Accéder au contenu principal

Roberto García Moll, disparition de la figure des 45 dernières années à l'INAH

Après le décès surprenant de Michel Graulich le 10 février dernier, celle de Roberto García Moll a laissé la communauté archéologique mexicaine sans voix. Le 11 février, l'INAH publiait un bulletin qui résumait à grands traits la carrière d'un monument, d'une figure de ce même institut.

Jugez par vous-même : l'archéologue originaire de Puebla avait été directeur du Musée National d'Anthropologie de 1987 à 1988 avant d'être nommé directeur de l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire de 1989 à 1992 sous la présidence polémique de Carlos Salinas de Gortarí. Il fut président du Conseil National d'Archéologie (2005-2009), notamment au moment du spectacle son et lumière controversé voulu par le gouverneur de l'État de Mexico, un certain Enrique Peña Nieto.


Roberto García Moll.
Crédit photo : Héctor Montaño / INAH.
Tiré le 14/02/2015 de 


Outre ces fonctions demandantes, Roberto García Moll avait, entre 1968 et 1985, donné des cours à l'École Nationale d'Anthropologie et d'Histoire (ayant notamment pour élève Leonardo López Luján) puis les deux années suivantes à l'École Nationale de Conservation, Restauration et Muséographie. Il participa aussi à la diffusion de l'anthropologie et de l'archéologie mexicaine à travers la création de la Foire Internationale du Livre d'Anthropologie et d'Histoire et les prix de l'INAH.

Haut fonctionnaire, enseignant, García Moll n'en avait pour autant pas perdu son intérêt pour le travail de terrain. Entre 1972 et 1982, il participe aux fouilles à l'ancient couvent de Saint Jérôme connu également comme celui de la poétesse Soeur Juana Inés de la Cruz. Parallèlement il dirige le Projet Archéologique Yaxchilán pendant douze saisons interrompues de fouilles. Les travaux de fouilles, conservation, restauration et analyse ont donné à quantité de publications. Il a également simultanément dirigés projets archéologiques à Bonampak et Palenque. Son attention pour les groupes mayas du Chiapas se concrétisa à travers le projet archéologique entrepris à Pomona. Croire que cette seule région fut son seul centre d'intérêt serait se tromper : García Moll participa d'abord à des fouilles paléontologiques sous la houllette de José Luis Lorenzo, travailla à Tlatilco, en Basse-Californie et à Tepapayeca (Puebla). Voici une capsule extrait du programme Antropológicas (Studio Rizzoma / Canal ONCETV México) sur Tlatilco.






Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…