Accéder au contenu principal

Avancées récentes du projet archéologique franco-mexicain Uacusecha

Les archéologues Grégory Pereira et Marion co-pilotent depuis 2008 un des 400 sites archéologiques qui composent le Mal País Prieto : il s'agit du Projet Uacusecha. Les terrasses fouillées sont situés aux alentours de Zacapú, au Michoacan. Dans un article publié en juin dernier par la Crónica de hoy et que nous avons retrouvé récemment, les deux chercheurs reviennent sur les avancées effectuées dans un contexte particulièrement complexe et aride : aucun point d'eau n'est disponible à Uacusecha. Pourtant cette carence n'a pas empêché les anciens habitants à construire pour y vivre et enterrer leurs défunts.

Première conclusion concrète : la cartographie est établie. Ce ne sont pas moins de 1462 structures, majoritairement des petites habitations, des bâtiments communautaires ou des magasins. Une pyramide (36 m de long, 18 m de large et 9 m de haut) dominait un territoire qui atteint 37 ha  où pourraient avoir vécu jusqu'à 5000 personnes à son apogée vers 1400. Selon les quelques documents rédigés à l'époque coloniale, ses habitants d'origine chichimèque s'étaient établis quelques siècles auparavant. Après avoir abandonné Zacapu, ils s'installèrent autour du lac de Patzacuaro pour fonder le royaume tarasque, rival craint par les Mexicas.

Lorsque Reyna Paz Avendaño demande à Pereira si la pyramide était le lieu de culte d'une divinité en particulier, ce dernier répond qu'il est difficile d'apporter une réponse claire. La construction qui comprend un escalier de treize marches a été élevé du côté est d'une place qui semble avoir servi comme centre cérémoniel. Pereira se risque à proposer que cette position pourrait correspondre à une divinité solaire. Une statue anthropomorphe en pierre volcanique a été localisée puis retirée pour éviter les convoitises. En temps et en heure, elle sera replacée lorsque le site sera ouvert au public.

Près de la pyramide, les archéologues ont détecté cinquante enterrements. La stratigraphie a permis d'établir que l'un d'entre eux avait été déposé sur une grande urne. Cette position dénote son statut social, puisque le reste des individus fut enterrés autour de lui. Cependant l'offrande qui l'accompagnait est constitué d'os de différents animaux au symbolisme certain: des cerfs et des oiseaux de proie figurent sur cette liste.

Grégory Pereira rapporte les éléments qui nous donnent une idée plus précise de la vie quotidienne dans ce milieu hostile. Des restes carbonisés de haricots et de maïs nous informent sur leur alimentations. Des restes de bois indiquent qu'ils exploitaient des massifs boisés ou l'obtenaient comme marchandise. Les lames et couteaux d'obsidiennes sont travaillés à partir de blocs extraits d'un gisement situé à une trentaine de kilomètres.

Les fouilles effectuées dans certains logements ont révélé une vingtaine d'enterrements d'hommes, de femmes et surtout d'enfants déposés dans des urnes funéraires. Cependant leurs ossements sont souvent incomplets, notamment à cause de pillages répétés. Quinze vaisselles en terre cuite ont pu être récupérées et restaurées à l'ENCRYM. Des clochettes en cuivre montrent la présence de la métallurgie dans cette région. Toutefois, on ne dispose pas encore de preuves définitives que des ateliers manipulait localement ce métal.

Selon Marion Forest, la prochaine campagne de fouilles aura lieu en octobre et novembre prochains, avec l'espoir de nouvelles découvertes pour améliorer encore restreinte d' Uacusecha, "l'aigle" en purépécha.

Pour en savoir plus sur le projet Uacusecha, consultez la bibliographie mise en ligne sur le carnet éponyme.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…