Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana Hors-série 67

Cela faisait un petit moment qu'on avait pas eu un fac-similé de la part de la revue Arqueología mexicana. Depuis quelques semaines, on peut télécharger ou acheter dans les kiosques mexicains la première partie du Codex de Dresde, conservé dans cette ville allemande depuis 1740. C'est la première fois qu'un des trois codex mayas est publié par la revue mexicaine. On peut certes trouver différentes versions en ligne de ce codex mais celle-ci a le mérite d'être commentée par l'épigraphiste Erik Velásquez García, enseignant-chercheur à l'UNAM. Les photographies des planches proviennent de l'édition de Förstemann (1892) dont une copie est conservée à la Bibliothèque Nationale d'Anthropologie et d'Histoire, à Mexico.

Tocados y peinados en el México antiguo.

On peut imaginer les commentaires de certains sur l'opportunité de publier le Codex de Dresde en deux temps. Il convient de rappeler que le format de la revue ne permet pas de publier un document aussi long (39 pages) avec les gloses qui lui correspondent. Au-delà d'un impératif commercial légitime, il y a aussi un impératif technique et éditorial. En revanche il est fortement probable que le lecteur attende plusieurs mois avant de pouvoir se procurer la deuxième partie.


Velásquez García propose une longue introduction sur l'histoire de ce document. Il revient notamment sur son arrivée à Dresde, ses publications partielles ou complètes, ses études au cours des deux cent soixante dernières années. Il résume brièvement le contenu du codex et explique comment lire les différentes transcriptions proposés. C'est l'édition de Förstemann publiée en 1892 qui a servi pour cette étude.

Ensuite, les planches sont étudiées par scribe, donnant ainsi une cohérence intéressante. On comprend ainsi qu'un même document pouvait avoir différents auteurs, différents styles et différents objectifs. Chaque planche contient appartient à une thématique, d'un commentaire, le nom des divinités représentées et une explication iconographique détaillant les éléments suivants :

  1. les coefficients
  2. les augures
  3. les jours et 
  4. les jours du calendrier rituel
  5. la date en compte long
  6. les principaux iconographiques.
Nous ne prétendons pas faire un commentaire pour chaque planche, d'une part en raison de notre inexpertise en épigraphie, d'autre part par manque d'espace. C'est plus comme un lecteur curieux que nous avons parcouru ce hors-série. De prime abord, l'étude de Velásquez peut paraître complexe et rébarbative. Les termes techniques employés peuvent décourager, quand bien même le commentaire fût organisé et le plus simple possible. Celles et ceux qui sont habitués à ce genre de lecture ne devraient donc pas être trop dépaysés. Il convient donc d'être patient et de relire à plusieurs reprises ce hors-série pour mesurer l'ampleur du travail titanesque de Velásquez García. Nous ne vous saurions trop vous conseiller de vous procurer ce hors-série.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…