Accéder au contenu principal

Teotihuacan fête ses 100 ans d'ouverture au public

A l'occasion du centième anniversaire de l'ouverture de Teotihuacan au grand public, l'INAH s'est fendue d'une petite cérémonie organisée au musée du fameux site archéologique. Malheureusement le communiqué disponible sur le site de l'INAH contient des erreurs ou des omissions qu'il nous semble bon de corriger dans la deuxième partie de cette note.

Revenons dans un premier temps sur les personnalités invitées à la présentation d'une plaque commémorative sur la pyramide du soleil. Etaient président le directeur de l'INAH, Eduardo Matos Moctezuma, Ruben Cabrera Castro, Alejandro Sarabia, Sergio Gomez. On pourra regretter l'absence de Linda Manzanilla, Leonardo Lopez Lujan et de Saburo Sugiyama qui ont eux aussi contribué grandement à notre connaissance de ce site hors du commun. Accessoirement la crème des teotihuacanistes a inauguré une petite exposition photographique, Centenario. Museo de sitio de Teotihuacan, qui sera ouverte jusqu'à la fin de l'année. Visible au musée du site, le visiteur découvrira une vingtaine de clichés retraçant les principales découvertes faites au cour de ce siècle de fouilles teotihuacaines.

Gomez est en outre intervenu pour présenter le projet de micro-robot qui explorera le tunnel que ses équipes ont découvert il y a quelques semaines. Selon lui, il ne fait aucun doute que "la sacralité de cet espace a fait supposer que peut-être des dirigeants de la ville ont été enterrés là". Il a ajouté que ce tunnel "représente une opportunité inégalable de nous rapprocher de la pensée cosmogonique et religieuse des anciens Teotihuacains." Souhaitons que ces hypothèses audacieuses se concrétisent.

Il convient enfin de noter l'organisation d'une série de conférences au cours de laquelle interviendront différents spécialistes du site comme Alejandro Villalobos, Rubén Cabrera, Arturo Menchaca y Linda Manzanilla (récemment reçue docteur honoris causa à l'Universidad Nacional Autonoma de México, pour le centenaire de cette institution). Elles auront lieu du 30 septembre au 7 octobre 2010 et auront pour thème la Pyramide du Soleil que Batres fouilla et restaurera (à son goût) entre 1905 et 1910.

Néanmoins, ce bulletin de l'INAH laisse un goût amer. Tout autant que les festivités poposées à l'occasion. Commençons par le paradoxe introduit par le rédacteur de cette note. Dans le premier paragraphe, l'auteur explique qu' "un siècle après que Leopoldo Batres a commencé les explorations systématiques de ce qui est aujourd'hui la zone archéologique de Teotihuacan...". Cependant le même auteur conclue en rappelant que les explorations et la restauration de la Pyramide du Soleil ont débuté en 1905. Il y a donc un petit paradoxe temporel que n'aurait pas renié Doc Brown dans sa DeLorean volante.

Il est vrai que le rôle de Leopoldo Batres a été prépondérant, voir indispensable pour que notre connaissance de Teotihuacan s'améliore. Mais il aurait été juste de rappeler que c'est dès 1883 que le futur chef de l'Inspection des Monuments Historiques (équivalent du directeur de l'INAH actuel) avait réalisé différents travaux de fouilles, de restauration et de consolidation (critiquables quand on voit les méthodes et les matériaux utilisés alors). Et je ne parle même pas des explorations qui ont eu lieu avant les travaux systématiques de Batres, notamment celles de l'explosif Charnay.

Il aurait été également judicieux d'insister sur le caractère politique de l'ouverture de la zone archéologique de Teotihuacan en 1910. Le centenaire de l'Indépendance fut scrupuleusement planifié par le président Porfirio Diaz afin de légitimer son pouvoir mais également pour promouvoir une image positive du Mexique auprès des investisseurs étrangers. C'est d'ailleurs à ce même moment que fut inauguré le XVI Congrès International des Américanistes, dont le siège fut Teotihuacan. Cet événement donna une assise scientifique internationale du pays.

Nous vous proposons de télécharger gratuitement deux fichiers pdf correspondant aux deux principaux ouvrages de Batres sur ces travaux à Teotihuacan. Faites-vous une opinion.

Batres Leopoldo.
1906. Teotihuacan. Imprenta de F.S. Sora, Mexico. Version électronique disponible en format .pdf le 24 septembre 2010 sur : http://www.archive.org/details/teotihuacanmemor00batriala .

1908. Exploraciones y consolidacion de los monumentos arqueológicos de Teotihuacan. Imprenta de Buznego y Leon, Mexico. Version électronique disponible en format .odf le 24 septembre 2010 sur : http://www.archive.org/download/exploracionesyco00batriala/exploracionesyco00batriala.pd .

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…