Accéder au contenu principal

Le mystère du Monument 6 d'El Tortuguero est résolu

Vous vous souvenez probablement de ces marchands d'apocalypse, de ces escrocs newagers qui avaient jugé bon de déformer, souvent sans y connaître, le texte rédigé sur le Monument 6 de El Tortuguero, site maya du Tabasco. Ils avaient presque réussi à nous faire croire, avec l'aide de chaînes de télévisions américaines (Discovery Channel et History Channel), que le monde allait s'achever le 21 décembre 2012. Cette grande arnaque de ce début de siècle, on la doit aussi à l'absence de jugement d'un anthropologue et enseignant universitaire, José Argüelles, épris d'ésotérisme et de théorie de renouvellement de l'humanité. Bon sang qu'il fut difficile d'être historien des religiones à cette époque même si certains collègues ont su en profiter aussi...

Ne soyons pas complètement rancuniers puisque le monde a enfin pu s'intéresser aux anciens mayas. Il y a quelques jours, James Doyle, conservateur adjoint des collections africaines, asiatiques et américaines du Metropolitan Museum de New York, a publié un billet sur le site du Met qui permettra de clouer le bec des escrocs que nous mentionnions plus haut une bonne fois pour toutes.

Le MET conservait dans ces collections un fragment de stèle avec un message glyphique. En collaboration avec l'INAH, via le Musée Régional Carlos Pellicer situé à Villahermosa, Tabasco, et le Centre des Inscriptions Hiéroglyphiques Mayas (CIHM en anglais), le Met a pu effectuer un scan en trois dimensions de ce fragment que vous pouvez apprécier ici.




Ce fragment virtuel a ensuite été rajouté aux deux blocs qui forment le Monument 6 d'El Tortuguero conservé au Musée Carlos Pellicer. En voici le relevé effectué par Ian Graham et David Stuart (partie supérieure droite), disponible dans un billet rédigé et publié en 2011 sur le carnet Maya Decipherment. Vous pouvez voir le fragment du Met entouré d'un triangle rouge ajouté par nos soins.



A la manière d'un puzzle, les épigraphistes ont pu faire coïncider les morceaux et compléter partiellement le texte. En effet, certains fragments de la stèle sont encore manquants. Qu'ont-ils pu lire ? La stèle, comme beaucoup d'autres dans la zone fait allusion au rituel d'inauguration d'un monument commandité par le dirigeant B’ahlam Ajaw à la date 9.11.16.8.18 9 Etz'nab 6 K'ayab. Elle correspond au 11 janvier 669 selon notre calendrier.

Doyle reprend aussi les conclusions de David Stuart sur le monument 6. "Il ne s'agit pas d'un monument qui la fin du katun en 2012. Il s'agit simplement d'une référence au futur concernant un événement l'histoire même d'El Tortuguero." Doyle rappelle que les dirigeants de ce site utilisait le glyphe toponymique de Palenque. Mais on ignore s'ils étaient sujets de Palenque ou s'il s'agissait des membres d'une faction rivale patrilinéaire originaire de Palenque.

[Mise à jour du 07/06/2015]
Bibliographie complémentaire
Gronemeyer, S. et MacLeod, B. (2010). What Could Happen in 2012 a re-analysis of the 13-Bak'tun prophecy on Tortuguero Monument 6, Wayeb notes, 34, en ligne le 07/06/2015 : http://www.wayeb.org/notes/wayeb_notes0034.pdf.






Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…