Accéder au contenu principal

Découverte d'un temple circulaire dédié à Ehecatl à Tlatelolco.

Tlatlelolco est la soeur méconnue de Tenochtitlan. Fondée selon les mythes par un groupe de mexicas dissidents en 1337, Tlatelolco reprend bon nombre d’éléments architecturaux du Templo Mayor de Tenochtitlan. Au moment de la Conquête, Tlatelolco est le centre marchand par excellence. Son tianquiztli regorgeait de denrées et biens qui viennent de territoires parfois bien plus éloignés que ceux soumis à la Triple Alliance Tenochtitlan, Tlacopan et Tacubaya, Ēxcān Tlahtōlōyān, Hueytlahtocayotl Icniuhyotl ou In etl in tzontecomatl étant donné les différents noms de cette alliance en nahuatl (Herrera Meza, López Austin & Martínez Baracs, 2013).


Comme souvent à Mexico, l’archéologie préventive nous apporte son long de (bonnes) surprises. L’annonce faite par la directrice de la Zone Archéologique de Tlatelolco est en tout point remarquable. En conférence avec Eduardo Matos Moctezuma et Pedro Sánchez-Nava à l’ancien Collège de la Sainte Croix, Edwina Villegas Gómez a expliqué que des fouilles préalables à la construction d’un centre commercial ont permis de dégager à 3 m sous la chaussée les spectaculaires vestiges d’un temple rond  d’un diamètre de 11 m et d’une hauteur, d’ 1,20 mètre. Il se rapproche en cela du complexe mis au jour par le Programme d’Archéologie Urbaine en 2010 à quelques de la cathédrale au centre de México : l’équipe dirigée par Raúl Barrera avait dégagé un ensemble double long de 30 mètres et une plateforme adossée d’environ 14 mètres de diamètre (INAH, 2010).

Temple ciruculaire d'Ehecatl, Tlatelolco, Mexica, Postclassique.
Photo : Hector Montaño - INAH.
Lors de la première saison de fouilles en 2014, les archéologues de l’INAH ont récupéré les restes de 20 enterrements (adultes, enfants, animaux) et mettaient la main sur la partie supérieure de la structure. C’est lors de la deuxième saison de ce sauvetage, en mars dernier, que la structure circulaire a révélé ses restes de stucs qui semblent avoir été peints en rouge. La partie inférieure, haute d’une cinquantaine de centimètres, a été construite au moyen de pierre de carrière rose et a récemment été consolidée. Le côté est est le seul à présenter un aspect rectangulaire, qui plus orienté vers le temple circulaire d’Ehecatl-Quetzalcoatl, déjà visible à la Zone archéologique de Tlatelolco. Sous la partie nord du temple, une section de pilotis a été enregistrée : rappelons que comme Tenochtitlan, Tlaltelolco fut en partie construite sur des terrains argileux qui formaient une île, le reste des terrains étant gagné par accumulation de limons et de terre sur les eaux de la lagune. Ces pilotis permettaient une meilleure stabilité de l’ouvrage, évitant son affaissement dû aux conditions d’humidité présentes.


Les archéologues ont détecté trois phases de construction de cette édifice. La plus ancienne est postérieure à la date de création de la fondation de Tlatelolco. Ses parois semblent indiquer qu’elle était conique. La seconde phase est estimée en 1376 et 1417 : c’est la mieux représentée. La dernière, postérieure à 1427, est simplement identifiable à la présence pierre de taille rose. Eduardo Luna, en charge du sauvetage, estime même qu’une quatrième phase de construction a peut-être eu lieu : un pan de mur décoré est apparu à l'extrémité ouest du terrain fouillé. 


Eduardo Luna, supervisor de la excavación de rescate en Tlatelolco.
Photo : Hector Montaño / INAH.

D’autre part, une cache en pierre taillée, située à l’entrée est du temple. Les restes de sept individus font partie des découvertes qui se sont ajoutées au cours de la fouille. À l’intérieur de la cache avaient été plusieurs objets et un nouveau-né, probablement comme offrande d’inauguration. Quatre crânes d’oiseaux, cinquante épines de maguey (probablement utilisées lors de rituels autosacrificiels),  deux lames fracturées d’obsidienne, une perle en pierre verte. La présence d’une jarre contenant des malacates, des encensoirs, des têtes de singe portant des masques en forme de bec de canard ont permis aux archéologues d’émettre l’hypothèse raisonnable selon laquelle ce lieu était dédié au culte d’Ehecatl-Quetzalcoatl.


Cache artificielle située à l'entrée est de l'édifice, Tlatelolco, Mexica, Postclassique.
Photo : Edgar Iván Robles / INAH.

