Accéder au contenu principal

Fouilles fructueuses sur les pentes du mont El Tlatoani, Morelos

Raúl Francisco González Quezada est archéologue auprès du centre INAH-Morelos. Il est responsable d'un projet de fouilles sur un site situé sur la commune de Tlayacapan. Ce site semble avoir connu deux époques d'occupation : la première remonte au Classique (entre 200 et 900 de notre ère), la seconde au Postclassique ancien (entre 900 et 1100 de notre ère). Il fait partie d'une douzaine de gisements archéologiques catalogués par l'INAH Morelos dans les montagnes aux alentours de Tepoztlán.

C'est dans la partie la plus ancienne du site que les restes d'un personnage (extrémités inférieures, crâne et vertèbres cervicales) présumé important ont été mis au jour. Des pendants d'oreilles et d'autres objets en pierre verte, des vaisselles et les restes de ce personnage ont d'ores et déjà livré des informations intéressantes. Des analyses  radiocarbone et d'isotopes de strontium devraient fournir ensuite une datation plus précise.

Les premiers observations médico-légales laissent penser qu'il s'agirait d'un guerrier qui fut décapité. Les séquelles d'une perforation sur le crâne sont clairement visibles. L'individu semble y avoir survécu. La présence de traces de découpe sur les vertèbres cervicales montre que le sujet fut très probablement décapité avant d'être inhumé.

L'accès à la partie supérieure et donc plus récente du site se fait au moyen d'escaliers particulièrement escarpés et étroits. Ce trait architectural est généralement propre d'un site militarisé. Plusieurs terrasses ont été repérées sur les pentes de la montagne mais il s'agirait plutôt de représenter symboliquement une pyramide. Sur ce dernier point, il convient d'être prudent. Il est bien connu que les pyramides sont des images de montagnes : il est étrange de préparer une élévation naturelle comme une pyramide symbolisant une montagne... Faute de mieux, cette hypothèse devra être encore démontrée.

Sur ces terrasses les archéologues ont retrouvé des objets ayant servi à la taille du bois et un four utilisé pour la cuisson de figurines en céramique dans les vestiges de constructions qui seraient donc des ateliers et des espaces résidentiels. Selon González Quezada, ce four est l'un des rares connus dans tout le Morelos : de forme rectangulaire, il a une profondeur d'1,3 m. Ses parois sont construites en dur. Des fragments de vaisselles, jarres, encensoirs, braséros et autres comales montrent un usage régulier de ce four pendant le Classique.

Pour en savoir plus sur ce projet de recherches, consultez le bulletin disponible sur le site de l'INAH. Consultez le diaporama qui l'accompagne.




Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…