Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana 131

Pour bien commencer cette année 2015, il convient de parcourir tranquillement le dernier numéro de la revue de divulgation archéologique de l'INAH et de la maison d'édition Raíces. Les processions sont un des phénomènes religieux les plus anciens et les plus diffusés de l'humanité. Le Mexique a connu et connaît encore des manifestations régulières de ce rituel.

Susy Toby Evans lance le dossier thématique avec un article général indiquant les principales formes et fonctions des processions dans le Mexique. Ann Cyphers, spécialiste de la culture olmèque et enseignante-chercheuse à l'UNAM, propose une courte réflexion sur l'offrande 4 de la Venta, ensemble de figurines anthropomorphes en pierre verte, qui a récemment été restauré par l'équipe de Laura Filloy.

De son côté, l'archéologue et restaurateur Enrique González Licón revient sur les processions peintes dans la tombe 5 de Suchiquitongo. D'Oaxaca à Teotihuacan, c'est ce que nous propose Susy Toby Evans dans son article sur les processions représentées dans les peintures murales de certains complexes et leur lien avec l'eau et la fertilité, si clairement représentés dans la grande métropole mésoaméricaine du Classique.

Plus neutre dans son approche, l'anthropologue de l'Université de l'état d'Arizona et directeur du projet archéologique La Quemada Ben Nelson, préfère parler de déplacement rituel en Occident. Son propos met en parallèle les pélerinages et processions des actuels wixárika avec les vestiges archéologiques mis au jour sur le site de La Quemada. L'auteur estime que certaines structures de La Quemada constituait un "système de déplacement rituel de courte et longue distance".

L'objet de l'article rédigé à quatre mains para Elizabeth Jímenez et Robert Cobean reprend l'iconographie typiquement des banquettes des péristyles présent sur le site de Tula Xicotitlan : elle intègre notamment la figure-clé de guerriers en lieu et place des prêtres teotihuacains.

Tula est loin d'être un cas isolé : Chichen Itza au Yucatan reprend cette iconographie guerrière. Rafael Cobos, directeur du projet, et Lilia Fernández Souza, enseignante-chercheuse à l'Université Autonome du Yucatan inscrivent la tradition picturale des banquettes et reliefs scuptées de Chichen Itza dans un cadre spatio-temporel plus vaste. Ils mettent également en exergue les nombreux sacbé, qui facilitaient les processions à l'intérieur de la ville.

Enfin l'historienne de l'art Johanna Broda étudie le cas mexica en détaillant les principales processions et les lieux de pélerinage où se rendaient cette ethnie dans la Vallée de Mexico. Son intervention s'appuie notamment sur les informations publiées par Sahagun et Duran. Elle s'intéresse également aux processions effectuées lors de certaines dates précises (XIII Tepeílhuitl, II Tlacaxipehualiztli, VI Etzalcualitztli, XIV Quecholli et tentent de les mettre en perspective avec les preuves archéologiques)

En complément de ce dossier, on retrouvera la traditionnelle participation de Xavier Noguez : le chercheur du Colegio Mexiquense nous présente le Codex de Teotenantzin, document produit en 1746. De son côté, Eduardo Matos Moctezuma s'intéresse à une légende : Cortés a-t-il effectivement pleuré près de l'arbre de la Noche Triste ? Dans le cadre des archéologues mexicains dans le monde, Daniel Juárez Cossio nous propose un voyage au Guatemala et plus particulièrement sur le site de Rio Azul, situé dans le département du Petén. Le conservateur des collections mayas au Musée National d'Anthropologie décrit notamment les travaux de restauration qu'il a dirigés.

Un dernier article, rédigé par Ana García Barros et Manuel Parada López, propose une étude d'une croix en argent doré et en cristal de roche appelé Croix de l'autel de Palencia. Cet objet de culte catholique possède plusieurs éléments iconographiques qui trahissent son origine mexicaine : représentation de la montagne sacrée au lieu du Golgotha, glyphe de l'eau, image du Serpent à plumes...


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…