Accéder au contenu principal

Hommage à Peter Schmidt

L'annonce tôt ce lundi matin a eu lieu comme c'est désormais souvent le cas sur les réseaux sociaux. Celui qui fut l'âme du Projet archéologique Chichen Itza entre autres, la voix farouche de la protection et de la transmission du patrimoine archéologique depuis le Yucatan n'est plus. Il avait pourtant traîné ses chaussures de marche, son chapeau et sa chemise en Allemagne et au Nicaragua avant de débarquer en 1973 au Mexique pour prendre la direction du Proyecto Huejotzingo et d'entrer au Centre INAH du sud-est en 1977, fouillant déjà à Chichen Itza et à El Meco et Kohunlich au Quintana Roo. 

Cette identification avec Chichen Itza est dû aux avancées notables qu'il a pu provoquer. En 1980, il détermine le polygone qui mitigera les affres subis par le patrimoine, la faune et la flore du site. Ce tracé sera repris ensuite dans le décret présidentiel qui fait de Chichen Itza une zone de monuments archéologiques. En 1993, il prend la direction du projet archéologique qui étudiera l'architecture, la sculpture, l'iconographie, l'agriculture, la chronologie ou encore les ouvrages hydrauliques qui constitue le site. 

Il suffit de lire la presse nationale au Mexique pour se rendre compte du séisme que son départ à provoqué. L'hommage poignant de Giovana Jaspersen, actuelle jeune directrice du Museo Regional Palacio Cantón, envers son prédecesseur à ce même poste entre 1983 et 1993, donne toute la mesure de l'héritage scientifique et culturel laissé par ce natif d'Hambourg mais aussi d'un vide qui sera difficile à combler. 

Apprécié tout particulièrement de ses collègues de l'INAH Yucatán, son aura a rayonné bien au-delà. Lorsque je me suis présenté en octobre 2004 aux portes de la Zone Archéologique de Chichen Itza, Pancho m'emmena alors au campement des archéologues. Là, assis tranquillement dans la cuisine avec différents membres du projet et employé(e)s du site, mettant la main à la pâte, il m'accueillit simplement et chaleureusement. 

"Tu as déjà mangé ?" 
- Non, répliquai-je. Je descends juste du bus qui vient de Valladolid où j'ai pris le petit déjeuner avant de partir.
- Tu nous accompagnes pour le repas alors ?
Quand bien même je mourais d'envie d'entrer sur le site pour photographier les serpents à plumes dont j'avais tant besoin pour mon corpus photographique, impossible de refuser l'invitation. Tout d'abord par politess. Ensuite parce qu'il faisait partie des auteurs que j'avais lu d'arracher pour soutenir mon DEA deux ans plus tôt, ensuite parce que j'avais franchement les crocs.
La conversation se noue naturellement, tranquillement au sujet de mes travaux de doctorat sous la direction de Michel Graulich. Il me demande mon itinéraire dans les semaines à venir. Je l'interroge sur les parties de Chichen Viejo qui étaient encore fouillées à l'époque et pour lesquelles j'avais une certaine curiosité. 
Le repas s'éternise, comme souvent au Mexique. La zone ferme dans deux heures avant de laisser place à l'horrible spectacle son et lumière auxquels peu de visiteurs assistent, quand bien même l'accès soit inclus dans le prix du billet.
Il me guide vers la céramothèque du site où travaille Eduardo Pérez de Heredia Puente.
- Au fait, tu vas dormir où ce soir, me demande-t-il ?
- Je retourne à Valladolid, répondis-je, l'air un peu défait.
- Pas la peine. Pourquoi ne restes-tu pas au campement dormir ? Tu pourras te reposer et te lever tôt le matin pour prendre de bonnes photos et prendre tes mesures. 
Un rêve de gamin est en train de se réaliser: passer deux nuits au milieu de la forêt, au milieu du site que j'avais étudié durant les quatre dernières années. Ce rêve, c'est grâce à sa bienveillance et sa générosité que j'ai pu l'accomplir.  Ce fut la seule et unique que fois je pus converser avec lui.

Sa santé était alors déjà défaillante. L'archéologie est une science exigeante physiquement et mentalement, surtout quand on travaille dans des conditions. Il n'empêche : ses réflexions sur Chichen Itza continuaient de nourrir le débat. Nombreux furent ce qui se réjouirent lorsque l'UNESCO lui remit il y a quatre ans sa Médaille de la Diversité culturelle. Il a décidé de suivre un autre chemin où nous espérons pouvoir un jour de nouveau le croiser. 

Merci, Peter Schmidt.


Peter Schmidt.
Photo: Héctor Montaño/INAH.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Découverte de vestiges teotihuacains dans le Bois de Chapultepec

Si vous visitez le Musée National d'Anthropologie, vous traverserez l'avenue Reforma pour vous promener dans le Bois de Chapultepec. C'est là que vous pourrez connaître le château homonyme, qui fut la résidence de l'empereur Maximilien et de son épouse Charlotte. Mais Chapultepec abrite une longue histoire qui se matérialise par une zone archéologique polygonale. Un bulletin de l'INAH fait le point sur des fouilles en cours depuis 2009. Lourdes Camacho López, en charge du projet Bosque, cerro y castillo de Chapultepec a donc présenté les restes d'un hameau teotihuacain au pied du château, dont les signes d'une double occupation remontant entre 220 et 650 de notre ère. 

Trois fronts de fouilles ont été ouverts desquels deux ont révélé des vestiges de singulière importance à moins de 30 cms de la surface actuelle du sol. C'est au nord-ouest de ce la zone archéologique qu'un mur double a été découvert sous une plateforme rectangulaire. Des fragments de …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…