Accéder au contenu principal

Identification des villages producteurs de maïs pour la Triple Alliance

À plusieurs reprises, nous avons eu l'occasion de mentionner la Matricula de tributos sur ce carnet. Ce document colonial est important à plus d'un titre: il nous informe sur l'extension politique de la Triple Alliance Mexico-Tenochtitlan, Texcoco et Tlacopan, les types de biens et produits que les peuples militairement soumis devaient lui remettre. C'est un véritable carnet de comptabilité qui nous montre comment les Tenochas pouvaient agir comme de véritables racketteurs.

Les biens comestibles de consommation courante, au premier desquels figurent le maïs et le haricot, étaient vitaux pour compléter la production insuffisante des chinampas. Mais les informations fournis dans la Matricula ont-elle un fondement archéologique ? D'où venait le maïs qui était réservé au huey tlatoani ?

Ce sont ces questions auxquelles l'historien René García Castro, chercheur à l'Université Autonome de l'État de Mexico, et les archéologues Yoko Sugiura et Ruben Nieto ont essayé de répondre. D'après leurs recherches, ce sont 201 des 806 hectares qui étaient exclusivement exploitées pour le compte de la Triple Alliance à San Mateo Atenco. Atenco faisait partie de la chefferie de Calixtlahuaca, la plus grande située dans la vallée de Toluca, conquise par Axayacatl en 1474.

Dans un entretien avec Reyna Paz, l'historien mexicain explique qu'en dépit des éléments indiqués dans le Codex Mendoza et dans la Matricula de tributos del valle de Toluca, il reste encore difficile de déterminer les quantités de maïs, d'haricots et graines de d’amarante les locaux devaient fournir. Des registres ethnohistoriques, compilés par Noemi Quezada, indiquent également où étaient postés les gardiens des parcelles et des greniers envoyés de Tenochtitlan.

En revanche, les prospections archéologiques ont montré que les champs cultivés se trouvaient à proximité d'un lac, sur des terres fertiles, semblables à celles de Xochimilco.

Parmi les hypothèses de travaux à creuser, García Castro estime que les productions agricoles d'Atenco pourraient avoir servi lors de mauvaises récoltes dans d'autres régions placées sous l'autorité tenochca. Il estime également que les greniers d'Atenco aient pu être mis à contribution lors des conflits entre les triples alliances tenochca et purépech'a : la région a probablement été le théâtre de batailles entre les deux groupes et les récoltes servaient de réserves pour les combattants.

Références bibliographiques
Paz Avendaño, R. (2015). Identifican sitio donde se producía el maíz imperial para la Triple Alianza. Recuperado el 18 de junio 2015, de http://www.cronica.com.mx/notas/2015/900374.html .

INAH. (2015). Códice Mendoza - INAH 2015. Retrieved 18 June 2015, Recuperado el 18 de junio 2015, de http://www.codicemendoza.inah.gob.mx/index.php?lang=spanish&folio_number=25&type=r&section=t .

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…