Accéder au contenu principal

Hommage à George Stuart (1935-2014)

Le monde mayiste est malheureusement une fois frappé par une disparition tout aussi importante que celle de Claude-François Baudez il y a un an, à quelques jours près. Le nom de George Stuart n'est peut être pas forcément connu de notre lectorat francophone. C'est surtout son fils, David, qui a su se faire un prénom ces dernières années. Ce dernier est reconnu pour les grandes avancées qu'a connu l'épigraphie maya depuis 30 ans.

Or il est impossible d'expliquer les succès du fils sans penser à celui qui l'a introduit à l'archéologie mayiste pendant qu'il travaillait au Mexique ou au Guatemala. George Stuart avait pris cette habitude d'emmener son fils sur ses chantiers de fouilles. David Stuart finira par dessiner ce qu'il voyait, notamment les cartouches de stèles ou de linteaux. Avec l'aide de Linda Schele, ce jeune adolescent put alors procéder au déchiffrement (toujours en cours) de l'écriture sacrée des anciens Mayas.


George Stuart.
Photo disponible le 14/06/2014 sur http://mesoweb.com/about/media/George.jpg.

Tout cela n'aurait pu avoir lieu donc sans George Stuart. Titulaire d'une licence en géologie, il effectua ses premiers pas d'archéologue à Camden et à Cartersville, aux États-Unis avant de devenir le cartographe d'un projet sponsorié par la National Geographic Society à Dzibilchaltún, près de Mérida au Yucatán. Il obtient sa maîtrise en anthropologie à l'Université George Washington et son doctorat à l'Université de Caroline du nord et participe à des fouilles à Coba, au Quintana Roo, et à la grotte de Balankanche, au Yucatan.

La qualité de ces travaux lui a permis de devenir collaborateur de la National Geographic Society. Pendant 40 ans, il a occupé les postes d'éditeur du magazine National Geographic, et de membre du Comité d'exploration et de recherches. Stuart est l'auteur de nombreux articles et ouvrages comme The mysterious mayas et Lost Kingdoms of the mayas, écrits conjointement avec sa première épouse Gene S. Stuart, Palenque, eternal city of the mayas, avec David Stuart.



Il est décédé le 11 juin dernier à Barnardsville, en Caroline du nord à l'âge de 79 ans. Mexique ancien exprime ses condoléances les plus sincères à son épouse et à ses enfants. Sur son mur Facebook, David Stuart invite le public à poursuivre l'oeuvre de diffusion de son père en soutenant financièrement le Boundary End Archaeology Research Center (anciennement Center for Maya Research). Cette ONG publie notamment les Research Reports on Ancient Maya Writing et Ancient America, dont George Stuart a été le chef-éditeur.

Références :
Biographie sur Mesoweb, consultée le 14/06/2014: http://mesoweb.com/about/george.html
Biographie sur Unearthing the Maya, consultée le 14/06/2014: http://www2.lib.unc.edu/rbc/Mayaexhibit/stuart.html 
Biographie sur Warren Wilson College, consultée le 14/06/2014: http://www.warren-wilson.edu/~arch/maya.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…