Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana Hors-série 56

Depuis quelques semaines, on peut touver en magasin un nouveau hors-série de la revue Arqueología mexicana sur le Grand Temple de Tenochtitlan. On serait tenté de dire: "Encore?". Il est vrai que les articles sur cette zone archéologique a fait l'objet de nombreux articles publié dans la version habituelle de la revue que parmi la hors-série. En tout cas, si on compare l'archéologie du Grand Temple et celle des différentes cultures du nord et l'ouest du Mexique, la question serait d'autant plus justifiée. Pourtant je serai tenté de répondre "Encore ! Encore !" tel le suiveur de tel chanteur ou groupe de rock qui nous donne du plaisir par ses chansons.

Une des raisons majeures de cette publication est le centenaire des fouilles systématiques entreprises par Manuel Gamio. Au coeur de la Révolution mexicaine, Gamio, inspecteur en chef de l'Inspection des monuments historiques, dirigea une petite équipe à la recherche de ce qui fut l'enceinte cérémonielle des Mexicas, qui émerveilla les conquérants espagnols par son amplitude et la hauteur de ses temples.

Une autre figure marquante de l'archéologie mexicaine depuis une cinquantaine d'années est sans conteste Eduardo Matos Moctezuma. Au fait de toutes les fouilles effectuées au Templo Mayor et à ses alentours, le chercheur mexicain a naturellement signé la plupart des participations de ce qu'on pourrait considérer un vademecum très utile pour le visiteur de la zone archéologique et du musée qui l'accompagne. Pour le lecteur plus ambitieux, il lui faudra certainement parcourir des ouvrages plus complets et à un prix un peu plus élevé.

Le hors-série est divisé en trois parties. Après une rapide introduction sur l'histoire des fouilles au Templo Mayor et une présentation des tlatohque qui se sont succédé au pouvoir, celui qui fut nommé Chevalier des Arts et Lettres et à l'Ordre National du Mérite en France propose une visite guidée de la zone archéologique décrit rapidement les différentes étapes de construction et d'agrandissements de la pyramide du Grand Temple. Il convient ici de rappeler que d'autres chronologies ont été proposées, quand bien même Matos ait pu affiner la sienne.

La deuxième partie propose une visite du Musée du Grand Temple. Matos participa étroitement à l'élaboration de la muséographie de cette enceinte qui reproduit le dualisme du temple double mexica : orienté vers l'ouest, le visiteur peut voir les aspects liés au soleil et à Huitzilopochtli à droite et ceux associés à Tlaloc à gauche. Les descriptions des six salles et du vestibule où repose le monolithe de Tlaltecuhtli sont succinctes même si les photographes proposées sont de grande qualité.

Dans un dernier temps, Matos Moctezuma cède la place à celles et ceux qui ont fait ou font encore les beaux jours du Proyecto Templo Mayor. C'est ainsi que le lecteur non-averti apprend à connaître la multidisciplinarité du projet, la collaboration étroite avec le Projet d'Archéologie Urbaine inauguré par Matos et actuellement dirigé par Raúl Barrera, les travaux d'iconographie, de biologie moléculaire, d'archéobotanique, d'archéobiologie ou les études sur les matériaux lithiques.

En guise de conclusion, une frise reprend les principales publications faites sur le Grand Temple au cours de ce premier centenaire d'explorations, de recherches et de diffusion du patrimoine mondial mexica. Car on oublie qu'il y a cent ans, on n'en savait pas autant sur la vie rituelle et la pensée mexica. Cette publication grand public est sans doute nécessaire pour le lecteur qui découvre les cultures préhispaniques du Mexique : c'est son but. Celui qui en sait un peu plus devra certainement se rabattre sur les publications commentés en fin d'ouvrage.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…