Accéder au contenu principal

Découverte d'un complexe funéraire à Tlatelolco



Photo Associated Press, in la Cronica de Hoy du 10 février 2009.

La presse mexicaine, notamment la Cronica de Hoy et la Jornada, s'est largement faite l'écho d'une découverte particulière et intéressante à Tlatelolco. Ancienne membre de la Triple Alliance mexica, on ne peut voir que sa pyramide double et quelques édifices au milieu de ce qu'on appelle aujourd'hui la Place des trois cultures. Une équipe dirigée par l'archéologue Salvador Guillem a mis au jour le 15 décembre 2008 un complexe funéraire pour le moins insolite. Les archéologues effectuaient un travail d'échantillonage pour dater la première phase de construction de la pyramide de Tlatelolco, qui serait apparemment plus ancienne que celle de Tenochtitlan.



Cinquante squelettes et cinq crânes composaient cette fosse commune, placée au pied d'un édifice religieux mexica. Cela peut paraître intriguant ou cocasse mais que dire alors des restes d'offrandes d'encens. Guillem a proposé plusieurs hypothèses pour expliquer ces enterrements réalisés conformément à la tradition chrétienne, id est le corps allongé sur le dos et les bras croisés sur le ventre.

La première hypothèse serait l'enterrement de conquistadores morts pendant le soulèvement de Tlatelolco en 1521 ou encore de victimes de l'épidémie de peste qui frappa le pays entre 1545 et 1576.


Crânes de la fosse commune de Tlatelolco
Photo mise en ligne sur le site de l'INAH, le 10 février 2009

Les anthropologues physiques ont pu déterminer qu'il s'agissait d'hommes relativement jeunes, un enfant de 12 ans faisant même partie des victimes. Le corps d'un homme plus âgé a été découvert avec un anneau en or et argent à l'auriculaire. Ils mesuraient 1,75 m ou plus selon les analyses faites.

Des morceaux de céramiques (en grande majorité préhispaniques), des boutons en os, de la nacre et un collier en cuivre font partie du mobilier funéraire accompagnant les défunts.

La fosse commune (10 m de long sur 4 m de large) a été préalablement préparée pour l'accueil des corps. Des parois d'adobe ont été construites puis recouvertes de stucs.

L'annonce de la découverte sur le site de l'INAH vient contredire certains points développés par ce même Guillem dans la Jornada ou la Cronica de Hoy. L'INAH révèle que l'étude de la dentition des squelettes expliquent qu'il s'agit d'indigènes et qu'ils ont été associé à des éléments coloniaux. Selon l'archéologue les fouilles seront complétés car il est à peu près sûr qu'il reste encore une cinquantaine de corps et que la fosse devait être un plus grande (10 m sur 10 m).

Bref, comme Guillem Arroyo le commente à la Cronica de Hoy, cette découverte pose plus de questions qu'elle n'apporte de réponses... En attendant de plus amples informations, voici une vidéo proposée sur le site de National Geographic :



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…