Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana HS 60

L'éditeur Raíces nous propose depuis quelques jours un nouveau guide visuel sur El Tajín, zone archéologique classé sur la liste du patrimoine mondiale de l'UNESCO. Ce numéro fait partie d'une série commencée il y a quelques années avec un parcours des sites archéologiques du Chiapas, puis de la péninsule du Yucatan, d'Oaxaca, du Campeche. Suivirent un guide visuel sur Chichen Itza, un autre sur Teotihuacan avec une ligne éditoriale renouvelée : il s'agit notamment de comprendre la perception et la représentation du site à travers l'histoire des explorations archéologiques.



Ce numéro n'échappe pas à la règle puisque le lecteur prendra connaissance d'une rétrospective de dessins, illustrations et photos des XIXe et XXe siècles. On redécouvre l'émotions de ces voyageurs européens comme Guillaume Dupaix, Carl Nebel ou Adela Breton, les photos de Francisco Del Paso y Troncoso ou de García Payón.

Dans un deuxième temps, on effectue une visite guidée à travers les structures groupes suivants : le Groupe du ruisseau, la Place des Niches, les terrains de jeu de balle (El Tajín est le site en comptant le plus au Mexique), Tajín Chico (connu pour ses peintures murales et l'Édifice des Colonnes dont les relevés sont reproduits partiellements dans cet édition).



Les dernières pages sont de caractère ethnographiques et présentent (trop) rapidement les ethnies présentes actuellement dans la région d'El Tajín. Tutunaku et Teenek sont cependant minoritaires et tentent tant bien que mal de diffuser leurs cultures et leurs langue respective. Pour paradoxal que cela puisse paraître, les habitants actues de la région ne sont pas les mêmes que ceux qui construisirent et développèrent la ville à l'Épiclassique et au Postclassique.

L'achat de ce numéro vous est chaudement recommandé. Les photos de Mauricio Marat ou l'anastylose de Juan Monsivaís valent le détour.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…