Accéder au contenu principal

Batailles et tactiques militaires dans le Yucatan...

Parfois, on aimerait bien bénéficier du prestigieux parrainage de l'INAH pour pouvoir exposer ses idées et ses recherches. L'année dernière, votre serviteur présentait au Museo de Historia Mexicana de Monterrey une conférence intitulée "La Serpiente emplumada en la iconografía de las guerras en Mesoamérica".



En tout cas l'archéologue Eduardo Tejeda Monroy a pu présenter une étude descriptive de différentes peintures murales situées sur les sites de Chichen Itza, Chacmultún, Mulchic (au Yucatan), et Ichmac au Campeche. Invité à participer aux VI Jornadas Permanentes de Arqueología 2010, qui ont lieu actuellement au Museo del Templo Mayor, Tejeda Monroy a choisi d'analyser les systèmes d'armement, la communication et les tactiques de combat représentées sur les peintures susdites. Comme le rappelle à juste titre le communiqué de l'INAH, ce type d'analyse avait déjà été effectué pour les sites de Bonampak, au Chiapas, et de San Bartolo, au Guatemala.

Que résulte-t-il de cet étude ? En ce qui concerne l'armament, Tejeda Monroy a repéré des armes de jet (javeline, atlatl) et des armes pour le combat rapproché (bâton courbé, hache). Nous avons déjà fait un constat identique en nous basant sur les peintures du Temple Supérieur des Jaguars, les reliefs peints du Temple inférieur des Jaguars et ceux du grand terrain de jeu de balle, à Chichen Itza. Ce sont donc deux corps d'armes qui avançaient sur le champ de bataille.

Pour se défendre, les guerriers utilisaient des boucliers de bois et des cuirasses en coton et durcies au sel. Tejeda Monroy s'est appuyé sur les peintures murales du Temple des Grandes Tables situé à côté du Temple des Guerriers. En se référant aux peintures de la Structure 3 de Chacmultun et à celle de l'Edifice des Nonnes de Chichen Itza, Tejada Monroy établit un système de communication qui aurait reposé sur des trompettes, des clairons et des tambours. Pour ce qui est des tactiques au combat, l'archéologue en a mis en exergue deux : celle en file, utilisée lors des déplacements des troupes, et la ligne, utilisée au moment du combat.


Bataille, Temple Supérieur des Jaguars, Chichen Itza.
Postclassique.
Copie par Adela Breton dans Coggins, 1984.
Photo disponible le 7/10/2010 sur http://tinyurl.com/29o3tzs.

Cependant, Tejeda Monroy a soulevé une question importante qui reste sans réponse : les troupes qui partaient au combat étaient-elles "professionnelles" ou étaient elles convoquées au dernier moment ? Par conséquent, si elles étaient "professionnelles", où étaient-elles cantonnées dans la cité ?

J'ignore si le journaliste a intégralement noté les propos de Tejeda Monroy mais je trouve ce panorama de la guerre assez incomplet. Les peintures murales de Chichen Itza révèlent l'utilisation de machines, de remparts qui montrent que les affrontements pouvaient relever d'un certain niveau de sophistication parfois comparables à ce qu'on pouvait trouver en Europe à la même époque.

Relevons aussi l'absence d'une analyse des quetzalcocoa, xiuhcocoa, et mimixcoa enroulant certains guerriers : leur présence auprès d'un nombre restreint d'individus semblent leur conférer un statut particulier que le communiqué de l'INAH n'a pas retranscrit. Il est également surprenant d'observer l'omission du caractère ritualisé de la guerre chez les Mayas. Les aquarelles d'Adela Breton copiant les peintures murales du Temple Supérieur des Jaguars ont souvent été commentés (1984).

Références complémentaires :
  • Thompson, Edward H.
    1904. Archaeological Researches in Yucatan. Memoirs of the Peabody Museum of American Archaeology and Ethnology, Harvard University. Vol. III, No. 1. Cambridge, Massachusetts.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…