Accéder au contenu principal

Hommage à George Stuart (1935-2014)

Le monde mayiste est malheureusement une fois frappé par une disparition tout aussi importante que celle de Claude-François Baudez il y a un an, à quelques jours près. Le nom de George Stuart n'est peut être pas forcément connu de notre lectorat francophone. C'est surtout son fils, David, qui a su se faire un prénom ces dernières années. Ce dernier est reconnu pour les grandes avancées qu'a connu l'épigraphie maya depuis 30 ans.

Or il est impossible d'expliquer les succès du fils sans penser à celui qui l'a introduit à l'archéologie mayiste pendant qu'il travaillait au Mexique ou au Guatemala. George Stuart avait pris cette habitude d'emmener son fils sur ses chantiers de fouilles. David Stuart finira par dessiner ce qu'il voyait, notamment les cartouches de stèles ou de linteaux. Avec l'aide de Linda Schele, ce jeune adolescent put alors procéder au déchiffrement (toujours en cours) de l'écriture sacrée des anciens Mayas.


George Stuart.
Photo disponible le 14/06/2014 sur http://mesoweb.com/about/media/George.jpg.

Tout cela n'aurait pu avoir lieu donc sans George Stuart. Titulaire d'une licence en géologie, il effectua ses premiers pas d'archéologue à Camden et à Cartersville, aux États-Unis avant de devenir le cartographe d'un projet sponsorié par la National Geographic Society à Dzibilchaltún, près de Mérida au Yucatán. Il obtient sa maîtrise en anthropologie à l'Université George Washington et son doctorat à l'Université de Caroline du nord et participe à des fouilles à Coba, au Quintana Roo, et à la grotte de Balankanche, au Yucatan.

La qualité de ces travaux lui a permis de devenir collaborateur de la National Geographic Society. Pendant 40 ans, il a occupé les postes d'éditeur du magazine National Geographic, et de membre du Comité d'exploration et de recherches. Stuart est l'auteur de nombreux articles et ouvrages comme The mysterious mayas et Lost Kingdoms of the mayas, écrits conjointement avec sa première épouse Gene S. Stuart, Palenque, eternal city of the mayas, avec David Stuart.



Il est décédé le 11 juin dernier à Barnardsville, en Caroline du nord à l'âge de 79 ans. Mexique ancien exprime ses condoléances les plus sincères à son épouse et à ses enfants. Sur son mur Facebook, David Stuart invite le public à poursuivre l'oeuvre de diffusion de son père en soutenant financièrement le Boundary End Archaeology Research Center (anciennement Center for Maya Research). Cette ONG publie notamment les Research Reports on Ancient Maya Writing et Ancient America, dont George Stuart a été le chef-éditeur.

Références :
Biographie sur Mesoweb, consultée le 14/06/2014: http://mesoweb.com/about/george.html
Biographie sur Unearthing the Maya, consultée le 14/06/2014: http://www2.lib.unc.edu/rbc/Mayaexhibit/stuart.html 
Biographie sur Warren Wilson College, consultée le 14/06/2014: http://www.warren-wilson.edu/~arch/maya.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…