Accéder au contenu principal

Découverte d'un complexe funéraire à Tlatelolco



Photo Associated Press, in la Cronica de Hoy du 10 février 2009.

La presse mexicaine, notamment la Cronica de Hoy et la Jornada, s'est largement faite l'écho d'une découverte particulière et intéressante à Tlatelolco. Ancienne membre de la Triple Alliance mexica, on ne peut voir que sa pyramide double et quelques édifices au milieu de ce qu'on appelle aujourd'hui la Place des trois cultures. Une équipe dirigée par l'archéologue Salvador Guillem a mis au jour le 15 décembre 2008 un complexe funéraire pour le moins insolite. Les archéologues effectuaient un travail d'échantillonage pour dater la première phase de construction de la pyramide de Tlatelolco, qui serait apparemment plus ancienne que celle de Tenochtitlan.



Cinquante squelettes et cinq crânes composaient cette fosse commune, placée au pied d'un édifice religieux mexica. Cela peut paraître intriguant ou cocasse mais que dire alors des restes d'offrandes d'encens. Guillem a proposé plusieurs hypothèses pour expliquer ces enterrements réalisés conformément à la tradition chrétienne, id est le corps allongé sur le dos et les bras croisés sur le ventre.

La première hypothèse serait l'enterrement de conquistadores morts pendant le soulèvement de Tlatelolco en 1521 ou encore de victimes de l'épidémie de peste qui frappa le pays entre 1545 et 1576.


Crânes de la fosse commune de Tlatelolco
Photo mise en ligne sur le site de l'INAH, le 10 février 2009

Les anthropologues physiques ont pu déterminer qu'il s'agissait d'hommes relativement jeunes, un enfant de 12 ans faisant même partie des victimes. Le corps d'un homme plus âgé a été découvert avec un anneau en or et argent à l'auriculaire. Ils mesuraient 1,75 m ou plus selon les analyses faites.

Des morceaux de céramiques (en grande majorité préhispaniques), des boutons en os, de la nacre et un collier en cuivre font partie du mobilier funéraire accompagnant les défunts.

La fosse commune (10 m de long sur 4 m de large) a été préalablement préparée pour l'accueil des corps. Des parois d'adobe ont été construites puis recouvertes de stucs.

L'annonce de la découverte sur le site de l'INAH vient contredire certains points développés par ce même Guillem dans la Jornada ou la Cronica de Hoy. L'INAH révèle que l'étude de la dentition des squelettes expliquent qu'il s'agit d'indigènes et qu'ils ont été associé à des éléments coloniaux. Selon l'archéologue les fouilles seront complétés car il est à peu près sûr qu'il reste encore une cinquantaine de corps et que la fosse devait être un plus grande (10 m sur 10 m).

Bref, comme Guillem Arroyo le commente à la Cronica de Hoy, cette découverte pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses... En attendant de plus amples informations, voici une vidéo proposée sur le site de National Geographic :



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…