Accéder au contenu principal

Identification des villages producteurs de maïs pour la Triple Alliance

À plusieurs reprises, nous avons eu l'occasion de mentionner la Matricula de tributos sur ce carnet. Ce document colonial est important à plus d'un titre: il nous informe sur l'extension politique de la Triple Alliance Mexico-Tenochtitlan, Texcoco et Tlacopan, les types de biens et produits que les peuples militairement soumis devaient lui remettre. C'est un véritable carnet de comptabilité qui nous montre comment les Tenochas pouvaient agir comme de véritables racketteurs.

Les biens comestibles de consommation courante, au premier desquels figurent le maïs et le haricot, étaient vitaux pour compléter la production insuffisante des chinampas. Mais les informations fournis dans la Matricula ont-elle un fondement archéologique ? D'où venait le maïs qui était réservé au huey tlatoani ?

Ce sont ces questions auxquelles l'historien René García Castro, chercheur à l'Université Autonome de l'État de Mexico, et les archéologues Yoko Sugiura et Ruben Nieto ont essayé de répondre. D'après leurs recherches, ce sont 201 des 806 hectares qui étaient exclusivement exploitées pour le compte de la Triple Alliance à San Mateo Atenco. Atenco faisait partie de la chefferie de Calixtlahuaca, la plus grande située dans la vallée de Toluca, conquise par Axayacatl en 1474.

Dans un entretien avec Reyna Paz, l'historien mexicain explique qu'en dépit des éléments indiqués dans le Codex Mendoza et dans la Matricula de tributos del valle de Toluca, il reste encore difficile de déterminer les quantités de maïs, d'haricots et graines de d’amarante les locaux devaient fournir. Des registres ethnohistoriques, compilés par Noemi Quezada, indiquent également où étaient postés les gardiens des parcelles et des greniers envoyés de Tenochtitlan.

En revanche, les prospections archéologiques ont montré que les champs cultivés se trouvaient à proximité d'un lac, sur des terres fertiles, semblables à celles de Xochimilco.

Parmi les hypothèses de travaux à creuser, García Castro estime que les productions agricoles d'Atenco pourraient avoir servi lors de mauvaises récoltes dans d'autres régions placées sous l'autorité tenochca. Il estime également que les greniers d'Atenco aient pu être mis à contribution lors des conflits entre les triples alliances tenochca et purépech'a : la région a probablement été le théâtre de batailles entre les deux groupes et les récoltes servaient de réserves pour les combattants.

Références bibliographiques
Paz Avendaño, R. (2015). Identifican sitio donde se producía el maíz imperial para la Triple Alianza. Recuperado el 18 de junio 2015, de http://www.cronica.com.mx/notas/2015/900374.html .

INAH. (2015). Códice Mendoza - INAH 2015. Retrieved 18 June 2015, Recuperado el 18 de junio 2015, de http://www.codicemendoza.inah.gob.mx/index.php?lang=spanish&folio_number=25&type=r&section=t .

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…