchgate.net/publication/257155076_3D_electrical_prospection_in_the_archaeological_site_of_El_Pahnu_Hidalgo_State_Central_Mexico.

Argote Espino, D., López García, P.A. & Tejero Andrade, A. (2016). 3D-ERT geophysical prospecting for the investigation of two terraces of an archaeological site northeast of Tlaxcala state, Mexico. 



INAH (16/11/2016). Hallan especialistas una segunda subestructura en la Pirámide de Kukulcán, en Chichén Itzá. Boletín INAH, en linea: https://goo.gl/clgjlr.

Ventura, A. (17/11/2016). Chichén Itzá: hallan una nueva piramide. El Universal, en linea: https://goo.gl/4bacaX.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…