Accéder au contenu principal

Nouvelles données archéologiques sur la culture Aztatlán

Dans un bulletin publié le 8 février dernier sur le site de l'INAH, on apprend la découverte de nouveaux éléments sur une des cultures les plus méconnus de l'Occident mexicain : la culture Aztatlan.


Mauricio Gardúño.
Crédit photo : Mauricio Garduño Ambriz, Centro INAH Nayarit.

L'équipe dirigée par Mauricio Gardúño, archéologue du Centre INAH-Nayarit, effectue depuis plusieurs années un série de repérages et de fouilles dans une région située entre les rivières Grande de Santiago et San Pedro Mezquital, aux alentours du mont Peñas. Ce dernier est notamment important pour les ralamuli (huicholes) de la région car son orientation reproduirait celle de la caverne Tateí Haramara, sanctuaire de cette ethnie visible dans la municipalité de San Blas et liée à la création des eaux primordiales.

Au total, ce ne sont pas moins de cinquante-trois sites de type résidentiel qui ont été enregistrés par l'équipe de Garduño. Le Mont El Tesorero tout proche regorge d'un minéral qui fut important pour les habitants de la zone côtière : la calcédoine, composé de cristallites de quartz. Ces découvertes sont en dûes à l'activité humaine en recrudescence dans la région : des travaux et constructions de grande envergure. Différents travaux de terrassements ont ainsi extrait involontairement des vestiges datant du Classique au Postclassique ont obligé l'INAH à prendre les devants, comme la loi mexicaine l'exige.


Mont Coamiles.
Crédit photo :  Mauricio Garduño Ambriz, Centro INAH Nayarit.

Certains échantillons de céramique du complexe Chinesco ont même permis de reculer l'occupation de la région au Formatif (également appelé Préclassique) terminal entre 150 et 200 avant notre ère.


Fragments de figurine en terre cuite, Complexe Chinesco, Formatif.
Crédit photo :  Mauricio Garduño Ambriz, Centro INAH Nayarit.

Gardúño estime que la région était notablement à l'Épiclassique concentrée sur les terres basses inondables, dans et autour de 4 localités : Amapa, Coamiles, Las Animas y La Laguna. La culture Aztatlán s'est donc développée de manière continue le long de la côte. Ce sont une nouvelle fois les défunts qui nous donnent une part des informations qui sustentent l'hypothèse de l'archéologue mexicain. La culture Aztatlán avait pris l'habitude d'enterrer ses morts dans des urnes au Postclassique, rituel observé déjà à l'Épiclassique au nord du Nayarit et au sud du Sinaloa sur les sites de La Presa y Chametla, dans les vallées de l'Acaponeta et du Baluarte.

Comment va avancer le projet dans le futur ? Pour Garduño, il convient d'abord d'établir différentes cartes des sites par GPS afin de faciliter leur protection. Le directeur du centre INAH, Othón Yaroslav Quiroga García, a rappelé que ce projet est de grande importance car il permettra de répondre à de nombreuses questions sur les civilisations ayant vécu dans cette partie du Mexique.

Espérons, en dépit des récentes coupes bugétaires au niveau fédéral, qu'il en soit ainsi.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…