Accéder au contenu principal

12a Conferencia de Arqueología de la Frontera Norte

Du 14 au 16 octobre 2009, des experts mexicains et américains se sont réunis sur le site archéologique de Paquimé (traduit de la langue opata en espagnol par Casas Grandes), dans l'état de Chihuahua, afin d'évaluer les relations de cette ville avec les cultures de l'Occident.

L'archéologie a encore du mal à reconnaître la valeur des cultures et sites du nord du Mexique. Il faut dire que les crédits alloués sont rares que les publications accessibles au grand public. Eduardo Gamboa Carrera, directeur du Centre Culturel Paquimé estime à 1500 le nombre de sites enregistrés rien que pour l'état de Chihuahua.

Nommée au patrimoine de l'humanité en 1998, Paquimé est le résultat de migrations et d'influences externes. Elle dispose d'une architecture singulière : des murs de terre moulée pouvant atteindre quatre étages, mêlant des éléments originaires de Mésoamérique comme des cultures indiennes du sud-ouest des USA. Les édifices religieux ne sont visibles que sous forme de monticule où ont été retrouvés des représentations d'aigles et de perroquets. de croix, de serpent.

Le jeu de balle y était également présent si on en juge la présence de deux terrains au nord et au sud du site. Gamboa estime qu'à chaque terrain devait correspondre un lignage. Datés du Postclassique ancien, ces terrains de jeu de balle seraient à l'origine de conflits internes qui auraient conduits à l'abandon de la cité.

Un autre de communiqué de l'INAH daté du 16 octobre 2009, les archéologues Otto Schondube, Patricia Carot y Marie-Areti Hers ont proposé une nouvelle approche pour la colonisation et la diffusion de la culture toltèque. Au lieu de considérer que la diffusion s'est faite du sud vers le nord, ils estiment plausible une diffusion du nord vers le sud, via deux axes. Le premier passait sur la face est de la Sierra Madre Occidentale, notamment à travers les états du Zacatecas, Durango et Jalisco. Le deuxième longeait la côte pacifique à travers les états de Sinaloa et Sonora. Les concepts mésomaéricains furent utilisés et adaptés au contexte hostile et rude du nord du pays avant de retourner vers le centre et le sud du pays, après la chute de Teotihuacan. Les restes de céramiques Chupicuaro tendraient à prouver cette hypothèse selon Schondube. L'unique détail, d'après mes quelques connaissances sur la chronologie de la tradition Chupicuaro, c'est que cette population est antérieure à Teotihuacan... Il y a donc un problème chronologique évident.

La docteure Patricia Carot a suite exposé ensuite le résultat des fouilles qu'elle mène conjointement avec Marie-Josée Areti-Hers sur le site de Cienega de Zacapeu. Elles y ont retrouvé des céramiques à forte influence iconographique du sud-ouest des USA. La tradition "Loma Alta" à l'origine de cette iconographie était originaire du Michoacan au Classique ancien avant d'avoir un contact prolongée avec des peuples du nord entre 500 et 1200 après Jésus-Christ. Ce contact a trouvé forme dans les céramiques produites alors dans cette tradition.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…