Accéder au contenu principal

Explorations archéologiques sur le Mont Teocaltitán, Jalisco

L'INAH a pensé à ceux qui, comme votre serviteur, attendent des nouvelles de front si vous me passez "des nouvelles du front", si vous me passez l'expression. C'est donc en cette période de Noël qu'on apprend les avancées d'un projet archéologique près de la ville de San Juan de Lagos, dans l'état de Jalisco. Marisol Montejano Esquivias, directrice de ce projet commun à l'INAH et au gouvernement du Jalisco, a surtout mis en perspective le potentiel de ce site qui sera partiellement ouvert à moyen terme.

Le bulletin de l'INAH explique que le site est composé de vingt-trois ensembles architecturaux répartis sur vingt hectares et construits entre 450 et 900 de notre ère. Ces constructions sont situées sur les hauteurs du mont Teocaltitán, à Jalostotitlán. Selon José Ortega, chercheur au laboratoire de géophysique de l'INAH, les premières images prises par géoradar sont prometteuses : elles indiquent que le site n'a pas subi de pillage ni de destruction, laissant un contexte archéologique intact. Teocaltitán appartient à la même tradition culturelle que les sites de Plazuelas et El Cóporo, tous deux situés dans l'état voisin du Guanajuato, les vallées d'Atemajac et de Tequila, dans l'état du Jalisco.

L'attention des archéologues s'est portée vers ce qui semble être la principale plateforme du site. Le géoradar a permis d'en établir non seulement les dimensions impressionnantes Longue de 70 m, large de 40 m et haute de 8 m, elle pourrait également avoir servi de lieu d'inhumation de l'élite dirigeante de la cité. Cette hypothèse repose sur la présence en forme de boîtes non couverte retrouvé sur le site de la Higuerita, à Tala. Il y a une dizaine, Marisol Montejano Esquivias avait indiqué qu'y avaient été déposées les dépouilles d'individus accompagnés d'offrandes et de céramiques peintes en pseudo-cloisonné. Selon Montejano Esquivias, l'architecture de Teocaltitán reprend des éléments comme le talud-tablero de Teotihuacan mais en possède d'autres, propres à la tradition régionale comme des cours en U ou surbaissée, des terrains de jeu de balle, des pyramides à cour fermée.

Les deux première campagnes de fouilles ont été financées par l'état du Jalisco : elles ont permis de redresser un des murs du terrain de jeu de balle. Des figures, des perles en pierre, parfois en turquoise. La présence de boucles d'oreilles en cuivre et en nacre laissent penser que le site a connu une phase d'occupation entre 900 et 1200. Elles étaient associées à un crâne. Un examen médico-légal a permis de déterminer la présence de traces de découpe probablement provoqué lors d'un sacrifice par décapitation.

L'année dernière, un autel de 9 m de côté a été fouillé dans la cour surbaissée et fermée par la pyramide principale, haute de 7 m. La cour présente les dimensions suivantes : 40 m de largeur sur 50 m de longueur et 2 m de profondeur.

Pour mieux comprendre ces travaux d'explorations, nous vous recommandons de regarder les clichés de ce diaporama proposé sur le site de l'INAH et le bulletin publié le 24 décembre dernier. En revanche le bulletin ne précise pas que le site est connu par les locaux depuis longtemps (merci Mickael pour cette précision !). Il reste dommage que la recherche archéologique soit trop souvent considérée comme un préalable nécessaire à l'exploitation touristique de ces endroits. On pourrait également se réjouir d'un budget pour conserver le patrimoine existant comme Guachimontones, le site chéri et difficilement diffusé par feu Phil Weigand.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…