Accéder au contenu principal

Découverte d'une tombe à puits à Colima, Colima


Rafael Platas Ruiz, archéologue du Centre INAH Colima, a récemment des fouilles de sauvetage dans la ville de Colima. Curieuse coïncidence, lors de la rénovation de son temple, un trou d’environ 50 cm de diamètre est apparu et l’Église adventiste du septième jour a dû laisser les archéologues procéder à une prospection qui a débouché sur la découverte d’une cavité qui a laissé apparaître au moins les restes osseux d’au moins douze individus de sexe masculin.

Les détails du sauvetage archéologique ont fourni des informations. Tout d’abord, il convient de noter la faible profondeur à laquelle les ossements ont été retrouvés: 84 cm sous une dalle de ciment. L’entrée de cette tombe multiple fut fermée durant la phase Comala (soit entre 0 et 500 de notre ère) au moyen de pierres de différente tailles, d’outils servant à moudre et d’ossements humains.

Fouille de sauvetage, Colima, Colima.
Photo : Raphael Platas / INAH.
Retrouvé de

Dans un espace réduit (1,6 m de long en sens nord-sud et 2 en sens est-ouest, une douzaine de crânes et d’autres ossements ont été retrouvés, sans position anatomique précise. Si cela complique a priori  le travail des archéologues pour établir une séquence des différents enterrements, cette façon de manipuler les restes humains leur a permis justement de comprendre qu’il s’agissait d’un groupe appartenant à la Culture dite Tombe à puits. Elle n’hésitait pas à réutiliser la même tombe pour y enterrer des individus qui pourraient avoir appartenu à une même lignée dirigeante. Il serait à ce titre intéressant de pouvoir dégager un profil génétique de ces individus : on pourrait alors déterminer d’éventuels liens de parenté-filiation entre eux.

foto3.jpg
Ossements découverts sous l’Église du Septième Jour, Culture des Tombes à puits, Colima, Colima.
Photo : Rafael Platas / INAH.

La présence de deux sculptures anthropomorphes en céramique rouge et peinte intrigue par leur position, face contre terre, que par leur orientation, vers les crâne de deux défunts. Leur style et leur iconographie correspondent à ce qui a pu être déjà observé par le passé dans d’autres contextes archéologiques semblables de la région. La pièce masculine, haute de 39 cm et large de 15 cm, porte un couvre-chef qui prend la forme d’une corne. Il porte ce qui semble être une masse d’armes. Son pendant féminin de dimensions plus modeste (32 cm de hauteur et 14 cm de largeur) se caractérise par une tête triangulaire surmontée d’un bandeau. Dans sa main droite elle porte une petite vaisselle.

Mais qui ou que représentent ces personnages ? C’est une question récurrente lorsqu’on observe toutes ses sculptures particulièrement prisées par les collectionneurs privés achetées à des pilleurs laissant des tombes à puits décontextualisées et incomplètes. Les archéologues ont pris l’habitude, tout au moins en ce qui concerne les figures masculines, de les identifier comme des chamans. Il est donc rare que les archéologues puissent fouiller une tombe à puits intacte, comme l’exemple que nous rapportons aujourd’hui.

foto2.jpg
Offrande composée de deux sculptures, une jarre et une vaisselle.
Photo : Rafael Platas / INAH.

Bibliographie

Fundación cultural Armella Spitalier. (s.f.). Occidente de México. [Document pdf] retrouvé de http://www.fundacionarmella.org/wp-content/uploads/Descarga/Catalogo%20de%20eBooks%20esp/32_Occidente_Demo.pdf

Instituto Nacional de Antropología e Historia. (07 de febrero de 2017). Pequeña ventana a panteón prehispánico hallada en la ciudad de Colima. [en línea], consultado el 12 de febrero de 2017. http://www.inah.gob.mx/es/boletines/5901-pequena-ventana-a-panteon-prehispanico-tumba-de-tiro-hallada-en-la-ciudad-de-colima


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…