Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana HS 79

Après nous avoir fait découvert l'importance du pulque dans les cultures anciennes et modernes du Mexique (voir notre compte-rendu précédent ici), Enrique Vela, éditeur de la revue Arqueología mexicana, a laissé les clés à Raul Barrera Rodríguez, responsable du Programme d'Archéologie Urbaine pour nous faire découvrir les fenêtres archéologiques mises en place dans le centre-ville de Mexico. Si vous vous promenez autour de la Zone archéologique du Templo Mayor, vous avez probablement remarqué des baies vitrées qui ponctuent le trottoir de certaines rues adjacentes. Mais plusieurs sont situées sous des édifices plus récents. 





Après une introduction générale de la part d'Enrique Vela qui présente le patrimoine préhispanique, colonial et vice-royal du centre de Mexique, on peut lire un article de Leonardo López Luján qui nous présente différentes phases de constructions de la ville : la capitale préhispanique, le tracé de la capitale vice-royale et la réutilisation moderne et hétéroclite de cet espace. Différentes gravures et plusieurs plans complètent convenablement les réflexions du directeur du Projet Templo Mayor.

Les textes de Raúl Barrera Rodríguez reprennent et explorent de manière plus détaillée certaines informations exposées précédemment: occupation du site par les Mexicas et la séparation avec le groupe tlatelolca, développement et organisation de leur cité et de leur emprise sur un territoire toujours plus vaste, conceptions mythico-religieuses de l'univers, destruction et reconstruction de la ville par les conquistadores, la redécouverte du passé préhispanique par la société vice-royale, les fouilles ponctuelles avant la mise en place des projets systémiques que sont le Projet Templo Mayor et le Programme d'Archéologie Urbaine, et la présentation des fenêtres archéologiques. On notera deux documents qui frapperont le lecteur : d'un côté la carte des calpultin de Tenochtitlan proposé par , d'autre part les vues isométriques de l'enceinte sacré du Grand Temple, mises à jour en fonction des dernières découvertes du PAU. Enfin on apprécie un plan précis des fenêtres archéologiques en fonction de la période des vestiges.

Chaque fenêtre archéologique est présentée sur un modèle qui comprend les aspects suivants : dimensions, datation, explorations du contexte, rapprochements avec des documents coloniaux et quelques recherches publiées pour chacune d'elles. Notons que la première fenêtre présentée est également la plus récemment ouverte au public  : le nouveau vestibule qui permet d'accéder à la zone archéologique plonge le visiteur in medias res. Le cuauhxicalco, découvert il y a maintenant un peu plus de 7 ans, donne un ton solennel à la visite. 



Au total pas moins de 42 fenêtres contenant des vestiges coloniaux et/ou préhispaniques ont été mises à disposition du public. Certaines, comme la Maison du Marquis del Apartado, sous la Cathédrale métropolitaine, le Sagrario, le Musée UNAM Hoy, le Palais national, le Musée national des cultures du monde, le Palais de l'École de médecine peuvent être visitées sous certaines conditions (horaires et guide obligatoire). Mais la plupart son visibles sous d'épaisses vitrines insérées au niveau du sol comme sur le Parvis de la cathédrale, dans la rue Argentine, dans l'ancien Palais de l'Archevêché ou en face du Templo Mayor, la cour arrière de l'église de Sainte Thérèse. Malheureusement l'humidité les rend le plus souvent impossible à voir.

Fenêtre archéologique, Rue d'Argentine, Mexico.
Barrera Rodríguez annonce aussi l'ouverture prochaine de nouvelles fenêtres suite aux spectaculaires découvertes du Grand Terrain de jeu de balle, du Temple d'Éhécatl et du Tzompantli. Il faudra cependant faire preuve d'un peu de patience avant que cela ne puisse se produire.


La bibliographie proposée par Barrera Rodríguez est exemplaire et nous incite à voir le centre de Mexico d'une autre manière. Si les façades coloniales ou néoclassiques, les bâtiments du Porfiriat ou de la Viceroyauté attirent le regard du curieux, il conviendrait aussi de le baisser parfois.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…