Accéder au contenu principal

Batailles et tactiques militaires dans le Yucatan...

Parfois, on aimerait bien bénéficier du prestigieux parrainage de l'INAH pour pouvoir exposer ses idées et ses recherches. L'année dernière, votre serviteur présentait au Museo de Historia Mexicana de Monterrey une conférence intitulée "La Serpiente emplumada en la iconografía de las guerras en Mesoamérica".



En tout cas l'archéologue Eduardo Tejeda Monroy a pu présenter une étude descriptive de différentes peintures murales situées sur les sites de Chichen Itza, Chacmultún, Mulchic (au Yucatan), et Ichmac au Campeche. Invité à participer aux VI Jornadas Permanentes de Arqueología 2010, qui ont lieu actuellement au Museo del Templo Mayor, Tejeda Monroy a choisi d'analyser les systèmes d'armement, la communication et les tactiques de combat représentées sur les peintures susdites. Comme le rappelle à juste titre le communiqué de l'INAH, ce type d'analyse avait déjà été effectué pour les sites de Bonampak, au Chiapas, et de San Bartolo, au Guatemala.

Que résulte-t-il de cet étude ? En ce qui concerne l'armament, Tejeda Monroy a repéré des armes de jet (javeline, atlatl) et des armes pour le combat rapproché (bâton courbé, hache). Nous avons déjà fait un constat identique en nous basant sur les peintures du Temple Supérieur des Jaguars, les reliefs peints du Temple inférieur des Jaguars et ceux du grand terrain de jeu de balle, à Chichen Itza. Ce sont donc deux corps d'armes qui avançaient sur le champ de bataille.

Pour se défendre, les guerriers utilisaient des boucliers de bois et des cuirasses en coton et durcies au sel. Tejeda Monroy s'est appuyé sur les peintures murales du Temple des Grandes Tables situé à côté du Temple des Guerriers. En se référant aux peintures de la Structure 3 de Chacmultun et à celle de l'Edifice des Nonnes de Chichen Itza, Tejada Monroy établit un système de communication qui aurait reposé sur des trompettes, des clairons et des tambours. Pour ce qui est des tactiques au combat, l'archéologue en a mis en exergue deux : celle en file, utilisée lors des déplacements des troupes, et la ligne, utilisée au moment du combat.


Bataille, Temple Supérieur des Jaguars, Chichen Itza.
Postclassique.
Copie par Adela Breton dans Coggins, 1984.
Photo disponible le 7/10/2010 sur http://tinyurl.com/29o3tzs.

Cependant, Tejeda Monroy a soulevé une question importante qui reste sans réponse : les troupes qui partaient au combat étaient-elles "professionnelles" ou étaient elles convoquées au dernier moment ? Par conséquent, si elles étaient "professionnelles", où étaient-elles cantonnées dans la cité ?

J'ignore si le journaliste a intégralement noté les propos de Tejeda Monroy mais je trouve ce panorama de la guerre assez incomplet. Les peintures murales de Chichen Itza révèlent l'utilisation de machines, de remparts qui montrent que les affrontements pouvaient relever d'un certain niveau de sophistication parfois comparables à ce qu'on pouvait trouver en Europe à la même époque.

Relevons aussi l'absence d'une analyse des quetzalcocoa, xiuhcocoa, et mimixcoa enroulant certains guerriers : leur présence auprès d'un nombre restreint d'individus semblent leur conférer un statut particulier que le communiqué de l'INAH n'a pas retranscrit. Il est également surprenant d'observer l'omission du caractère ritualisé de la guerre chez les Mayas. Les aquarelles d'Adela Breton copiant les peintures murales du Temple Supérieur des Jaguars ont souvent été commentés (1984).

Références complémentaires :
  • Thompson, Edward H.
    1904. Archaeological Researches in Yucatan. Memoirs of the Peabody Museum of American Archaeology and Ethnology, Harvard University. Vol. III, No. 1. Cambridge, Massachusetts.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…