Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana Hors-série 56

Depuis quelques semaines, on peut touver en magasin un nouveau hors-série de la revue Arqueología mexicana sur le Grand Temple de Tenochtitlan. On serait tenté de dire: "Encore?". Il est vrai que les articles sur cette zone archéologique a fait l'objet de nombreux articles publié dans la version habituelle de la revue que parmi la hors-série. En tout cas, si on compare l'archéologie du Grand Temple et celle des différentes cultures du nord et l'ouest du Mexique, la question serait d'autant plus justifiée. Pourtant je serai tenté de répondre "Encore ! Encore !" tel le suiveur de tel chanteur ou groupe de rock qui nous donne du plaisir par ses chansons.

Une des raisons majeures de cette publication est le centenaire des fouilles systématiques entreprises par Manuel Gamio. Au coeur de la Révolution mexicaine, Gamio, inspecteur en chef de l'Inspection des monuments historiques, dirigea une petite équipe à la recherche de ce qui fut l'enceinte cérémonielle des Mexicas, qui émerveilla les conquérants espagnols par son amplitude et la hauteur de ses temples.

Une autre figure marquante de l'archéologie mexicaine depuis une cinquantaine d'années est sans conteste Eduardo Matos Moctezuma. Au fait de toutes les fouilles effectuées au Templo Mayor et à ses alentours, le chercheur mexicain a naturellement signé la plupart des participations de ce qu'on pourrait considérer un vademecum très utile pour le visiteur de la zone archéologique et du musée qui l'accompagne. Pour le lecteur plus ambitieux, il lui faudra certainement parcourir des ouvrages plus complets et à un prix un peu plus élevé.

Le hors-série est divisé en trois parties. Après une rapide introduction sur l'histoire des fouilles au Templo Mayor et une présentation des tlatohque qui se sont succédé au pouvoir, celui qui fut nommé Chevalier des Arts et Lettres et à l'Ordre National du Mérite en France propose une visite guidée de la zone archéologique décrit rapidement les différentes étapes de construction et d'agrandissements de la pyramide du Grand Temple. Il convient ici de rappeler que d'autres chronologies ont été proposées, quand bien même Matos ait pu affiner la sienne.

La deuxième partie propose une visite du Musée du Grand Temple. Matos participa étroitement à l'élaboration de la muséographie de cette enceinte qui reproduit le dualisme du temple double mexica : orienté vers l'ouest, le visiteur peut voir les aspects liés au soleil et à Huitzilopochtli à droite et ceux associés à Tlaloc à gauche. Les descriptions des six salles et du vestibule où repose le monolithe de Tlaltecuhtli sont succinctes même si les photographes proposées sont de grande qualité.

Dans un dernier temps, Matos Moctezuma cède la place à celles et ceux qui ont fait ou font encore les beaux jours du Proyecto Templo Mayor. C'est ainsi que le lecteur non-averti apprend à connaître la multidisciplinarité du projet, la collaboration étroite avec le Projet d'Archéologie Urbaine inauguré par Matos et actuellement dirigé par Raúl Barrera, les travaux d'iconographie, de biologie moléculaire, d'archéobotanique, d'archéobiologie ou les études sur les matériaux lithiques.

En guise de conclusion, une frise reprend les principales publications faites sur le Grand Temple au cours de ce premier centenaire d'explorations, de recherches et de diffusion du patrimoine mondial mexica. Car on oublie qu'il y a cent ans, on n'en savait pas autant sur la vie rituelle et la pensée mexica. Cette publication grand public est sans doute nécessaire pour le lecteur qui découvre les cultures préhispaniques du Mexique : c'est son but. Celui qui en sait un peu plus devra certainement se rabattre sur les publications commentés en fin d'ouvrage.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…