Accéder au contenu principal

Exposition Mayas. Revelación de un tiempo sin fin

Ce 14 décembre, le président mexicain Enrique Peña Nieto a inauguré une nouvelle exposition dans les galeries du Palais National à Mexico. Accompagné de différentes autorités nationales et internationales, l'ambassadrice de France faisant partie des diplomates cités par le bulletin de l'INAH, le président Peña a pu profiter des explications de. Bien que présente et contrairement à la tradition, la commissaire de l'exposition, Mercedes de la Garza, s'est faite discrète et a répondu aux médias sur la forme et l'importance symbolique des objets exposés.

Même si l'exposition présente les Mayas à travers le temps, l'essentiel des 535 pièces exposées fait référence à l'époque préhispanique. Selon de la Garza, elles "avaient des finalités religieuses, politiques et sociales. Il s'agissait de commandes faites par les gouvernements, de nature rituelle afin d'être placées dans les tombes comme offrandes".

Cette exposition sera l'occasion d'admirer pour la première fois treize objets découverts lors de fouilles à Comalcalco, au Tabasco, et le Tableau du Temple XXI de Palenque-Lakam'ha, au Chiapas.

Le bulletin fait état de cinq espaces d'expositions :

  1. L'homme face à la nature expose les liens étroits que les peuples mésoaméricains en général et les anciens Mayas tissaient avec leur environnement immédiat, leur perception et leur interprétation de la nature dont ils se sentaient partie prenante.
  2. Communauté et vie quotidienne explique l'organisation sociales des Mayas, leurs vêtements, leurs décorations corporelles, les ustensiles et objets utilisés pour la production de repas et la composition d'offrandes.
  3. L'homme face au temps et aux astres met en valeur des inscriptions calendaires et astronomiques, montrant l'importance de l'observation des étoiles et autres corps célestes dans la conception du temps et de l'univers propre à ses populations.
  4. Le cœur des villes s'attarde sur l'urbanisme et l'architecture sacrée des Mayas, notamment sur Chinkultic, voisine de Palenque.
  5. Les élites gouvernantes et leurs historiographie montre l'importance de l'épigraphie pour déchiffrer les guerres, les alliances, les mariages arrangés, les cérémonies au cours desquelles l'élite maya réaffirmait son lien avec les ancêtres et les divinités vénérées.
  6. Les forces sacrées expliquent plus en détail les conceptions et les rituels religieux au moyen de différentes figurines féminines et d'objets de culte.

Un dernier espace propose d'admirer une série de huipiles, de tambours et d'autres objets  modernes utilisés au quotidien par les descendants de ses groupes mésoaméricains.

L'INAH espère compter plus d'un million de visiteurs durant les trois premiers mois de l'exposition. Tout porte à croire que ce chiffre pourra être atteint. D'une part l'enceinte de l'exposition est symboliquement très importante pour les Mexicains. Le Palais National est l'équivalent du Palais de l'Élysée en France, même si la résidentielle officielle des présidents mexicains est située à Los Pinos. C'est au balcon de ce palais que le président lance officiellement le cri de ralliement des insurgés de 1810 pour l'indépendance mexicaine. Le Palais National est situé au centre de Mexico, là où bon nombre de touristes nationaux et étrangers viennent déambuler. A un moment où les crédits à la culture (notamment à la production cinématographique et la publication d'ouvrages) ont été singulièrement rabotés, l'INAH pourrait faire figure de privilégié avec une légère augmentation de son budget. Les archéologues et chercheurs de l'Institut aimeraient pourtant en voir la couleur. Pour l'heure les réformes structurelles sur la fiscalité, l'éducation, la vie politique et les énergies ont concentré les "efforts" salués notamment par l'OCDE et le FMI. Mais un an après l'arrivée de Peña Nieto au pouvoir et le retour du PRI, on attend toujours de savoir concrètement quels sont leurs projets pour la culture. La baisse significative d'informations en rapport avec l'archéologie sur le site de l'INAH montre bien qu'il n'y a pas de véritable intérêt de la part des autorités. Rappelons que le gouvernement précédent avait financé les fouilles de treize zones archéologiques pour mettre en place un tourisme culturel (de masse) dans des endroits peu visités et dont les résultats tardent à être diffusés.

Dernier point et non des moindres, cette exposition prendra ensuite ses quartiers au Brésil et en France en 2014. Préparez-vous à en entendre parler, et malheureusement pas toujours de manière fiable, dans les médias français. Nous essaierons de vous apporter des informations sur le sujet en temps et en heure sur ce carnet.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…