Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana 127

Le dernier numéro de la revue Arqueología mexicana est disponible depuis quelques semaines au Mexique. Il se pare d'atours ethnohistorique et archéologico-historiques en proposant un dossier central sur le processus d'évangélisation de ce que fut autrefois la Nouvelle-Espagne.


Commençons par ce long article sur les liens de complicité et d'inimitié qu'Hernan Cortés développa avec les ordres franciscain et dominicain. Antonio Rubial García remet ainsi la ferveur mariste du conquérant espagnol. Il revient sur la chance des Franciscains de pouvoir mettre en pratique leurs conceptions de l'homme au moment de convertir les autochtones. Si leur venue en Nouvelle-Espagne fut imposée par la Couronne, Cortés donna l'autorité morale afin que les peuples conquis (tarasques et nahuas principalement) puissent être convertis rapidement.


Dans un deuxième article signé Francisco Morales, il est question de trois figures essentielles de l'évangélisation de la Nouvelle-Espagne : Pierre de Gant, Martin de Valence et Toribia de Motolinia.


ill. 2. Pierre de Gant.

Bernardo García Martínez revient sur la stratégie d'implantation des lieux de cultes dans les anciennes chèferies. Mais l'article explique l'importance des nouveaux lieux de cultes suffisamment vastes pour faciliter les activités collectives.

Xavier Noguez expose un cas singulier de l'inquisition de la Nouvelle-Espagne: le procés, la condamnation et l'exécution de Carlos Ometochtli Chichimecatecuhtli, descendant de Nezahualcoyotl en 1539, provoqua l'ire de Charles Quint qui demanda unilatéralement à Zumarraga à ce qu'on ne procédât à des peines excessives contre les autochtones. Carlos Ometochtli fut un cas parmi tant d'autres d'idolâtrie et de pratiques contraires à la chrétienté.


ill. 4. Plan des propriétés de Carlos Ometochtli

Dans l'article intitulé "La casa domenica de Olintepec", Laura Ledesma nous explique comment les anciens lieux de culte "païens" présents à Olintepec furent réutilisés pour légitimer et accélérer la conversion des populations autochtones. L'archéologue met en avant le réaménagement des structures préhispaniques et leur assignation nouvelle.


ill. 5. Zone archéologique d'Olintepec
Disponible le 04/06/2014 sur :

De son côté, Mario Cordova Tello explique une dynamique différente pour atteindre le même objectif. Le cas d'Huejotzingo, près de Puebla, est en effet intéressant pour comprendre l'abandon des anciens sanctuaires et le regroupement des populations locales autour d'un nouvel espace religieux.

L'historien Pablo Escalante nous montre que la nature a toujours son mot à dire, y compris quand on essaie de convertir en masse. L'église de San Pedro Tlatemaco, en Hidalgo, fut rapidement élevée mais elle dût être rapidement après qu'une coulée de boue et des pluies torrentielles ont recouvert le lieu saint de sous 8 m de matériaux, obligeant la construction d'un autre espace de culte.

En marge de ce dossier on lira attentivement l'article proposé par Ismael Montero García, Jesús Galindo et David Wood sur une nouvelle lecture archéoastronomique de la Pyramide du Castillo à Chichen. Leurs travaux d'observation du zénith sur ce site, combinés à différents éléments iconographiques et épigraphiques donne une vision de la construction de cet édifice à une plus grande échelle.

Ce numéro contient aussi la deuxième de la réflexion de l'anthropologue physique Xabier Lizarraga Cruchaga sur les processus d'hominisation, d'humanisation et de "planétarisation". Il s'agit de comprendre comment l'homme en est arrivé à ce stade d'évolution, développant différentes cultures qui se sont étendues sur presque toute la surface du globe et comment il le dessine volontairement et involontairement en fonction de ses besoins.

Souvenons que la revue comporte différentes séries d'articles récurrents. La première concerne les archéologues mexicains officiant à l'étranger. C'est au tour de Linda Manzanilla, professeur à l'UNAM, d'exposer les travaux auxquels elle a participé en Turquie. D'autre part, Eduardo Matos Moctezuma s'interroge sur les ragots qui font de Batres un destructeur de patrimoine : il lui a été reproché d'avoir fait usage de dynamite pour "fouiller" plus rapidement à Teotihuacan. Coup double enfin pour Xavier Noguez qui expose rapidement les caractéristiques du Codex Azoyu 1, conservé à la Biblioteca Nacional de Antropología e Historia.

En résumé, il s'agit d'un numéro sortant de l'ordinaire, plus spirituel, plus profond qu'il n'apparaît plus. À suivre, un compte-rendu sur le hors-série 55 d'Arqueología mexicana consacré aux textiles des peuples originaires.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…