La présence de restes osseux humains implique nécessairement la présence d’un anthropolgue physique pour leur étude : c’est Nancy Miramón Valdez qu’est revenu cet honneur. Elle a notamment expliqué que les enterrements effectués autour du temple correspondent à huit individus complets (six enfants, un homme et une femme adultes), et sept autres partiels. L’homme en question avait notamment les incisives inférieures montrant des signes d'usure probablement dûs au labret retrouvé avec lui.


Crâne d'un individu masculin et labret, Tlatelolco, Mexica, Postclassique.
Photo : Héctor Montaño / INAH.

Sur les deux ans de fouilles, les douze archéologues qui sont intervenus sur le projet ont situés plus de 43000 objets, dont seulement 1000 ont pour l’heure ont été dûment récupérés et catalogués. Il y a donc encore un long travail de laboratoire qui attend ses chercheurs. Qu’adviendra-t-il de ce temple circulaire puisqu’il s’agit d’un sauvetage et que la construction du centre commercial devra reprendre tôt ou tard. À ce sujet, Villegas Gómez se montre assez optimiste : à l’instar de ce qui se fait dans le centre de Mexico, une fenêtre archéologique sera construite et permettra bientôt aux badauds de découvrir cette merveille. L’entreprise en charge de la construction a décidé de céder la partie du terrain où se trouve la pyramide à l’INAH.

Pour en savoir plus sur cette belle découverte, nous vous invitons à jeter un oeil au reportage disponible sur la chaîne INAHTV ou au diaporama préparé par l'INAH.



Références bibliographiques


Herrera Meza, M., López Austin A. y Martínez Baracs, R. (2013). El nombre náhuatl de la Triple Alianza. Estudios de Cultura Náhuatl, 46, 7-35. Fac simile pdf en ligne, disponible le 1/12/2016 : http://www.historicas.unam.mx/publicaciones/revistas/nahuatl/pdf/ecn46/944.pdf 


Instituto Nacional de Antropología e Historia. (2016). Zona arqueológica de Tlatelolco. En ligne le 01/12/2016 : http://tlatelolco.inah.gob.mx/. 


Instituto Nacional de Antropología e Historia. (22/02/2010). Hallan a templo de Ehecatl. En línea: http://www.inah.gob.mx/es/boletines/1884-hallan-templo-a-ehecatl 


Instituto Nacional de Antropología e Historia. (30/11/2016). Descubren templo dedicado a Ehécatl-Quetzalcóatl en Tlatelolco. En línea:

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre.

Bonne lecture !

Références :
Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Raíces 421 - L'offrande 177 du Templo Mayor avec Mary Laidy Hernández Ramírez

Cette semaine, Raíces recevait Mary Laidy Hernández Ramírez, étudiante de licence en archéologie à l'École Nationale d'Anthropologie et Histoire et membre depuis 2016 du Projet Templo Mayor, dirigé par Leonardo López Luján. Hernández Ramírez a effectué la fouille de l'Offrande 177 du Templo Mayor. Comment décrire la stratigraphie de ce dépôt ? Quels matériaux ont été exhumés ? Comment sont-ils analysés, conservés et étudiés ?


Comme chaque semaine, nous vous présentons ce programme sur le portail Internet Archive au format.ogg.

Crédits musicaux
Génériques :Carlos Rohan Tamez Poema: huitznahuac yautl icuic (Garibay, 1958: 40-41) El Venado Azul - Cumbia Cusinela
Références bibliographiques Chávez Balderas, X., Aguirre, A., Miramontes, A., & Robles, E. (2010). “Los cuchillos ataviados de la ofrenda, 125. Templo Mayor de Tenochtitlan?”, Arqueología Mexicana, (XVII)103, 70-75. [URL] https://arqueologiamexicana.mx/mexico-antiguo/los-cuchillos-ataviados-de-la-ofrenda-125-templo-mayor…

Raíces 417 - L'univers sonore de la vingtaine d'etzalcualiztli avec Alejandro Veliz

“[...] en todas las fiestas de su calendario, que eran dieciocho, todo el fin de celebrarlas con tantas muertes de hombres, y con tantos ayunos y derramamientos de sangre de sus personas, todo se dirigía sobre pedir de comer y años prósperos y conservación de la vida humana, y en todas ellas metían colectas y hacían memoria del agua en una fiesta que llamaban etzalcualiztli, que era cuando las aguas eran ya entradas y las sementaras crecidas y con mazorcas.” (Durán, 1984, 171)
Cette semaine Raíces recevait de nouveau Alejandro Veliz, docteur en Études mésoaméricaines et enseignant à l'École des Beaux-Arts de Capulhuac. Après avoir décrit de manière succincte la vingtaine d'etzalcualiztli il y a quelques semaines, Veliz est venu expliquer le paysage sonore des rituels qui avaient lieu pendant cette semaine. Cette plongée dans le son rituel nous invite à nous demander quels objets sonores étaient utilisés ? À quel moment de la vingtaine étaient-ils utilisés ? Qui pouvait les util…