Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana Hors-série 56

Depuis quelques semaines, on peut touver en magasin un nouveau hors-série de la revue Arqueología mexicana sur le Grand Temple de Tenochtitlan. On serait tenté de dire: "Encore?". Il est vrai que les articles sur cette zone archéologique a fait l'objet de nombreux articles publié dans la version habituelle de la revue que parmi la hors-série. En tout cas, si on compare l'archéologie du Grand Temple et celle des différentes cultures du nord et l'ouest du Mexique, la question serait d'autant plus justifiée. Pourtant je serai tenté de répondre "Encore ! Encore !" tel le suiveur de tel chanteur ou groupe de rock qui nous donne du plaisir par ses chansons.

Une des raisons majeures de cette publication est le centenaire des fouilles systématiques entreprises par Manuel Gamio. Au coeur de la Révolution mexicaine, Gamio, inspecteur en chef de l'Inspection des monuments historiques, dirigea une petite équipe à la recherche de ce qui fut l'enceinte cérémonielle des Mexicas, qui émerveilla les conquérants espagnols par son amplitude et la hauteur de ses temples.

Une autre figure marquante de l'archéologie mexicaine depuis une cinquantaine d'années est sans conteste Eduardo Matos Moctezuma. Au fait de toutes les fouilles effectuées au Templo Mayor et à ses alentours, le chercheur mexicain a naturellement signé la plupart des participations de ce qu'on pourrait considérer un vademecum très utile pour le visiteur de la zone archéologique et du musée qui l'accompagne. Pour le lecteur plus ambitieux, il lui faudra certainement parcourir des ouvrages plus complets et à un prix un peu plus élevé.

Le hors-série est divisé en trois parties. Après une rapide introduction sur l'histoire des fouilles au Templo Mayor et une présentation des tlatohque qui se sont succédé au pouvoir, celui qui fut nommé Chevalier des Arts et Lettres et à l'Ordre National du Mérite en France propose une visite guidée de la zone archéologique décrit rapidement les différentes étapes de construction et d'agrandissements de la pyramide du Grand Temple. Il convient ici de rappeler que d'autres chronologies ont été proposées, quand bien même Matos ait pu affiner la sienne.

La deuxième partie propose une visite du Musée du Grand Temple. Matos participa étroitement à l'élaboration de la muséographie de cette enceinte qui reproduit le dualisme du temple double mexica : orienté vers l'ouest, le visiteur peut voir les aspects liés au soleil et à Huitzilopochtli à droite et ceux associés à Tlaloc à gauche. Les descriptions des six salles et du vestibule où repose le monolithe de Tlaltecuhtli sont succinctes même si les photographes proposées sont de grande qualité.

Dans un dernier temps, Matos Moctezuma cède la place à celles et ceux qui ont fait ou font encore les beaux jours du Proyecto Templo Mayor. C'est ainsi que le lecteur non-averti apprend à connaître la multidisciplinarité du projet, la collaboration étroite avec le Projet d'Archéologie Urbaine inauguré par Matos et actuellement dirigé par Raúl Barrera, les travaux d'iconographie, de biologie moléculaire, d'archéobotanique, d'archéobiologie ou les études sur les matériaux lithiques.

En guise de conclusion, une frise reprend les principales publications faites sur le Grand Temple au cours de ce premier centenaire d'explorations, de recherches et de diffusion du patrimoine mondial mexica. Car on oublie qu'il y a cent ans, on n'en savait pas autant sur la vie rituelle et la pensée mexica. Cette publication grand public est sans doute nécessaire pour le lecteur qui découvre les cultures préhispaniques du Mexique : c'est son but. Celui qui en sait un peu plus devra certainement se rabattre sur les publications commentés en fin d'ouvrage.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…