Accéder au contenu principal

Pour en finir avec le canular de 2012

David Stuart, grand épigraphe et mayaniste depuis qu'il a fêté ses douze ou treize ans, se fend sur son bloc-notes d'une note rassurante pour la communauté américaniste en général et mayaniste en particulier.

Au Mexique et aux USA (et j'imagine quelque part aussi en Europe), on commence à voir les affiches annonçant la sortie du film catastrophe de Roland Emmerich, 2012. Le mot catastrophe est d'ailleurs redondant dans la mesure où ce réalisateur allemand n'a jamais vraiment fait d'incursion dans d'autres genres cinématographiques. Voilà pour la pointe toute voltairienne de cette note.

Revenons-en à nos moutons. Pour Stuart, il est facile de contredire les arguments des partisans de conspirations mondiales, les amateurs de New Age. Il ajoute sans hésiter les producteurs hollywoodiens à cette liste de manipulateurs. D'abord il rappelle que la date de Compte Long 13.0.0.0.0 n'est en aucun cas une date de création. Les glyphes mayas font référence à des dates plus anciennes.

On peut également rappeler que même si les calendriers mayas et aztèques présentent certains points communs, notamment en ce qui concerne des fêtes et des rituels similaires, ils ne sont pas identiques.

Ce qui doit se passer le 21 décembre 2012 ou le 23 selon les interprétations des glyphes est simple : les Mayas et donc par extension, les autres peuples mésoaméricains, sont quasiment muets à ce sujet. Une seule inscription du site El Tortuguero, complexe et incomplète, mentionne la date 13.0.0.0.0. Selon Stuart, le passage est ambigu et pose plus de problèmes que d'assertions.

De la même manière, il convient de prendre avec circonspection tout rapprochement avec des événements astronomiques d'importance en 2012. Car, même en dépit des observations précises faites par les Mayas, aucun alignement galactique n'est prévu, pas plus que par les astronomes modernes d'ailleurs.

Donc méfiance : quand vous voyez la pierre du Soleil (de culture mexica) collée à des références sur les Mayas, passez votre chemin. Le rédacteur des informations proposées n'est en rien consciencieux et expert des cultures mésoaméricaines. Qui plus est, les "études" proposées par ces pseudos chercheurs sont souvent contradictoires, donc encore moins dignes de foi. Il ne faut pas plus prêter attention aux prophéties des peuples autochtones modernes dans la mesure où ils sont plus influencés par le New Age qu'autre chose.

David Stuart n'en est pas à son premier coup. Il avait déjà pourfendu les mensonges et la vision tronquée de Mel Gibson, lorsque le film "Apocalypto" était sorti il y a 3 ans. On peut lire sa note ici.

Emmerich a été malin : il a prévu de sortir son film avant la catastrophe annoncée, histoire de profiter pleinement de l'argent que vous lui donnerez en allant voir son film...

A lire d'urgence sur FAMSI, un article en plusieurs parties (format pdf en anglais), rédié par Van Stone et Coe...

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…