Accéder au contenu principal

Découverte d'une tombe à puits à Colima, Colima


Rafael Platas Ruiz, archéologue du Centre INAH Colima, a récemment des fouilles de sauvetage dans la ville de Colima. Curieuse coïncidence, lors de la rénovation de son temple, un trou d’environ 50 cm de diamètre est apparu et l’Église adventiste du septième jour a dû laisser les archéologues procéder à une prospection qui a débouché sur la découverte d’une cavité qui a laissé apparaître au moins les restes osseux d’au moins douze individus de sexe masculin.

Les détails du sauvetage archéologique ont fourni des informations. Tout d’abord, il convient de noter la faible profondeur à laquelle les ossements ont été retrouvés: 84 cm sous une dalle de ciment. L’entrée de cette tombe multiple fut fermée durant la phase Comala (soit entre 0 et 500 de notre ère) au moyen de pierres de différente tailles, d’outils servant à moudre et d’ossements humains.

Fouille de sauvetage, Colima, Colima.
Photo : Raphael Platas / INAH.
Retrouvé de

Dans un espace réduit (1,6 m de long en sens nord-sud et 2 en sens est-ouest, une douzaine de crânes et d’autres ossements ont été retrouvés, sans position anatomique précise. Si cela complique a priori  le travail des archéologues pour établir une séquence des différents enterrements, cette façon de manipuler les restes humains leur a permis justement de comprendre qu’il s’agissait d’un groupe appartenant à la Culture dite Tombe à puits. Elle n’hésitait pas à réutiliser la même tombe pour y enterrer des individus qui pourraient avoir appartenu à une même lignée dirigeante. Il serait à ce titre intéressant de pouvoir dégager un profil génétique de ces individus : on pourrait alors déterminer d’éventuels liens de parenté-filiation entre eux.

foto3.jpg
Ossements découverts sous l’Église du Septième Jour, Culture des Tombes à puits, Colima, Colima.
Photo : Rafael Platas / INAH.

La présence de deux sculptures anthropomorphes en céramique rouge et peinte intrigue par leur position, face contre terre, que par leur orientation, vers les crâne de deux défunts. Leur style et leur iconographie correspondent à ce qui a pu être déjà observé par le passé dans d’autres contextes archéologiques semblables de la région. La pièce masculine, haute de 39 cm et large de 15 cm, porte un couvre-chef qui prend la forme d’une corne. Il porte ce qui semble être une masse d’armes. Son pendant féminin de dimensions plus modeste (32 cm de hauteur et 14 cm de largeur) se caractérise par une tête triangulaire surmontée d’un bandeau. Dans sa main droite elle porte une petite vaisselle.

Mais qui ou que représentent ces personnages ? C’est une question récurrente lorsqu’on observe toutes ses sculptures particulièrement prisées par les collectionneurs privés achetées à des pilleurs laissant des tombes à puits décontextualisées et incomplètes. Les archéologues ont pris l’habitude, tout au moins en ce qui concerne les figures masculines, de les identifier comme des chamans. Il est donc rare que les archéologues puissent fouiller une tombe à puits intacte, comme l’exemple que nous rapportons aujourd’hui.

foto2.jpg
Offrande composée de deux sculptures, une jarre et une vaisselle.
Photo : Rafael Platas / INAH.

Bibliographie

Fundación cultural Armella Spitalier. (s.f.). Occidente de México. [Document pdf] retrouvé de http://www.fundacionarmella.org/wp-content/uploads/Descarga/Catalogo%20de%20eBooks%20esp/32_Occidente_Demo.pdf

Instituto Nacional de Antropología e Historia. (07 de febrero de 2017). Pequeña ventana a panteón prehispánico hallada en la ciudad de Colima. [en línea], consultado el 12 de febrero de 2017. http://www.inah.gob.mx/es/boletines/5901-pequena-ventana-a-panteon-prehispanico-tumba-de-tiro-hallada-en-la-ciudad-de-colima


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…