Accéder au contenu principal

Les Voladores de Papantla-El Tajín classés au Patrimoine immatériel de l'UNESCO

Je pense que la toute nouvelle secrétaire de l'UNESCO sera reçu avec des vivas au Mexique. A l'instar de la France, qui figure parmi les pays les plus souvent cités au Patrimoine mondial de l'Humanité, le Mexique augmente régulièrement sa présence dans cette liste. L'année dernière, c'était la cuisine de Oaxaca qui avait été directement nommée, de même que la Guelaguetza, danse typique de cette région.


Aujourd'hui c'est le Véracruz et plus particulièrement Papantla qui est mis à l'honneur. Cette petite localité peut désormais se vanter d'être nommée deux fois au patrimoine de l'humanité. En 1992, c'est la zone archéologique d'El Tajín qui avait reçu cet honneur. Tajín est un mot totonaque qu'on peut traduire par "Lieu du Tonnerre". Mais qui étaient donc les Totonaques ? Il s'agit du dernier peuple ayant occupé le site entre le Ier et le XIIIe siècle de notre ère! A titre de comparaison, des villes comme Teotihuacan ou Palenque n'ont été occupées "seulement" que sept à huit siècles...


Désormais c'est une tradition, voir même un rite précolombien qui est inscrit au Patrimoine immatériel de l'humanité.



Rituel du volador. Codex Tepeucila, pl. 6.
Photo : Ignacio Guevara/Raices. Retrouvée le 20 octobre 2009 sur http://www.arqueomex.com/images/FOTOSNUM81/01F01.jpg .




Voici un cliché de ce rituel qu'on peut également voir à l'entrée du Musée National d'Anthropologie, à Mexico. Moyennant piécette à la fin du spectacle, les voladores escaladent le mât avant d'effectuer une longue et vertigineuse descente.



Disponible le 30 septembre 2009 sur le site de l'INAH.


Pourtant il serait incorrect de penser que ce rituel est exécuté par les seuls Totonaques. Des ethnologues et antropologues modernes comme Guy Stresser-Péan, Theodor Preuss ou Alain Ichon font état de rituels similaires dans d'autres parties du Mexique ou d'Amérique centrale. Michel  Graulich s'en fait largement l'écho à travers plusieurs exemples. 

Selon lui, il est intéressant de voir que les voladores totonaques, coiffés de leur chapeau pointu, rappelle Ehecatl, le dieu du vent et donc annonciateurs de la pluie fertilisante. Leurs voisins huaxtèques sont présentés par Ichon (1969 :  327-339) comme des "Anges de l'air" apportant pluie et foudre.  Pour eux, il s'agit de la danse des aigles, représentation des morts et compagnons du Soleil couchant tombant sur terre et apportant la fertilité (Stresser-Péan, 1948 : 328-329).

Larsen (1937 : 180-181) explique aussi qu'à Xicotepec on effectuait le rituel pour s'attirer les bonnes grâces des esprits de la terre et de bénéficier ainsi d'une bonne récolte. Les voladores sont alors identifiés à des "oiseaux qui dominent les vents" . 
On peut observer des explications similaires chez les Chortis ou les Huichols.




Curieusement l'annonce de cette nouvelle a pris de court l'INAH, puisqu'aucun communiqué de presse n'est visible sur le portail internet institutionnel. La presse nationale et internationale, traditionnelle ou numérique s'en fait pourtant largement l'écho quand on google un petit peu comme dans cet article retrouvé le 29 septembre 2009 sur le site du Grand Journal.


Références complémentaires :
  • Article "El Tajin", retrouvé sur l'encyclopédie en ligne Wikipedia, version française.
  • Article "El Tajin", retrouvé sur l'encyclopédie en ligne Wikipedia, version anglaise,
  • article "El Tajin", retrouvé sur l'encyclopédie en ligne Wikipedia, version espagnole,
  • un site en espagnol, Voladores de Papantla, retrouvé le 29 septembre 2009 (contient des photos et des vidéos),
  • le bloc-notes Los Voladores de Papantla.
  • Herrera Meza, María del Carmen. 1997. El Códice de Tepeucila: el entinatado mundo de la fijeza imaginaria. INAH, Mexico. 
  • Stresser-Péan. 2005. "El Volador. Datos históricos y simbolismo de la danza". In Arqueología Mexicana, vol. XIII, núm. 75, Editorial Raices-INAH, Mexico, p. 20-27. 
  • Urcid, Javier. 2006. "Antigüedad y distribución de la danza de los Voladores". In Arqueología Mexicana, vol. XIV, núm. 81, Editorial Raices-INAH, Mexico, p. 70-74.
2 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…