Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana HS 78

Si les vins gaulois étaient réputés au point d'être vendus un peu partout dans l'Empire romain, au moment le pulque était produit et consommait un partout dans le Mexique préhispanique. On peut trouver cependant de nombreux différences entre ces deux boissons en terme de production, de consommation et probablement de symbolisme.

Le hors-série 78 d'Arqueología mexicana nous propose une rétrospective visuelle sur l'histoire du pulque. Parmi les nombreuses boissons alcoolisées originaires du Mexique (tequila, balche, sotol, mezcal), le pulque n'est certainement pas la plus connue. Le pulque est l'aguamiel extraite du maguey avant de fermenter. Le maguey avait déjà bénéficié un numéro hors-série (numéro 57) où le pulque avait déjà été évoqué.

Comme souvent au Mexique, de nombreux mythes, anciens et modernes, décrivent la création du pulque. L'un d'entre eux voit intervenir Quetzalcóatl et Mayahuel (ill.1), donnant un nouvel aliment à l'humanité. 

Ill. 1. La déesse Mayahuel, Codex Laud, pl. 16.
Infographie : Arqueología mexicana / Editorial Raíces
On peut aussi rappeler la ruse qui permit à Tezcatlipoca d'enivrer Quetzalcóatl, vieux roi de Tollan : il lui fit boire probablement du pulque à plusieurs reprises, en lui promettant qu'il détenait un breuvage capable de lui ôter ses souffrances (ill.2).

Ill. 2. Quetzalcóatl se laisse enivrer par le pulque offert par Tezcatlipoca, Codex de Florence.Infographie : Arqueología mexicana / Editorial Raíces.
Ce hors-série, édité par Enrique Vela, compte trois grandes sections. Dans une introduction générale mais solide, il nous présente le maguey en termes biologiques, agricoles et industriels. Il est notamment question des différents outils préhispaniques et modernes utilisés dans la collecte de l'aguamiel et le processus de fermentation de la boisson. Cette introduction sert de point d'ancrage aux cinq principales cultures choisies pour orienter ce catalogue visuel. Dans un premier temps, il est question de la fameuse peinture murale des Buveurs : sur les quelques soixante mètres dégagés et restaurés intégralement il y a quelques années dans une des phases antérieures de la Pyramide de Cholula (ill.3), pas moins de cent dix personnages dont quatre femmes âgées se partagent et ingurgitent le précieux liquide, parfois en association avec des félins.

Ill. 3. Fragment de la peinture murale dite des Buveurs, Cholula, Puebla.
Infographie : Arqueología mexicana / Editorial Raíces
Vient ensuite une série d'images du pulque à Teotihuacan, la plupart issue de peintures murales, notamment du quartier de La Ventilla : on y voit notamment des prêtres verser du pulque sur le sol. 

En ce qui concerne les Mayas, tant ceux du Classique que du Postclassique, les représentations de consommation rituelle se font sur des vaisselles peintes à cet effet (ill.4) ou sur dans le Codex de Dresde, avec le dieu Ahkan, lui-même associé à l'agonie et aux morts violentes. Dans le cas maya, il semblerait que le pulque ait été appelé ki' en tzeltal et chih en langue ch'ol (ill.5). Sa fabrication était possible par l'utilisation d'une variante locale du maguey : le hennequen.

Ill. 4. Scène de beuverie, vaisselle cérémonielle maya, Classique, Australian National Museum 82.22.92.
Photo : Justin Kerr, K1453.
Ill. 5. El dios Ahkan, Códice Dresden, láms. 5 y 9.
Infographie: Oliver Santana / Arqueología mexicana / Editorial Raíces
Le Postclassique est probablement l'époque pour laquelle nous possédons la majorité des représentations du pulque. On le voit très présent dans les codex mixtèques, lors de cérémonies d'intronisation, des mariages ou des funérailles. Hermann Lejarazu identifia notamment l'existence d'une femme, 11 Serpent, qui fut démembrée et décapitée dans le Codex Nutall. De son corps parcelé surgit le maguey. Le même chercheur a reconnu différents glyphes toponymiques qui sont associés à cette plante et au pulque.

Vela propose ensuite une page d'images du maguey et du pulque à El Tajín, au Colima, à Oaxtepec ou Cacaxtla. Vient alors un impressionnant corpus iconographique de sculptures en pierre volcaniques, de vaisselles à pulque en céramique, modelées et peintes. Elles sont accompagnées d'images du Codex Mendoza (ill. 6), d'un extrait d'une réflexion de León-Portilla sur le rite de libation du pulque et un autre issu de l'Histoire Générale des Choses de la Nouvelle Espagne.

Ill. 6. Femme âgée du pulque dans une vaisselle, Códice Mendocino, fol. 71r.
Infographie : Arqueología mexicana / Editorial Raíces.
La deuxième partie de ce hors-série essaie de résumer en quelques pages le symbolisme du pulque. En fait, Vela synthétise les travaux de Diego Matadamas, jeune archéologue du Proyecto Templo Mayor, sur les sculptures peintes des centzontotochtin retrouvés dans cette zone archéologique, et cite deux fragments de l'Historia de los Mexicanos por sus pinturas. Le premier rapporte l'invention du pulque quand le second montre le lien entre Mayahuel et le maguey. Ce sont en outre d'autres dieux liés au pulque qui sont présentés dans les pages suivantes, une image en contrepoint d'un chant ou d'une description de leurs attributs respectifs. Il serait pourtant impossible de parler du pulque sans faire état de deux animaux qui sont en rapport avec son invention et son utilisation : il s'agit de l'oppossum et du lapin. 

Dans un troisième et dernier moment, Vela revient sur le devenir du pulque avec l'arrivée des Espagnols. La consommation rituelle oubliée, c'est tout une industrie qui se met en place grâce aux apports des nouveaux venus jusqu'au XXe siècle où peu à peu se dégrade l'image du pulque. Pour illustrer cette période, différentes gravures, peintures et photographies sont proposées au lecteur : on y voit autant les producteurs, que les buveurs et les lieux de consommation du pulque, appelés pulquerías. 

En guise de conclusion, on peut apprécier ce bel effort de résumer autant d'informations en si peu de pages. De fait, un suiveur de la revue aura noté la présence de références directes et indirectes à d'autres numéros d'Arqueología mexicana.

Si vous êtes intéressé(e) par notre compte-rendu d'Arqueología mexicana sur les boissons mexicaines, un petit clic ici s'impose.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Découverte de vestiges teotihuacains dans le Bois de Chapultepec

Si vous visitez le Musée National d'Anthropologie, vous traverserez l'avenue Reforma pour vous promener dans le Bois de Chapultepec. C'est là que vous pourrez connaître le château homonyme, qui fut la résidence de l'empereur Maximilien et de son épouse Charlotte. Mais Chapultepec abrite une longue histoire qui se matérialise par une zone archéologique polygonale. Un bulletin de l'INAH fait le point sur des fouilles en cours depuis 2009. Lourdes Camacho López, en charge du projet Bosque, cerro y castillo de Chapultepec a donc présenté les restes d'un hameau teotihuacain au pied du château, dont les signes d'une double occupation remontant entre 220 et 650 de notre ère. 

Trois fronts de fouilles ont été ouverts desquels deux ont révélé des vestiges de singulière importance à moins de 30 cms de la surface actuelle du sol. C'est au nord-ouest de ce la zone archéologique qu'un mur double a été découvert sous une plateforme rectangulaire. Des fragments de …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…