Accéder au contenu principal

Que mangeaient les habitants de la Quemada, Zacatecas ?

Dans un bulletin publié lundi dernier sur le site de l'INAH, on append que les archéologues de l'INAH Zacatecas ont pu travailler sur des grains de maïs et des graines d'haricots, de courgettes et d'amarante, découverts dans un contexte domestique. Âgés de plus de 1100 années, ces vestiges paléobotaniques ont été découverts lors de fouilles effectuées l'année dernière.

Cette découverte remet fondamentalement en cause l'hypothèse qu'on se faisait sur la population qui résidait à La Quemada. Auparavant, on considérait que cette ville était un lieu de pèlerinage. Marco Antonio Santos, responsable du projet, estime que ces graines nous donnent une idée plus claire du régime alimentaire des habitants. Il a rappelé que des graines de maïs et de haricots avaient également détecté de manière éparse sur des terrasses agricoles préhispaniques.

Une autre découverte remet fondamentalement en question la perception de l'environnement de la Quemada. Il semblerait qu'avant la surexploitation minière de la région, La Quemada devait être un endroit particulièrement boisé. Les fouilles ont en effet mis au jour une poutre de pin atteignant de 2,5 m de longueur et 30 cm de diamètre.



Conséquence de ces deux faits archéologiques, la délimitation du territoire mésoaméricain à l'époque est à revoir. Santos estime que la frontière de la suprarégion culturelle doit être repositionnée plus au nord.

Les fouilles entreprises par l'équipe de Santos ont également mis au jour différents objets : 8 meules fracturés, des restes de charbons, un foyer incomplet et des pointes de projectiles. Les graines mentionnées ont été retrouvées dans de grandes jarres mesurant 40 cm de hauteur sur 70 cm de diamètre. D'autres récipients aux dimensions inférieurs (30 x 40 cm) semblent avoir été utilisés pour la préparation des aliments. Tous ces objets retrouvés à El Cuartel sont actuellement restaurés et analysés.



Ce sont trois niveaux architecturaux qui ont pu être détectés grâce aux puits de sondages. Le premier consiste en une chambre ou zone de repos, le second correspond à la terrasse où ont été retrouvés les jarres et les graines. Tous deux ont été datés entre 600 et 900, soit l'apogée de La Quemada. Ils ont été construit au moyen de plaques de pierre couvertes d'argile et réunis au moyen d'un mélange de fibres végétales, d'argile et d'un matériau agglutinant, de la bave de nopal probablement.

Le troisième niveau, daté entre 900 et 1200 de notre ère, pourrait avoir servi de point d'observation archéo-astronomique dans la mesure où il était situé en hauteur. Lors du solstice d'été, les rayons du soleil vont directement éclairer l'intérieur de la chambre. Sous le premier niveau, les archéologues ont détecté la présence d'une structure en terre qui pourrait avoir servi comme espace rituel entre 200 et 400 de notre ère. Cette dernière hypothèse repose sur le fait qu'elle semble avoir été construite comme extension de l'édifice Sacrifices où avaient été retrouvés plusieurs ossements il y a une vingtaine d'années.

Pour en savoir plus, nous vous recommandons la consultation du diaporama disponible sur le site de l'INAH.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…