Accéder au contenu principal

Explorations archéologiques sur le Mont Teocaltitán, Jalisco

L'INAH a pensé à ceux qui, comme votre serviteur, attendent des nouvelles de front si vous me passez "des nouvelles du front", si vous me passez l'expression. C'est donc en cette période de Noël qu'on apprend les avancées d'un projet archéologique près de la ville de San Juan de Lagos, dans l'état de Jalisco. Marisol Montejano Esquivias, directrice de ce projet commun à l'INAH et au gouvernement du Jalisco, a surtout mis en perspective le potentiel de ce site qui sera partiellement ouvert à moyen terme.

Le bulletin de l'INAH explique que le site est composé de vingt-trois ensembles architecturaux répartis sur vingt hectares et construits entre 450 et 900 de notre ère. Ces constructions sont situées sur les hauteurs du mont Teocaltitán, à Jalostotitlán. Selon José Ortega, chercheur au laboratoire de géophysique de l'INAH, les premières images prises par géoradar sont prometteuses : elles indiquent que le site n'a pas subi de pillage ni de destruction, laissant un contexte archéologique intact. Teocaltitán appartient à la même tradition culturelle que les sites de Plazuelas et El Cóporo, tous deux situés dans l'état voisin du Guanajuato, les vallées d'Atemajac et de Tequila, dans l'état du Jalisco.

L'attention des archéologues s'est portée vers ce qui semble être la principale plateforme du site. Le géoradar a permis d'en établir non seulement les dimensions impressionnantes Longue de 70 m, large de 40 m et haute de 8 m, elle pourrait également avoir servi de lieu d'inhumation de l'élite dirigeante de la cité. Cette hypothèse repose sur la présence en forme de boîtes non couverte retrouvé sur le site de la Higuerita, à Tala. Il y a une dizaine, Marisol Montejano Esquivias avait indiqué qu'y avaient été déposées les dépouilles d'individus accompagnés d'offrandes et de céramiques peintes en pseudo-cloisonné. Selon Montejano Esquivias, l'architecture de Teocaltitán reprend des éléments comme le talud-tablero de Teotihuacan mais en possède d'autres, propres à la tradition régionale comme des cours en U ou surbaissée, des terrains de jeu de balle, des pyramides à cour fermée.

Les deux première campagnes de fouilles ont été financées par l'état du Jalisco : elles ont permis de redresser un des murs du terrain de jeu de balle. Des figures, des perles en pierre, parfois en turquoise. La présence de boucles d'oreilles en cuivre et en nacre laissent penser que le site a connu une phase d'occupation entre 900 et 1200. Elles étaient associées à un crâne. Un examen médico-légal a permis de déterminer la présence de traces de découpe probablement provoqué lors d'un sacrifice par décapitation.

L'année dernière, un autel de 9 m de côté a été fouillé dans la cour surbaissée et fermée par la pyramide principale, haute de 7 m. La cour présente les dimensions suivantes : 40 m de largeur sur 50 m de longueur et 2 m de profondeur.

Pour mieux comprendre ces travaux d'explorations, nous vous recommandons de regarder les clichés de ce diaporama proposé sur le site de l'INAH et le bulletin publié le 24 décembre dernier. En revanche le bulletin ne précise pas que le site est connu par les locaux depuis longtemps (merci Mickael pour cette précision !). Il reste dommage que la recherche archéologique soit trop souvent considérée comme un préalable nécessaire à l'exploitation touristique de ces endroits. On pourrait également se réjouir d'un budget pour conserver le patrimoine existant comme Guachimontones, le site chéri et difficilement diffusé par feu Phil Weigand.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…