Accéder au contenu principal

Mise au jour d'une frise de grande taille à Holmul, Guatemala

L'équipe de l'archéologue guatémaltèque Francisco Estrada Belli a fait une très belle découverte en explorant les différentes d'agrandissement d'une pyramide à Holmul, site maya occupé au Classique dans l'actuel Guatemala. La nouvelle a fait le tour de nombreux médias, anglophones pour la plupart : une dépêche sur le site de la BBC, une autre sur le site de Foxnews ou encore sur le Hufftington Post, un article du Boston Globe, un autre sur le site de USAToday ou une présentation du projet sur le site de National Geographic. La presse locale n'est pas en reste si on prend en compte un article publié dans le quotidien guatémaltèque El Periodico, un autre sur Prensa Libre, cet autre sur le site du quotidien mexicain El Universal sans compter la publication d'un communiqué officiel sur le site du Ministère de la culture du Guatemala. Bref, la découverte est tellement importante qu'elle a valu à son inventeur un entretien avec le président du Guatemala.

Au-delà du remue-ménage médiatique, en quoi consiste exactement les fouilles à Holmul ? Lors d'une campagne antérieure, l'équipe d'Estrada-Belli avait dégagé un riche enterrement qui comptait 28 vaisselles, un spondyle percé et deux pierres disposés sur la cage thoracique. Elles ont lieu en prolongement d'un tunnel que des pilleurs avaient creusé. Selon l'enseignant-cherchant en poste à l'Université de Tulane, ces derniers sont pourtant passés tout près de la frise monumentale : elle mesure en effet 8 m de long sur 2 m de hauteur ! Elle est complète à 95 % selon les observations faites. Des traces de pigments jaune, rouge, bleu et vert sont encore visibles. Elle a été datée entre 590 de notre ère.


Enterrement de l'édifice A, Holmul, Guatémala.
(Jesus Lopez / © Proyecto Arqueológico Holmul)

Quelle est la composition iconographique de cette frise ? Il s'agit de trois personnages richement vêtus et assis sur des têtes du monstre witz (montagne). Leurs atours de plumes de quetzal et de jade. 


L'archéologue Anya Shetler nettoyant l'inscription de la frise de l'édifice A d'Holmul.
(F. Estrada-Belli/© Proyecto Arqueológico Holmul)

Comme La Corona, Holmul était certainement un site de hiérarchie inférieure à Tikal ou au Royaume de Kaan. Selon l'archéologue Marcello Cannuto, les fouilles entreprises à La Corona et Holmul permettent d'apprécier l'échiquier politique maya pendant le Classique. Bien que soumise au Royaume de Kaan, Holmul était situé le long de la meilleure route est-ouest qui reliait Tikal à la côte caraïbe et d'une autre nord-sud entre Dzibanché et et les Hautes Terres sans passer sur le territoire de Tikal. L'épigraphie entre en jeu pour confirmer cette hypothèse : un texte d'une trentaine de glyphes a été inscrit sur la partie inférieure de la frise. Ils nous indiquent que le monument a été commandité par Ajwosaj, dirigeant de la ville voisine de Naranjo et vassal du Royaume de Kaan.


Détail du nom du dirigeant Ajwosaj sur la frise de l'édifice A.
(F. Estrada-Belli/ © Proyecto Arqueológico Holmul).

Estrada-Belli a même publié un relevé de cette frise par Angel Ronaldo Ajpop Castillo sur son compte Facebook. Sur le communiqué publié sur le site du Ministère de la culture et des sports, on peut voir différentes photographies et dessins présentant la frise et son contexte. Ses dimensions empêchent pour l'heure son "déménagement" et posent le problème de sa conservation. Au delà des dégradations subies par l'environnement, les pilleurs sont certainement la menace la plus urgente à résoudre.


Perspective idéalisée de l'édifice A, Holmul, Guatemala.
(F. Estrada-Belli/© Proyecto Arqueológico Holmul)

Félicitations à Francisco Estrada-Belli et à son équipe pour cette découverte et avancée significative des études mayistes.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…